Search
Search
Movies files

Movies articles

Links

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Preferences

Connect again :
Your user name :
Your password
Captcha reload
copy the code :


  Count of members 143 members
Connected :
(nobody)
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://aeromovies.fr/data/en-articles.xml


BYRD AU PÔLE NORD
Vo. With Byrd at the south pole



Année : 1930
Pays : Etats-Unis
Gnere : documentaire
Durée : 1 h 22 min.
Noir et blanc

Scénario : Julian JOHNSON

Acteur principaux :
Richard E. BYRD, Clair D. ALEXANDER, Bernt BALCHEN, George H. BLACK, Quin A. BLACKBURN, Kennard F. BUBIER, Christopher BRAATHEN        

Musique : Manny BAER    
Photographie : Joseph T. RUCKER, Willard VAN DER VEER    
Producteurs : Jesse L. LASKY, Adolph ZUKOR    
Compagnie productrice : Paramount Pictures
 
Avions :
-Ford Tri-motor 4 ATB  c/n 15, NX4542
-Fokker Super Universal  c/n 801, NC4453
-Fairchild FC-2W2  c/n 140, NX8006


Notre avis :

Byrd fut l'un des principaux héros des années 20. Il commença par traverser l'Atlantique un mois et demi après Lindbergh, avec un trimoteur Fokker. Mais son avion dut faire un atterrissage d'urgence en Normandie. En 1925, il avait survolé le pôle nord et se proposait de faire de même avec le pôle sud. Byrd cherche à faire le maximum de publicité à cette expédition en enrôlant un reporter du New York Times, Russell Owen, pour couvrir quotidiennement les opérations, et signa un contrat avec la Paramount pour réaliser un documentaire. Travaillant en coopération avec le gouvernement, il finança son expédition avec des dons émanant d'hommes d'affaires éminents comme Edsel Ford et John Rockfeller Jr. et en autorisant des sociétés privées à utiliser son nom, moyennant de substantielles contributions. Son expédition contribua à améliorer la connaissance du pôle Sud, tant sur le plan cartographique, géologique ou météorologique.


Le documentaire commence avec le départ de l'expédition quittant New York sur le voilier "City of New York" et le vapeur "Leviathan". Dès le début, les bateaux doivent affronter une tempête. A l'approche de l'Antarctique, il doivent se frayer un passage entre les blocs de glace. Le jour de Noël 1928, ils arrivent à destination près de la grand barrière de Ross. La construction du camp commence et il est baptisé "Little America". On construit deux maisons avec des éléments préfabriqués reliées par un tunnel de glace, où sont entreposées les vivres. Puis, on décharge un trimoteur Ford du pont du "City of New-York". Il est stocké dans un hangar de glace. Durant le long hiver de six mois, les hommes préparent le vol vers le pôle. Au printemps, avec les premières rayons de soleil, le géographe Gould part en traineau, monter une base de secours avancée ainsi qu'une station météo. Pendant ce temps, on remonte le Ford. Mais le départ de Byrd est retardé d'une semaine à cause d'une violente  tempête de neige. Ils peuvent finalement décoller. Pour franchir une barrière montagneuse élevée, l'équipage doit alléger l'avion en se débarrassant de vivres. Arrivé au pôle sud, Byrd jette le drapeau américain par une trappe. Après un retour hasardeux, l'équipage rejoint "Little America" où il est triomphalement accueilli. C'est au tour de Gould, d'aller faire des relevés géologiques avec un Fokker monomoteur. Mais une fois arrivé sur le lieu de destination, la météo se dégrade et son avion est emporté par une tempête. La radio est détruite. Au bout de onze jours, Byrd, parti à la recherche avec un autre monomoteur, peut enfin les secourir. Il est temps de penser au retour et de préparer les installations pour un long hivernage. Le Ford est démonté et mis à l'abri dans un gigantesque igloo. Le "City of New York" est au rendez-vous pour emmener tout le monde aux USA.


Les photographes de la Paramount ne purent accompagner Byrd dans son vol au dessus du pôle, pour des question de poids et la caméra fut confiée un membre de l'équipage ayant l'expérience de la photographie. Bien que ce documentaire ait été réalisé à un moment où le cinéma devenait parlant, il fut impossible d'emmener en Antarctique l'équipement de prise de son, vu son encombrement. Les commentaires, le fond musical et quelques effets sonores furent ajoutés au montage. Le documentaire comporte quelques scènes qui durent être reconstituées, car n'ayant pas été filmées sur le moment. C'était fréquent à l'époque, mais aucune ne fut tournée en studio, tout ayant été filmé sur place. On ne put également installer un labo photo à Little America et toutes les pellicules durent être développées aux USA, après le retour de l'expédition.

Le documentaire fit sa première à Washington DC, le 20 juin 1930, devant le président Hoover et les membres de l'expédition. Byrd reçut, à cette occasion, la médaille d 'or de la National Geographic Society. Puis les studios essayèrent de vendre le film sur un marché généralement peu favorables aux documentaires. Il gagna l'Oscar de la meilleur photographie lors de la 3e cérémonie des Oscars du cinéma, en novembre 1930.


Les avions du film :

L'expédition employa trois avions de taille différente, pour mener à bien ses missions : exploration, prospection et cartographie. Ces appareils accumulèrent 65 heures de photographie aérienne au-dessus du pôle.

On voit d'abord le Ford Tri-motor 4 ATB "NX4542" (c/n 15), en train d'être débarqué du voilier qui l'avait amené, démonté. Il appartenait à la Ford Motor Company et était baptisé "Floyd Bennett". Floyd Bennett était le pilote de Byrd quand il survola le pôle Nord en 1926; il mourut de maladie en 1928. Cet avion avait été modifié, avec le remplacement du moteur central par un Wright Cyclone plus puissant, muni d'une hélice tripale, lui permettant d'atteindre des altitudes plus élevées. Il reçut également une aile plus grande et des réservoirs supplémentaires furent installés (d'où son immatriculation dans la classe "Experimental"). La tôle du fuselage était plus mince, les vitres du cockpit avaient été remplacées par des panneaux en celluloïd et la cabine, débarrassée de ses sièges, pour gagner du poids. Quand Byrd retourna en 1934, il retrouva le Ford dans son hangar de glace, façon igloo. Il était en parfaite condition et il décida de revenir le printemps prochain. Lors de sa seconde expédition, en février 1935, l'avion fut chargé sur la proue du "Jacob Ruppert". Le Ford retourna à Dearborn et fut exposé au Henry Ford Museum de Greenfield Village, où il est pieusement conservé, depuis.

On a plusieurs vues de la cabine et du cockpit. Le tout à l'air glacial, et on remarque que Byrd correspond avec les pilotes, au moyen de papiers attachés à un fil fixé sur des poulies, à cause du bruit.

Le second avion était un Fokker Super Universal NC4453 (c/n 801) construit en 1928, par l' Atlantic Aircarft Corp.de Hasbrouck Heights (NJ), la filiale américaine de Fokker, à laquelle il appartenait au moment de l'expédition. C'était un appareil des premiers types avec le pare-brise en pente inversée. Il portait le nom de "Virginia", l'état de naissance de Byrd. Le 7 mars 1929, il atterrit près des Rockefeller Mountains pour y mener des recherches géologiques. Mais le soir du 14 mars, une tempête de neige emporta l'avion et le déplaça sur 700 mètres, avant qu'il ne s'écrase à plat sur la glace. L'épave de l'avion est toujours sur place, depuis, mais elle maintenant sur le dos….
   
Le troisième avion était un Fairchild FC-2W2 "NX8006" (c/n 140) acheté par Byrd, en août 1928. C'était un avion spécial équipé de réservoirs supplémentaires dans les ailes et dans la cabine, où on avait enlevé les sièges. Le train d'atterrissage avait une voie plus large et était muni de skis. Il fut baptisé “Stars & Stripes”. Il était également équipé d'un appareil photo pour cartographier des territoires jusqu'ici inconnus. Comme le Ford, il resta sur place dans un hangar de glace. Quatre ans plus tard, lors de l'expédition suivante, l'avion fut remis en état et accumula plus de 40 heures de vol, pour diverses tâches. Il retourna aux USA en 1935, et fut acheté par le barnstormer Anton Walker qui l'envoya chez Fairchild pour une révision complète. On changea le moteur, le fuselage, les fenêtres, les ailes, le train, et on refit tout l'entoilage. La cabine reçut six sièges. Il ne restait plus grand chose de l'avion de Byrd…Puis, Walker le produisit en public dans de nombreux meetings aériens. Il fut ensuite vendu, en juin 1937, à la société Fairchild Aerial Surveys (FAS) qui transforma l'appareil en avion caméra avec un nouveau moteur; elle l'employa jusqu'en 1941, date de sa réforme. Il fut alors utilisé comme réserve de pièces détachées. En septembre 1954, il fut vendu à Nevapair, de Tonopah (NV), puis en 1965, il fut envoyé chez Fairchild à Long Island (NY) qui le donna à la Smithsonian's National Air and Space Museum, en 1961. L'avion, dans un état déplorable, fut entièrement reconstruit entre 1981 et 1989 par le Cradle of Aviation Museum de Garden City, à Long Island (NY). Une fois restauré dans son état premier, avec ses skis, et décoré comme l'avion de Byrd, l'avion fut prêté en 1990, par le Smithsonian au Virginia Aviation Museum, de Richmond (VA) où il est exposé depuis.


Christian Santoir


*Film en vente sur amazon.fr
 
 
 
with-byrd.jpg

 

Creation date : 31/01/2014 : 10:26
Last update : 31/01/2014 : 10:26
Category : - Documentaries
Page read 2992 times


Reactions to this article

Nobody gave a comment yet.
Be the first to do so!