Search
Search
Movies files

Movies articles

Links

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Preferences

Connect again :
Your user name :
Your password
Captcha reload
copy the code :


  Count of members 140 members
Connected :
(nobody)
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://aeromovies.fr/data/en-articles.xml

CIEL DE GLOIRE
Vo. Lilac time




Année : 1928
Pays : USA
Genre : guerre
Durée : 1 h 20
Noir et blanc

Réalisateur : George FITZMAURICE
Scénariste : Carey WILSON
Histoire originale : "Lilac time" de Jane COWL et Jane MURFIN

Acteurs principaux : Colleen MOORE (Jeannine Berthelot), Gary COOPER (Capitaine Philip Blythe), Burr McINTOSH (Général Blythe), Cleve MOORE (Capitaine Russell), Kathryn McGUIRE (Lady Iris Rankin), Eugenie BESSERER (Madame Berthelot), Emile CHAUTARD (le maire), Edward DILLON (Mike le mécanicien), Dick GRACE (un aviateur)

Photos : Sidney HICKOX
Photo aérienne : Alvin KNETCHEL
Musique : Wolfe GILBERT, Nathaniel SHILKRET
Conseillers techniques : Cpt. Robert de COUDEIC, Cpt. L.J. SCOTT
Producteur : George FITZMAURICE, John McCORMICK
Compagnie distrib. : First National Picture

Avions :
-Waco 10
-Travel Air 4000 (Extr. de film)
-Albatros D.V (images d'archives)


 Notre avis :

Ce film muet avec accompagnement musical à l’orgue Hammond, est un des premiers films où Gary COOPER est en vedette, avec « The legion of the condemned » de William WELLMAN, un autre film d’aviation sur la première guerre mondiale, sorti la même année (mais introuvable depuis..). CIEL DE GLOIRE est d’abord, comme son titre français ne l’indique pas, une histoire d’amour sur fond de guerre, tirée d’une pièce de théâtre à succès qui passait à Broadway en 1917, l’année de l’entrée en guerre des USA. FITZMAURICE réalisera huit ans plus tard un autre film d’amour se passant pendant la grande guerre, « Suzy » avec Gary GRANT dans le rôle d’un pilote de bombardier,

L’histoire commence à « Nailly-les-Boureas » (!!) un petit village de Flandres ou de Picardie, dans une ferme où sont basés des pilotes anglais. Une veuve, Mme Berthelot s’occupe de la popotte de l’escadrille, aidée de sa fille Jeannine qui est très attirée par les jeunes pilotes et leurs machines volantes. Elle a l’habitude de disposer sur la table un bouquet de lilas, comme marque de son affection pour « ses » boys. Un jour, un nouvel arrivé, le capitaine Philip Blythe est forcé de crasher son avion pour éviter Jeannine, qui traverse le terrain par inadvertance. Elle fait meilleure impression quand il la voit plus tard dans le jardin, sous les lilas.… Ils tombent amoureux, mais Blythe est déjà fiancé à une riche héritière anglaise. Quand l’escadrille part pour une mission suicide, Blythe promet, malgré tout, à Jeannine de revenir. Il revient effectivement, mais blessé. Elle parvient à le confier à une ambulance de passage. Elle découvre plus tard son nom dans un hôpital, où on lui dit qu’il est mort. Elle laisse un bouquet de lilas pour lui, puis s’en va, l’âme en peine ; mais Blythe, qui n’est pas mort, voit le bouquet, et, regardant par une fenêtre, la reconnaît. Ils sont enfin réunis !


Le film qui fait alterner scènes dramatiques et comiques, ne fait que de vagues références aux combats. Le capitaine Blythe est abattu en mai 1918 (selon le registre de l’hôpital), c’est à dire en plein coeur de l’offensive allemande, dans le nord de la France, et au moment où le Fokker D.VII arrive dans les unités. On mentionne un «red ace» qui doit mener l’offensive aérienne du coté allemand ; cet « as rouge » rappelle naturellement le célèbre «baron rouge» Manfred von Richthofen, tué dans les Flandres le 21 avril 1918.

CIEL DE GLOIRE sortit en août 1928 avec des effets sonores synchronisés, selon le procédé Firnatone, qui était un des tout premiers essais de film sonore, sinon parlant, et reçut un bon accueil du public. Cette bluette tout à fait dans le style larmoyant de l’époque, sur le thème de l’amour plus fort que la guerre (un titre alternatif du film est : « Love never dies »), ne vaut que par le couple Gary COOPER-Colleen MOORE, et surtout par de bonnes scènes aériennes, filmées par des caméras fixées sur les avions, ainsi que par les cascades de Dick GRACE. Malheureusement, quelques maquettes furent utilisées, ce qui gâte un peu le spectacle.


 

Les avions du film :

Les avions du film étaient basés sur un terrain situé entre Culver City et Inglewood (Californie) géré par Bob Blair et Frank Baker. Ce dernier se tua lors du tournage, après une dure journée de voltige devant les caméras. Ces deux pilotes faisaient partie des «Buzzards», l’équipe des pilotes cascadeurs réunie et dirigée par Dick GRACE qui était chargé par la production des scènes aériennes. Dans son livre «Visibility unlimited » (1950), GRACE décrit son équipe hétéroclite : un ancien pasteur, un ingénieur diplômé, un as de la guerre, un fils de millionnaire, un jeune sorti de prison, un journaliste et un avocat stagiaire ! Il aurait pu ajouter un éclopé, en parlant de lui-même ; en effet, quelques mois auparavant, il s’était fracturé quatre vertèbres cervicales, pendant le tournage de «Wings», aux commandes d’un Fokker D.VII. D’autres pilotes provenant de Clover Field participèrent au tournage comme Clinton Herberger qui pilotait un avion caméra.

Dick GRACE acheta et loua une quinzaine de Waco 10 équipés de moteur en ligne OX-5. Ces avions furent repeints avec des cocardes anglaises et d’une couleur peu conforme à celle des avions anglais de l’époque (SE.5 et Sopwith Camel) qui avaient une livrée très sombre. Les Waco furent peu modifiés. Seuls, les radiateurs d’huile situés sous l’aile supérieure furent réinstallés sous le fuselage, entre les jambes du train, pour améliorer la visibilité, et le cockpit avant fut fermé pour permettre l’installation de deux mitrailleuses Vickers.

Le scénario prévoyait trois crashes. Dans la scène où le capitaine Blythe s’écrase à l’atterrissage en voulant éviter Jeannine, la doublure de Collen MOORE, l’actrice Opal BOSWELL, faillit être percutée par GRACE. Dans le dernier crash effectué par Charles Stoffer, Jeannine est censée être seule dans un avion qui roule dans tous les sens sans pouvoir l’arrêter, tantôt poursuivi par les soldats, tantôt les poursuivant ! Elle finit dans les arbres. Ce gag sera repris plus tard par Laurel et Hardy dans « The flying deuces » (1938) et dans le film anglais « It’s in the air » (1938).

Côté allemand, le film montre des scènes non utilisées de «Hell’s angels» tournées en 1927, (le film ne sortit qu’en 1930). On y voit des « Wichita Fokker », des Travel Air 4000 déguisés en Fokker D.VII, rayés de bandes noires et blanches verticales. Cette décoration avait un but plus pratique qu’esthétique ; elle devait favoriser les illusions d’optique et perturber ainsi le réglage du tir de l’adversaire. Une maquette fut utilisée pour figurer un bombardier bimoteur allemand de type indéterminé, genre Gotha. Enfin, un Albatros D.V fait une courte apparition au sol; il paraît authentique, sans doute tiré d’un film d’époque, il est en outre le seul avion à porter des « balkenkreuz » correctes, alors que tous les autres avions allemands sont affublés de la croix de Malte, si chère aux metteurs en scène, mais disparue en avril 1918.


Christian Santoir





 



 

Associated keywords

Creation date : 15/11/2006 : 21:54
Last update : 19/10/2010 : 09:21
Category : - Films
Page read 3838 times
Previous  
  Next


Reactions to this article

Nobody gave a comment yet.
Be the first to do so!