Search
Search
Movies files

Movies articles

Links

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Preferences

Connect again :
Your user name :
Your password
Captcha reload
copy the code :


  Count of members 142 members
Connected :
(nobody)
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://www.aeromovies.fr/data/en-articles.xml

LES TETES BRULEES
Vo.  Baa, Baa, Black Sheep




Année : 1976
Pays : USA
Durée : Deux saisons de 94 min. et 47 min.
Genre : guerre
Couleur

1ere diffusion aux USA : 21/09/1976
1ere diffusion en France : 27/03/1977

Réalisateurs : Riss Mayberry, Jackie COOPER, Lawrence DOHENY, Edward DEIN, Dana ELCAR, John PEYSER, Barry SHEAR
Scénario et adaptation : Stephen Cannell
Histoire originale : Gregory H. Boyington d’après son livre "Baa, Baa, Black Sheep"

Principaux acteurs : Robert Conrad ( Major Gregory "Pappy" Boyington), Simon Oakland (Général Thomas W. Moore), Dana Elcar (Colonel Thomas Lard), James Whitmore Jr. ( Capitaine James Gutman), Dirl Bloker (Lieutennat Jerry Bragg), W.K. Stratton (Lieutenant Lawrence Casey), Robert Ginty ( Lieutenant Thomas Wylie), Joey Arecso (sergent John Hutchinson), John Laroquette (Lieutenant Robert Anderson)

Photo : Charles ARNOLD, Edward P. PLante
Musique : Mike POST et Pete CARPENTER
Conseiller technique : Colonel Gregory H. Boyington
Scènes aériennes : Frank TALLMAN
Producteur exécutif : Stephen J. Cannell
Production : Universal Television

Avions :
-Vought F4U-7 Corsair, BuNo.133693, N33693
-Vought F4U-7 Corsair BuNo 133714, N33714
-Vought F4U-1A Corsair BuNo 17799, NX83782
-Vought FG-1D Corsair BuNo. 92106, N6897
-Vought FG-1D Corsair BuNo. 92132, N3466G
-Vought FG-1D Corsair, BuNo. 92629, N62290
-Vought FG-1D Corsair BuNo. 92433, N3440G
-Vought F4U-4 Corsair BuNo. 97359, N97359
-CCF Harvard Mk.4 / Zero N15796, N7757, N296W
-North American SNJ-4 Harvard / Kate, N7062C, N6438D
-Vultee BT-13 Valiant / Val, N56478, N56867
-Curtiss TP-40N c/n 33915, s/n 44-47923, N923
-North American B-25J Mitchell, s/n 44-30423, N3675G
-North American B-25J Mitchell s/n 44-30823, N1042B
-Lockheed P-38M Lightning  s/n 44-53097, N3JB
-Lockheed P-38L Lightning  s/n 44-26961, N691
-Boeing B-17G Flying Fortress, c/n 32325, s/n 44-83684, N3713G (au sol)
-Boeing B-17G Flying Fortress, c/n 32304, s/n 44-83663, N47780 (en arrière plan)
-Grumman J2F Duck, BuNo. 35587, N67790
-Curtiss SB2C-2 Helldiver (en arrière plan)
-Grumman F6F Hellcat (idem)
-Schweizer SGS 2-33
-Douglas C-47B c/n 34329, s/n 45-1059, N63250
-Douglas DC-3-357 c/n 3278, NC28341
-Stinson L-5 Sentinel  c/n 76-560, s/n 42-98319, N64669
-Beech 18/AT-11




Notre avis :

Cette série télé est basée sur les exploits du célèbre et sulfureux as américain, Gregory "Pappy" Boyington.

Ce pilote connut un parcours assez atypique. Il commença comme pilote dans le corps des Marines, au VMF-2 basée à North Island (CA). Il eut ainsi l’occasion de participer au tournage du film "Flight command" (1940) avec son Grumman F3F. Il s’imposait déjà comme un excellent pilote ce qui lui valut d’être nommé instructeur, un rôle qu’il n‘apprécia guère. Il noya son insatisfaction dans l’alcool, multiplia les dettes et s’imposa comme un bagarreur hors pair ! Au grand soulagement des Marines, il démissionna en août 1941 pour s’engager dans l’AVG de Claire Lee Chennault, attiré par un bon salaire et les 500 $­­­­­­­­­­­­­ de prime pour chaque avion japonais abattu. Boyington que l’on appela "Pappy", du fait de son âge (29 ans) et de son expérience, fut nommé chef de la première escadrille. C’était le pilote le plus sûr des "Tigres volants" ; un de ses camarades dira qu’il volait encore mieux quand il avait bu ! Il déclara avoir abattu six Japonais, alors qu’on ne lui en reconnut que la moitié. Boyington, peu apprécié, quand il quittait son avion, décida de démissionner en avril 1942, sans attendre la fin de son contrat. De retour aux États-Unis, ce mercenaire eut naturellement quelque mal à se faire réintégrer dans les Marines, mais vu la demande en pilotes expérimentés, on finit par l’accepter à contre cœur, et c’est en tant que major réserviste qu’il arriva dans le Pacifique, en janvier 1943. Début septembre 1943, après un travail de gratte-papier qu’il abhorrait, il reçut enfin un commandement, celui du VMF-214, une unité en pleine restructuration. Boyington eut la charge d’homogénéiser cette unité composée d’anciens ayant déjà fait un tour d’opération, et de jeunes frais émoulus des écoles. Il se consacra à l’entraînement de ces derniers et s’acquitta parfaitement de sa tâche. Son groupe choisit de s’appeler les "Black sheep", les moutons noirs ou les brebis galeuses, une définition qui collait bien au personnage de son chef, détestant une hiérarchie militaire qui le lui rendait bien. En octobre 1943, Boyington en est déjà à sa vingtième victoire et est devenu, au grand dam de certains officiers d’état-major, un authentique héros ! Lors du second tour d’opérations, la VMF-214 participa aux opérations contre la base japonaise de Rabaul. Mais après sa vingt-quatrième victoire, Boyington fut abattu et fait prisonnier par un sous-marin, le 3 janvier 1944 ! On le croyait mort et l’as des Marines fut nommé lieutenant-colonel de réserve à titre posthume. Le 29 août 1945, il réapparaissait, ayant, grâce à sa débrouillardise, survécu à l’enfer des camps de prisonniers japonais, réputés pour leur fort taux de mortalité. Après le récit de son dernier vol, on lui accorda deux victoires supplémentaires, qui ne purent être vérifiées. Le président Truman lui remit personnellement la médaille d’Honneur du Congrès, la plus haute distinction américaine. Celle ci lui rapporta finalement plus d’ennuis que de satisfactions. Le 1er août 1947, il était rendu à la vie civile avec le grade de colonel, mais il n’en toucha jamais la retraite. En 1958, Boyington publia la relation de ses combats dans un livre intitulé : "Baa, Baa, Black sheep". Cet ouvrage est truffé d’erreurs et d’inexactitudes ; Boyington avoua, par ailleurs, être un menteur né ! Mais le feuilleton télé du même nom que le livre, contient encore plus de mensonges et d’erreurs. Le VMF-214 n’était pas composée de marginaux et d’aventuriers, bons pour la court martiale, comme rappelé avant chaque épisode, mais de pilotes "normaux". L’escadrille n’eut jamais de bar ; dans les Salomons, la bière était rationnée à deux bouteilles de bière par jour et par homme. Les pilotes ne reçurent jamais de visites féminines, encore moins celle d’un bataillon d’infirmières. L’île de Vella Lavella, où était basée le WMF-214, est appelée "Vella La Cava" dans le feuilleton, pour des raisons juridiques; de même, la grand base arrière d’Espiritu Santo, devient Espritos Marcos, sur les cartes de "Pappy" Conrad. Le feuilleton n’a rien à voir avec la vérité historique et les épisodes ont été inventés de toutes pièces pour faire de l’audience, bien que chacun d’entre eux ouvre sur des actualités filmées de l’époque, comme pour fournir un cadre historique à l’intrigue consécutive. Les studios achetèrent des milliers de mètres de films d’archives ainsi que des films de cinémitrailleuses pour être insérés dans certaines scènes. Pensant que le Département de la Défense cautionnerait la série, les studios Universal envoyèrent une copie du script au Centre d’Histoire des Marines, à Washington DC. Mais le centre fut incapable de corréler le script avec le moindre fait connu !

Têtes brûlées

Si le fond laisse à désirer, la forme est tout aussi sujette à caution. Les pilotes ont l’air d’une bande de collégiens en vacances sous les tropiques. Leur coupe de cheveux, leurs combinaisons de vol collantes, leur style "beachboy", sont typiques des années 1970, et sont là pour attirer un jeune public. Quant aux infirmières, avec leur crinières et leur tenues sexy, elles semblent tout droit sorties de "La croisière s’amuse". Cependant, l’acteur Robert Conrad colle d’assez près à son personnage, si l’on fait exception d’un visage plus avenant que l’original. Il en a la carrure, la taille, les manières. Robert Conrad était aussi un bon boxeur et passa son brevet de pilote à la suite à cette série. Boyington et Conrad s’entendirent d’ailleurs parfaitement pendant tout le tournage. Boyington apparaît dans trois épisodes (épisodes 14, 22 et 28) sous l’uniforme d’un général, une petite revanche pour ce colonel de réserve, dont l’avancement fut sans cesse freiné !

Les deux épisodes pilotes s’appelaient "The flying misfits" (Les désaxés volants) ! Puis la chaîne NBC commanda une suite de vingt-deux épisodes, sous le nom de "Baa, Baa, black sheep". Comme il était impossible de montrer à longueur d’épisode des pilotes mitraillant des avions japonais, le thème central du feuilleton fut la lutte de Boyington contre la hiérarchie militaire des Marines, représentée par le colonel Lard (une vraie tête de... lard). Le "Jap", jadis haï, devint un noble adversaire, un chevalier du ciel (tout aussi chevelu que ses adversaires...). On tourna au rythme d’un épisode tous les six jours. A la fin de la première saison, NBC annonça que la série ne serait pas poursuivie, le chef de la programmation qui avait commandé le feuilleton, ayant été remplacé. Finalement, faute d’une meilleure série, la chaîne accepta de faire tourner treize autres épisodes, et en décembre 1977, la série repartait sous le nom de "Black Sheep squadron". Pour augmenter l’audience, quatre belles infirmières furent introduites sous le nom de "Pappy’s lambs" (les agnelles de Pappy), dont la fille de Robert Conrad, Nancy Conrad (Lieutenant Nancy Gilmore). Le feuilleton guerrier tournait à la franche comédie ; mais l’indice d’audience se maintint à un niveau suffisant pour atteindre le 36° épisode, en avril 1978.

La plupart des scènes aériennes furent filmées dans le sud californien et au dessus de l’océan, au large de Santa Barbara. Un des deux B-25 de Paul Tallman fut utilisé pour quelques prises de vue, mais la majorité des scènes furent filmées d’un North American T-28 appartenant à Tom Friedkin et piloté par Jim Gavin. L’arrière de cet avion fut aménagé pour accueillir un cameraman et sa caméra de 35 mm. De petits écrans de télé furent installés dans les deux cockpits de l’avion de sorte que le pilote et le caméraman puissent contrôler deux caméras fixées sous les ailes. Pour chaque scène, on avait ainsi trois angles de vue différents. Une base sur une île tropicale fut recrée près d’un petit terrain, à Indian Dunes, au nord ouest de Los Angeles. Ce terrain sera utilisé par la suite pour de nombreux tournages. Comme la piste n’était pas assez large pour faire décoller plusieurs avions de front, un avion commençait à rouler pendant qu’un autre, déjà en l’air, venait voler tout à côté de lui avec son train baissé. Au montage, en procédant à de savantes coupures, la pellicule finissait par donner l’impression que plusieurs avions décollaient en même temps. Certaines vues de décollage, de vol en formation ou de dogfight, sont reprises dans plusieurs épisodes. Le tournage posa aussi d’autres problèmes du fait de l’écart de vitesse entre les Corsair et les T-6, figurant les Zéros. Or, ces derniers devaient donner l’impression parfois de voler plus vite que les premiers. Dans les virages, les Corsair étaient à la limite du décrochage pour que les T-6 restent au moins derrière eux. L’avion caméra également devait ralentir le plus possible pour pouvoir les filmer tous.

En définitive, ce feuilleton télévisé est typique des séries américaines faites avec une grande économie de moyens et destinées à une très large audience. Il semble que la guerre du Pacifique, le VMF-214, Boyington lui-même, ne soient que des prétextes, voire un cadre, pour tourner des scènes d’action les plus captivantes possibles. Accusé par les critiques et ses anciens camarades de combat, d’avoir participé à une reconstitution "aussi fausse qu’un billet de trois dollars", Boyington avouera humblement l’avoir fait uniquement pour l’argent. Cette série à succès aura également augmenté la renommée de "Pappy" Boyington que l’on vit désormais dans tous les meetings aériens nationaux, et même à l’étranger. Mais "Pappy" ne se prenait pas au sérieux. Il disait : "Montrez-moi un héros, et je vous montrerai un pauvre type". Il savait de quoi il parlait...

Reste les avions, principalement le Corsair, dans tous ses états, et filmé sous tous les angles. Parmi les dix-sept pilotes participant au tournage, il y avait deux anciens pilotes des Marines qui avaient volé avec le VMF-214 à la fin de la guerre : Glenn Riley et Tom Mooney.

 
Têtes brûlées



Les avions du film :

Frank Tallman fournit la plupart des avions utilisés. Les avions de Boyington dans le Pacifique furent le Vought Corsair F4U-1 et F4U-1A. La vedette de la série est donc le Vought F4U Corsair, mais comme il y avait relativement peu de F4U-1 en état de vol, on utilisa des Corsair de différentes versions, mélangées dans les mêmes formations. Sept Corsair furent utilisés pour le tournage, bien qu’on en voit que cinq en formation à la fois. Un huitième F4U-7 (BuNo.133693, N33693) appartenant à Bob Guilford, ne tourna qu’une demi-journée. Il fut détruit en 1987, près de San Diego.

Têtes brûlées



L’ancien pilote de la Navy, John Schafhausen, fournit son F4U-7 (BuNo 133714, N33714) construit pour l’Aéronavale. Il devint "Black Sheep one" vu son expérience. Il est toujours en état de vol à Manassas (VA). Un vrai Vought F4U-1A (BuNo 17799, NX83782) appartenait au musée "Planes of Fame" de Chino où on peut toujours le voir, et même faire une promenade avec ! Cet avion fut acheté par la MGM à la fin de la guerre pour un projet de film sur l’aviation navale qui n’eut pas de suite. Il servait dans les années 1960 comme.ventilateur sur les plateaux de cinéma ! En piteux état, mais complet, il fut récupéré et restauré par Ed Maloney qui l’exposa dans son musée en 1976-77, avant de le céder au musée de Chino.

Thomas Friedkin vola sur son Vought F4U-4 (BuNo. 97359, N97359). En 1990, cet avion volait avec le "Old Flying Machine Company" de Duxford, en Angleterre. Il revint en 1992 aux États-Unis, où il vole aujourd’hui avec l’immatriculation NX240CA.

Quatre Corsair FG-1D, une version construite par Goodyear, participèrent au tournage. Deux FG-1D (Bu 92106, N6897) (Bu 92132, N3466G), venaient de la collection de David Tallichet. L’un vole toujours sous l’immatriculation N106FG, l’autre (N3466G) est en cours de restauration au Tri State Warbird museum de Batavia (Oh.). Un autre FG-1D Corsair (BuNo. 92629, N62290) appartenait à John Stokes. Cet avion était un ancien appareil des forces aériennes du Salvador jusqu’au début des années 1970. Il fut revendu par Stokes à Bob Pond qui le reconstruisit après un accident en 1983. Cet avion revole de nouveau et est aujourd’hui au Pond Museum, de Palm Springs en Californie.

Isaac Burchinal Jr. pilotait également un FG-1D (Bu 92433, N3440G) ayant appartenu à Frank Tallman et exposé dans son "Movieland of the air" dans les années 1960. L’avion fut détruit dans un incendie et reconstruit avec des pièces d’un autre FG-1D (Bu 92471). Acheté par Ray Dieckman en 1995, et immatriculé NX773RD, il fut restauré à Chino et revola en 2000. En 2004, il était au musée d’aviation du Tennessee, à Sevierville.

Les avions sont peints dans un bleu marine foncé comme en 1945, au lieu des deux tons de bleu ciel avec des surfaces inférieures blanches. L’un d’eux porte même sur l’extrados la flèche blanche des avions basés sur le porte-avions USS "Bunker Hill". On remarquera l’absence de viseurs. Les pilotes ne portent ni gants, et très rarement un masque à oxygène. Par contre un bon point pour les laryngophones, à comparer avec le sempiternel micro tenu à la main par John Wayne dans "Les diables de Guadalcanal" (1951).

L’adversaire des Corsair étaient le Mitsubishi Zéro, appelé "Zeke" par les Américains, dans ses versions A6M2 et A6M3. Mais "Pappy" descendit également un "Tojo" (Nakajima Ki-44) classé comme probable. Le tournage utilisa le North American T-6 "Zero" de l’Air Museum de Chino et ceux du film "Tora, Tora, Tora", ainsi que quelques Vultee BT-13 déguisés en "Kate" et en "Val", du même film, fournis par la Confederate Air Force et David Tallichet. Les Zero ont une livrée gris clair avec un capot moteur noir comme la plupart des appareils de la Marine impériale, avec parfois une flèche rouge le long du fuselage, d’origine inconnue et qui semble avoir été plutôt rare.

Les deux épisodes pilotes évoquent le passage de "Pappy" chez les AVG en Chine. On y voit un Curtiss P-40N qui est en fait un biplace, un rare TP-40N (s/n 44-47923, N923) appartenant à Frank Tallman. La verrière derrière le pilote a été peinte pour le transformer en P-40N, le dernier modèle du P-40. Cet avion est actuellement au Weeks Air Museum de Tamiami (Floride). Son camouflage vert et gris clair, avec les insignes chinoises sur les ailes et le chiffre 71 sur le fuselage, ne ressemble pas à celui des avions des Tigres volants, vert kaki et couleur terre. Le P-40N n’arriva en Chine qu’en 1944, bien après la fin de l’AVG. Boyington volait sur un P-40C avec l’insigne du 1st Pursuit Squadron "Adam et Eve" et le numéro 21.

Lors des épisodes 7, 20, 21 et 34 on voit trois B-25 en tout. L’un est un B-25J (N3675G, s/n 44-30423), qui fut livré au centre de stockage de Laurel (MS) juste après sa construction. En 1946, il fut modifié en TB-25J à Kelly Field, (TX), puis affecté à Dayton, (OH) pour un programme d’essais en vol. Il fut redésigné EB-25J en 1949. En 1950, l’avion fut envoyé à Griffiss AFB, puis en 1952, à Hanscom AFB. On le changea en JB-25J en 1956, quand il fut affecté à la base d’Inglewood (CA) pour participer à un projet de North American Aviation. En 1957, il redevint TB-25J et conserva cette désignation quand il fut stocké en 1958 à Davis-Motham AFB. Vendu comme surplus en juillet 1959, il échoua au Planes of Fame Museum de Chino (CA), en 1973. Il commença sa carrière au cinéma en 1977, avec la série télé "Baa Baa Black Sheep". Il est actuellement au musée de Chino sous le nom de "Photo Fanny", cet avion ayant servi d’avion caméra dans de nombreux films.

L’autre B-25J (N1042B, s/n 44-30823) a une histoire particulière. Après son utilisation par l‘USAF, il fut acquis par Tallmantz Aviation en 1962, et utilisé comme avion caméra basé à l’aéroport d’Orange County dans le sud de la Californie. Il tourna une douzaine de films, et de séries télé, dont "Catch-22", "Thousand Plane Raid" et "Baa Baa Black Sheep". Après la fermeture de Tallmantz Co. au milieu des années 1980, il partit en Angleterre et fut utilisé pour le film "The Memphis Belle", en 1989. Il retourna aux USA en 1990, quand il fut acheté par World Jet Inc. Il fut restauré par Tom Reilly dans son atelier de Kissimmee et vole de nouveau.

Le troisième B-25, dans l’épisode 7, est un CB-25J que l’on ne voit qu’en vol. Il porte des cocardes de temps de paix et appartient au Military Air Transport Service ; c’est un document filmé.

Deux Lockheed P-38 Lightning apparaissent dans l’épisode 34 (saison 2). L’un deux, un P-38M (44-53097, N3JB) appartenait à John Stokes qui le revendit après le tournage. Cet avion appartint à l’armée de l’air cubaine, puis à celle du Honduras avant d’être revendu à Bob Bean Aircraft à Blythe (CA) en 1960. Il est actuellement propriété de la Windward Aviation Corporation de Mesa (AZ). L’autre, un P-38L (44-26961, N691) était à John G. Deahl qui se tua à son bord en 1981, à Salt Lake City. Cet avion appartint successivement aux forces aériennes du Costa Rica, du Guatemala et du Honduras, avant d’être racheté par Bob Bean Aircraft, en 1960. Son épave se trouverait au musée de Chino.

On voit, au sol, deux Boeing B-17G dans l’épisode 18, mais un seul, avec le nom "Fort Apache" sur le nez, et une décoration vert foncé inappropriée, participe à l’action, tout en restant au sol. Cet épisode utilise de larges extraits du documentaire "Memphis Belle" de William Wyler. Le B-17G "Fort Apache" (N3713G, s/n 44-83684), appartient au musée de Chino. Il vola avec l’US Air Force jusqu’au milieu des années 1950. Vendu comme surplus, il apparut dans plusieurs films dont "The Thousand Plane Raid". Son rôle le plus célèbre fut celui du B-17 "Piccadilly Lilly" dans "Twelve O'clock High". L’avion est en cours des restauration à Chino. Celui en arrière plan était le B-17G
s/n 44-83663 prêté à Yesterday's Air Force, de Chino (CA) en 1973.

Un Grumman J2F Duck (Bu 35587, N67790) apparaît dans les épisodes 2, 9, 28 et 35, peint en gris clair et affublé d’étoiles avec point rouge central d’avant mai 1942 ! Cet avion appartenait à Frank Tallman et au Tallmanz Aviation museum, de Santa Ana (CA). Tallman affirmait que c’était son avion préféré avec le Corsair. Il est actuellement au musée de l’USAAF à Wright Paterson. Mais le Grumman J4F-2 Widgeon bleu foncé, avec des cocardes de temps de paix, vu dans l’épisode 3, n’est qu’un document filmé. Un North American T-6 (avec le code fictif "J-108"), dans lequel Boyington donne un baptême de l’air à son mécanicien (épisode 22), est un ex Zéro (on voit l’emplacement des mitrailleuses de capot) de la Confederate Air Force.

Deux North American P-51D Mustang sans aucune marque permettant de les identifier, sont filmés au sol (épisode 26) et remplacés en l’air, par des films en couleur d’époque. Ces avions appartenaient sans doute au musée de Chino. Quand ils décollent, ils sont remplacés par des images d'archives en couleur, montrant, entre autre, le P-51D "The Deacon" (s/n 44-63985) du 21st Fighter Group, basé à Iwo Jima en 1945.

Un Grumman F6F Hellcat, que l’on aurait aimé voir plus souvent, car il a combattu aux cotés des Corsair de la VMF-214, est entrevu en arrière plan, sur un parking (épisodes 4 et 18). Il en est de même pour un Curtiss SB2C-2 Helldiver (épisodes 18 et 22). C’est sans doute le Helldiver que la Confederate Air Force acquit en 1970. Le planeur Schweizer SGS 2-33 de l’épisode 26 est quelque peu anachronique, puisqu’il fit son premier vol en 1965.

Il est fait un large usage
dans presque tous les épisodes, de deux Douglas DC-3, qui tiennent lieu de R4D de la Navy. Le premier est un DC-3C/C-47B (c/n 34329, s/n 45-1059, N63250) appartenant à Jim Friedland qui se tua lors d’une traversée Los Angeles-Honolulu en juillet 1979. Le second est un très ancien DC-3-357 (s/n 3278, NC28341), certifié en décembre 1940. Il fut un des premiers avions de Delta Airlines qui l’utilisa jusqu’en 1965. En 1977, il appartenait à Mercury Aircraft Sales de Phoenix (AZ) et en 1978, il était exploité par Joel Grundy, d’Huntington Beach. Il fut retrouvé à Puerto Rico avec le matricule N29PR avant d’être acheté par Delta Airlines en 1996, et ramené à Atlanta pour restauration. En 1999, il vola de nouveau ayant retrouvé ses couleurs d’origine.

Têtes brûlées

Aussi fréquent que le DC-3, un Stinson L-5 Sentinel (c/n 76-560, s/n 42-98319, N64669) apparaît dans plus d’une dizaine d’épisodes. C’était un avion de Frank Tallman qui l’utilisait comme avion caméra et pour faire des repérages. Après le tournage, il fut restauré et est exposé au musée de Chino. Il faut également signaler, un Beech 18 (épisode 19), l'avion du colonel Lard.
 

Enfin, dans l’épisode pilote, on aperçoit deux Spitfire au sol, censés être à Calcutta, et portant le code PR du 609 Squadron basé en Angleterre. Ils doivent être extraits d’un passage du film "la Bataille d’Angleterre".



Christian Santoir
 

La liste des épisodes, classés par ordre chronologique :

Saison 1 :

21/09/76 épisode pilote (2 parties) : Les têtes brûlées / Flying misfits
23/09/76 épisode 1 : Un avion pour deux / Best three out five
28/09/76 épisode 2 : La petite guerre / Small war
05/10/76 épisode 3 : Le réprouvé / High Jinx
12/10/76 épisode 4 : Le prisonnier / Prisoners of war
26/10/76 épisode 5 : Porté disparu / Presumed dead
09/11/76 épisode 6 : Un drôle de cirque / The meatball circus
16/11/76 épisode 7 : Stratagème / Up for grabs
23/11/76 épisode 8 : Candidat au suicide / Anyone for suicide ?
30/11/76 épisode 9 : Le commando / New Georgia on my mind
07/12/76 épisode 10 : Opération radar / The cat's whiskers
14/12/76 épisode 11 : Triangle infernal /
04/01/77 épisode 12 : Hollywood s'en va-t-en guerre Love and war
11/01/77 épisode 13 : Objectif Rabaul (1ère partie) / The deadliest enemy of all-1
18/01/77 épisode 14 : Objectif Rabaul (2ème partie) /The deadliest enemy of all-2
29/01/77 épisode 15 : Le couteau dans la plaie / Devil in the slot

01/02/77 épisode 16 : Cinq pour un as / Five the hard way
08/02/77 épisode 17 : Dernière mission à Sengaï / The last mission over Sengai
15/02/77 épisode 18 :
Le massacre de fort Apache / Trouble at Fort Apache
22/02/77 épisode 19 : Les orphelins / Poor little lambs
08/03/77 épisode 20 :
Ces dames s’en vont en guerre / W.A.S.P. s
08/03/77 épisode 21 : Hutch / Last one for Hutch
22/03/77 épisode 22 : Le duel / The fastest gun

Saison 2 :
14/12/77 épisode 23 : La prière de l’Irlandais / Divine wind
21/12/77 épisode 24 : La promotion / The 200 pound gorilla
28/12/77 épisode 25 : Alerte au faucon / The hawk flies on sunday
04/01/78 épisode 26 : Les loups dans la bergerie / Wolves in the sheep pen
11/01/78 épisode 27 : L’examen / Operation Stand-down
18/01/78 épisode 28 : Organisation / Ten'll get you five
22/02/78 épisode 29 :
Le fruit défendu / Forbidden fruit
01/03/78 épisode 30 : Les anges combattants / Fighting angels
08/03/78 épisode 31 : L’invulnérable / The iceman
15/03/78 épisode 32 : Un spectacle de génie /  Hotshot
23/03/78 épisode 33 : Les grosses têtes brûlées / The show must go on... sometimes
30/03/78 épisode 34 : Le prisonnier de sa gloire / Sheep in the limelight
06/04/78 épisode 35 : Secours en mer / A little bit of England



 

2-91-2215-03-X.jpg(1) Pour la vraie histoire de "Pappy" Boyington, on se reportera aux excellents livres de Bruce Gamble :
 
"The black sheep . The definitive account of Marine Fighting Squadron 214 in World War II" (2003) Ballantine Books, 527 p. et "Black sheep one. The life of Gregory "Pappy" Boyington" (2003) Ballantine Boooks, 493 p...

Quant à la série, l’étude complète est dans : Didier Liardet et Jean Philippe Liardet "Les têtes brûlées, les corsaires du Pacifique" (2006) éd. Yris., 288 p. ISBN 2-912215-199-6
.



Le "vrai" Boyington


Acheter les Têtes Brûlées
 

Associated keywords

Creation date : 01/02/2007 : 13:13
Last update : 01/08/2014 : 10:01
Category : - Series
Page read 10747 times
Previous  
  Next


Reactions to this article

Reaction #4 

by geoffrey 21/08/2007 : 01:15

J'adore les Têtes brulées. Bravo pour cet article.

Forbidden!