Search
Search
Movies files

Movies articles

Links

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Preferences

Connect again :
Your user name :
Your password
Captcha reload
copy the code :


  Count of members 140 members
Connected :
(nobody)
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://aeromovies.fr/data/en-articles.xml

IL FAUT SAUVER LE SOLDAT RYAN
Vo. Saving Private Ryan





Année : 1998
Pays : USA
Genre : guerre
Durée : 2h50
Couleur

Réalisateur : Steven SPIELBERG

Scénario : Robert RODAT

Acteurs principaux :
Edward BURNS (soldat Reiben), Matt DAMON (soldat James Ryan), Ted DANSON (cpt Hamill), Vin DIESEL (soldat Caparzo), Adam GOLDBERG (soldat Mellish), Tom HANKS (cpt Miller), Barry PEPPER (soldat Jackson), Tom SIZEMORE (sgt Horvath)



Directeur de la photographie : Janusz KAMINSKI
Musique : John WILLIAMS

Production : Mutual Film / DreamWorks / Amblin / Paramount

Avions :
-CAC CA-18 Mk.22  Mustang s/n CACM 192-1517, G-HAEC
-North American P-51D Mustang s/n 44-73877, N167F


Notre avis :

En 1942, dans le Pacifique, 5 frères servant sur le même croiseur trouvèrent la mort quand leur navire fut envoyé par le fond. L’opinion américaine fut particulièrement émue par ce sacrifice.

Stevens SPIELBERG brode sur cette trame pour imaginer une section de rangers dépêchée le lendemain du débarquement, en avant des lignes alliées pour récupérer un parachutiste, dont les deux frères viennent d’être tués, et éviter par là même qu’une nouvelle famille soit décimée.

C’est bien filmé et bien joué. La première demi-heure est spectaculaire. La suite se situe à un bon niveau de film de guerre. La reconstitution, uniformes, armes et équipements est soignée. L’émotion est aussi au rendez vous avec les scènes d’ouverture et de clôture.


Les avions du film :

Des Planeurs Waco ont été reconstitués, à l’état d’épaves, crashés dans un champ. Un paire de P-51D Mustang détruit, on ne sait trop comment (avec des mitrailleuses de 12.7 mm ? ) un char Tigre, ultra blindé. Un beau P-47 de la 9th AAF aurait été plus approprié, mais ne chipotons pas.

Ces deux North American P-51 étaient immatriculés G-HAEC et N167F.

Le premier est un P-51D, ou plus exactement un CA-18 Mk.22, construit en Australie par  CAC (Commonwealth Aircraft Corporation) en 1951 et livré à la Royal Australian Air Force avec le code "A68-192". En 1985, il fut restauré en utilisant des pièces d’un P-51D (s/n 44-72917), par Ray et Mark Hanna, à Hong Kong. Il revola en 1985 et reçut, plus tard, le matricule G-HAEC. En 1987, il participa au tournage de «L’empire du soleil»  et en 1989, fit une apparition dans «Memphis Belle». En 1997-1998, il appartenait à Rob Davies de Woodchurch Warbirds, dans le Kent. L’avion volait avec le nom « Big Beautiful Doll » et le code « WZ-I » (serial 472218) du 84th FS (78th FG), l’avion du Lt.Col. John D. Landers. En 2009, on le verra dans le film «Red tails». Vendu en 2011, en Allemagne (D-FBBD), il sera détruit, suite à une collision en plein vol, avec le Douglas Skyraider « F-AZDP », lors d’un meeting de Flying Legends de Duxford, en Angleterre.  


L’autre P-51D (N167F, s/n 44-73877) fut livré à la Royal Canadian Air Force, en janvier1951 (serial 9279). Il fut acquis en 1980, par Scandinavian Historic Flight, basé en Norvège, mais restauré en Californie. Il arriva à Oslo en 1986, après un vol transatlantique. Lui aussi participa au tournage de « Memphis Belle » en 1989 et de « Red Tails » en 2009. En 1997-1998, il portait le nom d’« Old Crow », avec le code « B6-S » (363rd FS, 357th FG) et le serial 473877. Il était de couleur métal, avec un damier rouge et jaune (discret) autour du nez, et il portait les bandes de débarquement sous les ailes et sous l’arrière du fuselage. Il fut vendu en 2012, à la société suédoise Nordic Warbirds, de Västerås.



Présentation promotionnelle du producteur ou du distributeur, extraits d'autres critiques :

Sur le début du film : "Cataracte sidérante d'explosions, de sifflements, de hurlements. Ce condensé de terreur brute confine au fantastique. D'un seul élan, en vingt minutes, le cinéaste boucle la plus estomaquante des scènes de guerre". (télérama)




 

SOLDATRYAN.jpg


Acheter Il faut sauver le soldat Ryan - Ed DTS

Associated keywords

Creation date : 27/09/2006 : 16:47
Last update : 01/10/2010 : 16:36
Category : - Films
Page read 3560 times
Previous  
  Next


Reactions to this article

Nobody gave a comment yet.
Be the first to do so!