Search
Search
Movies files

Movies articles

Links

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Preferences

Connect again :
Your user name :
Your password
Captcha reload
copy the code :


  Count of members 144 members
Connected :
(nobody)
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://aeromovies.fr/data/en-articles.xml

COPLAN AGENT SECRET FX-18




Année : 1964
Pays : France, Espagne, Italie
Genre ; espionnage
Durée : 1 h 37 min.
Couleur

Réalisateur : Maurice CLOCHE
Scénario : Paul KENNY , Odette CLOCHE

Acteurs principaux :
Ken CLARK (Coplan), Jany CLAIR (Patricia), Jacques DACQMINE (Le Vieux), Daniel CECCALDI (Moreau), Claude CERVAL (Barter), Margit KOCSIS (Lila Sari), Ramón CENTENERO (Legay ), Cristina GAIONI (Arlette )

Musique : Eddie BARCLAY, Michel COLOMBIER
Photographie : Juan Julio BAENA, Pierre GUEGUEN
Producteur : Jean MAUMY
Compagnies productrices : Comptoir Français du Film Production (CFFP), Producciones Cinematográficas Centro S.A. (PROCENSA), Protor Film S.r.l.
 
Avions :
-Nord 1101 Ramier  c/n 113, F-BFNJ
-Dassault Super Mystère B2
-North American F-86K "Sabre Dog" (en arrière plan)
-SNCASE. 3130 Alouette II  c/n 1730, F-MJAG
-SNCASO SO.4050 Vautour IIN code "30-OY" c/n 370
-Lockheed T-33  (en arrière plan)


Notre avis :

Dans les années soixante, le personnage de James Bond commençait à prendre une place prépondérante sur les écrans, et les producteurs français essayèrent de lui donner des concurrents, comme OSS 117, Le Vicomte, ou encore, Coplan. Mais ces agents de l'ombre ne firent guère ombrage au beau James…Le personnage de Coplan, un agent français du SDECE était issu de la série des romans d'espionnage (plus d'une centaine à partir de 1953) signés par Paul Kenny.

Les vacances de Coplan sont interrompues par un coup de téléphone du chef des services secrets français, surnommés "Le Vieux"... Un agent français vient d'être assassiné à Rome, grâce à une flèche empoisonné au curare. Cette arme conduit à soupçonner un certain Moreau, un spécialiste de ce mode opératoire. Finalement, le Vieux localise Moreau sur un yacht, le "Minaoubia" qui effectue une croisière en Méditerranée. Les adjoints de Coplan tombent dans un piège tendu par Moreau, avec la complicité de deux charmantes jeunes femmes. Coplan vient les tirer de ce mauvais pas, mais une des femmes est tuée. Coplan, avec son équipe, monte à bord du "Minaoubia" et découvre un appareil ultra secret capable d'émettre cinq mille mots à la seconde en direction d'un satellite étranger passant régulièrement à la verticale des Baléares. Moreau, le chef du réseau d'espionnage, s'enfuit et rejoint Barter, son complice. Ils parviennent à faire prisonnier Coplan et son amie, Patricia. Pour le faire parler, ils s'apprêtent à torturer cette dernière. Coplan se découvre, mais réussit à abattre Barter. Moreau, le vrai cerveau de l'organisation, s'échappe et rejoint un terrain d'aviation où l'attend un avion. Coplan saute dans l'avion juste au moment où il décolle. Le Vieux fait intercepter l'avion par des chasseurs à réaction et des hélicoptères de la Gendarmerie qui reçoivent l'ordre de tirer sur l'appareil. A l'atterrissage, Coplan saute de l'avion, avant que celui n'explose !

Cette coproduction hispano-italo-française de série B, est affligée de dialogues débiles et d'une musique de générique abominable, sur laquelle chante un Frank Alamo pas très en forme. Là aussi, on est loin des James Bond dont la musique contribua fortement au succès de la série.

"Coplan, agent FX-18" n'a qu'une scène aérienne, tout à la fin, quand les espions prennent le large. Comme souvent dans les films d'espionnage de cette époque, on avait droit à la classique poursuite en voiture, mais aussi à des scènes aquatiques et aériennes, le héros se déplaçant dans les trois éléments... C'est ainsi qu'on peut assez souvent y voir des avions relativement rares. C'est le cas ici, le tournage ayant bénéficié de la collaboration de l'Armée de l'Air qui n'est pas mentionnée dans le générique.


Les avions du film :

Les espions embarquent à bord d'un Nord 1101 Ramier (c/n 113, F-BFNJ, ex F-ZJPS), un Noralpha ex militaire, mais sans aucune marque, à part son matricule civil sur la dérive. Cet avion appartenait en 1963 à l'amicale "Restauration des ailes françaises" des Mureaux. Il fut réformé en 1995. En 2008, acheté par un particulier et basé sur le terrain de Chavenay (78), il volait de nouveau sous le matricule F-GRPC. Ce Nord est appelé "Messerschmitt" dans le film, ce qui fait référence à son origine, le Me.208.

Le Ramier est intercepté par deux Dassault Super Mystère B2 (dont le 10-SJ) appartenant à l'escadron de chasse EC 1/10 Valois, basé à Creil, mais qui dépendait en 1963 de la 30° Escadre de Chasse Tout Temps de Reims. Ces avions sont décorés d'un éclair bleu à bordure noire sur le fuselage, le devant du pare-brise étant peint en noir mat antireflet. Quand ils quittent leur aire de stationnement, on remarque à leur droite, quatre North American F-86 "Sabre Dog". Ce type d'avion (F-86K) avait équipé, dans le cadre de l'OTAN, trois escadrons de chasse français, jusqu'en novembre 1962, avant d'être remplacé par des Mirages. Fin 1963 ou début 1964 (date du tournage), ces avions pourraient être, soit des F-86K ex français en attente de départ pour l'étranger (où les Américains les avaient vendus), soit des F-86D de l'USAF en visite. On remarque en effet que leur dérive est jaune avec des marques noires (peu identifiables, vu la distance), ce qui ne correspond pas à la décoration très sobre des avions français.

Un moment, le Ramier vole en formation, escorté par deux hélicoptères SE. 3130 Alouette II de la Gendarmerie (dont l'Alouette n° 1730 / 339M, (F-M) JAG). Pour rester avec eux, le Ramier a sorti son train; il vole par conséquent, en dessous de 180 km/h, ce qui était la vitesse maximum atteinte par l'Alouette II….

Le Vieux rejoint la base de Creil dans un SNCASO SO.4050 Vautour IIN codé "30-OY" (c/n 370) de l'escadron EC 1/30 "Loire", basé à Creil depuis 1961 et passé, en juillet 1962, sous le commandement de la 30° Escadre de Chasse de Reims. Le "30-OY" fut sauvé de la casse avant de quitter l'Armée de l'Air et il orne désormais l'entrée de la base aérienne 126 de Solenzara (Corse). On voit un autre Vautour de l'EC 1/30, le "30-OF" (c/n 354).

Sur la base de Creil, on distingue, en arrière plan, une rangée de Lockheed T-33, vraisemblablement français.



Christian Santoir

*Film en vente sur amazon.fr
COPLAN.jpg

 

Associated keywords

Creation date : 14/06/2012 : 10:36
Last update : 14/06/2012 : 10:36
Category : - Films
Page read 2729 times


Reactions to this article

Nobody gave a comment yet.
Be the first to do so!