Search
Search
Movies files

Movies articles

Links

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Preferences

Connect again :
Your user name :
Your password
Captcha reload
copy the code :


  Count of members 147 members
Connected :
(nobody)
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://aeromovies.fr/data/en-articles.xml


L'ENFER DU PACIFIQUE
Vo. Battle stations

 

Année : 1956
Pays : Etats-Unis
Genre : guerre
Durée : 1 h 21 min.
Noir et blanc

Réalisateur : Lewis SEILER
Scénario : Ben FINNEY, Crane WILBUR

Acteurs principaux :
John LUND (Aumônier Joseph McIntyre), William BENDIX (Buck Fitzpatrick), Keefe BRASSELLE (Chris Jordan), Richard BOONE (Le commandant), William LESLIE (Enseigne Pete Kelly), John CRAVEN (Commodore James Matthews), Jimmy LYDON (Squawk Hewitt).

Photographie : Burnett GUFFEY
Musique : Mischa BAKALEINIKOFF
Producteur : Bryan FOY     
Compagnie productrice : Columbia Pictures Corporation  

Avions :
-Grumman TBM-3S Avenger
-Grumman F6F Hellcat (en arrière plan)
-Vought F4U Corsair (en arrière plan)
-Nakajima Type 97 Kate (images d'archives)
-Nakajima B6N Tenzan (idem)
-Yokosuka P1Y Ginga (idem)


Notre avis :

Le réalisateur, Lewis Seiler, avait déjà réalisé plusieurs films à thème aéronautique : "The flying fool" (1925), "Flight angels" (1940), "Murder in the air" (1940), "International squadron" (1941), "Operation secret" (1952). Parmi ses derniers  films, celui-ci est centré sur l'histoire d'un porte-avions. C'est une sorte de docu-fiction racontant la dernière mission  du porte-avions USS "Franklin" (CV-13), dans le Pacifique, mission qui faillit se terminer très mal. Mais le nom de ce porte-avions n'est pas mentionné dans le film. Notons qu'en 1949, dans "Horizon en flammes", Gary Cooper prenait le commandement du porte-avions "Clipper", qui n'était en fait que le "Franklin" que l'on voyait sur des films d'époque, attaqué par des kamikazes, puis arriver à New-York, totalement dévasté. "L'enfer du Pacifique" fut un des derniers films d'Hollywood a traité des opérations aéronavales dans le Pacifique, lors de la seconde guerre mondiale.

L'USS "Franklin" (CV-13), surnommé "Big Ben" était un porte-avions de la classe "Essex" et le cinquième du nom. Mis en service en janvier 1944, il participa à plusieurs campagnes, dans le Pacifique. Lors de la campagne de Leyte, en septembre 1977, le navire fut attaqué à plusieurs reprises par des kamikazes et fut gravement endommagé. Il dut se retirer à Puget Sound pour y être réparé. Le USS "Franklin" quitta Bremerton (et non Alameda), le 2 février 1945, pour appuyer le débarquement d'Okinawa. C'est là que commence le film.


L'aumônier Joseph McIntyre se rappelle le jour de février 1945 où il embarqua, à la base navale d'Alameda, sur un porte-avions portant les "cicatrices" de ses anciens combats. A bord il retrouve des connaissances, Pete Kelly, un pilote qu'il avait rencontré dans un hôpital. Buck Fitzgerald, un homme frustre au grand cœur, qui est quartier maître et qui lui fait faire le tour du bateau. Il lui présente Chris Jordan, un marin à problèmes, qui fait tout pour changer d'affectation, puis le commandant, un marin qui a gravi tous les échelons et a même accepté d'être rétrogradé pour assurer le commandement du navire. Quand le porte-avions part pour Pearl Harbour, le commandant décide de commencer un programme d'entrainement très complet. Lors d'un appontage, Kelly désobéit aux ordres du batman de remettre les gaz, n'ayant plus assez de carburant pour refaire un tour. Il avait failli se noyer lors d'un précédent amerrissage. Il est sévèrement réprimandé et interdit de vol. Le navire finit par rejoindre une task force, au mouillage d'Ulithi. Puis après un court repos, le porte-avions et ses hommes repartent, pour aller attaquer les installations sur le sol japonais. Le mitrailleur de Kelly, William, va voir le commandant qu'il arrive à persuader d'autoriser son pilote à voler de nouveau. Il lui explique que sa femme attend des jumeaux, d'où sa crainte d'amerrir de nouveau. Le soir, un sous-marin ennemi est coulé. Le 18 mars, le porte-avions reçoit pour mission de couler des navires dans la baie de Kobé. Kelly peut retrouver son cockpit. Alors que porte-avions approche des côtes japonaises, un bombardier japonais lance une attaque sur le navire, puis des kamikazes se jettent sur lui. Alors que le feu fait rage sur le pont, Buck et plusieurs marins sont bloqués dans le mess. Ils parviennent à trouver une issue par une soute à munitions que le feu menace. Toute la nuit, les hommes combattent les incendies et le jour suivant, le bâtiment dévasté mais toujours à flot, peut rejoindre Ulithi par ses propres moyens. Tout au long de sa retraite, il a été attaqué par les Japonais et Buck est gravement atteint. Alors que le navire se prépare pour un long voyage qui le mènera aux chantiers navals de Brooklyn, le commandant nomme Jordan quartier maître et Buck, rétabli, le félicite. Le navire part ensuite pour Panama, puis remonte vers le nord, pour rejoindre le port de New-York.


Le personnage central de l'aumônier est inspiré du véritable aumônier du navire, le lieutenant commander Joseph T. O'Callahan, qui en plus d'apporter les derniers sacrements à de nombreux morts (724) et blessés (265), dirigea la lutte contre les incendies et l'évacuation de soutes à munitions qui menaçaient d'exploser. Le personnage du quartier maître William rappelle celui du lieutenant Donal Gary qui découvrit 300 hommes piégés dans un mess, privé de lumière, et les conduisit vers une issue.

L'USS "Franklin" ne participera pas à la fin des combats et sera retiré du service en 1947. Il sera un des deux porte-avions de la classe Essex, à ne pas reprendre du service après la guerre. Il sera ferraillé en 1966.

Ce que ne dit pas le film, c'est qu'à son arrivée, une controverse surgit sur le comportement de l'équipage lors des attaques... Le commandant Gehres accusa de désertion de nombreux marins qui avait quitté le bord, le 19 mars 1945, alors que certains de ceux-ci avaient sauté à l'eau; pour échapper aux flammes, ou avait cru que l'ordre d'abandon du navire avait été donné, vu l'étendue des avaries... Par contre, lors de son retour, entre l'atoll d'Ulithi et Hawaï, le commandant avait honoré les 704 membres d'équipage qui étaient restés à bord, malgré tout. A New-York, on s'aperçut que, seuls, 400 marins étaient restés en permanence à bord (sur 2600 hommes environ), les autres ayant rejoint leur bâtiment avant ou pendant l'escale d'Ulithi. Toutes les charges furent finalement abandonnées.

Le film fut en partie tournée sur l'USS "Princeton" (CV-37), un porte-avions de la classe Essex basé à North Island, San Diego, connu déjà des studios. En 1952, y avait été tourné le film "Flat top", sur la guerre de Corée. En juillet 1955, au moment du tournage, il était un des rares porte-avions à avoir déployé, peu auparavant, une poignée d'avions datant de la seconde guerre mondiale.

Les avions du film, qui n'apparaissent qu'au bout de 38 minutes, sont surtout aperçus sur des bouts de stock-footages, montés de façon peu chronologique. Pour le réalisateur, apparemment, sur un aircraft carrier, le carrier était plus important que les aircraft…hélas !


Les avions du film :

L'US Navy fournit quelques avions anciens, pour la réalisation de certaines scènes. Celle où Kelly ignore le signal wave-off a été réalisée avec un Grumman TBM Avenger de la VS-23. Cette unité de lutte anti sous-marine, crée en avril 1950, fut équipée jusqu'en 1953, de TBM-3S/W, avant de recevoir des Grumman SF2-1 Tracker, quand elle fut déployée sur l'USS "Princeton", entre novembre 1954 et avril 1955. L'Avenger du film est un TBM-3S (sans tourelle) portant sous le cockpit, l'insigne de la VS-23, les "Black Cats", sans doute un Avenger transformé en appareil de servitude.

Les autres avions font de la figuration. Sur le pont du "Princeton" on aperçoit une demi-douzaine de Grumman F6F Hellcat et des Vought F4U Corsair, des avions dont l'activité se prolongea jusqu'en 1952, et qui intervinrent au début de la guerre de Corée. On ne sait d'où viennent ces Hellcat, non identifiables. Les derniers en service furent des chasseurs de nuit F6F-5N de la VC-4, réformés lors de l'été 1954.

Le Composite Squadron VC-3 "Blue Nemesis" qui participa également au tournage, fut équipé de F4U-5N jusqu'en novembre 1954, lors de son détachement sur l'USS "Philippine Sea" (CV-47), dans le Pacifique. Ils furent remplacés à partir de novembre 1953, par des McDonnell F2H Banshee. Les Corsair de cette unité, vus dans le film, sont donc des avions réformés.

Quand l'USS "Franklin" passe sous le Golden Gate, à San Francisco, on voit d'autres Corsair portant des marques de nationalité postérieures à janvier 1947, et la dérive d'un Douglas AD-4, garé à côté, portent la lettre code "M" de l'Attack Squadron 65 (VA-65). Il pourrait donc s'agir d'une vue prise sur l'USS "Philippine Sea" en 1951, ou sur l'USS "Yorktown" (CVA-10), en 1953-1954…

Un peu plus tard, la DCA du bord s'exerce à tirer sur une cible remorquée par un Grumman F4F Wildcat.

Lors ses séances d'entrainement, entre San Francisco et Hawaï, on voit atterrir, un Grumman F5F Hellcat (n° 99) et un Grumman TBM Avenger (n° 81), sur le pont de l'USS "Yorktown", dont ils portent le GS (Group Symbol) sur la dérive (une petite barre blanche). Un Curtiss Helldiver est également aperçu très furtivement. Tous ces avions portent des étoiles de temps de guerre.

Quand le porte-avions passe à l'attaque, un Wildcat, sans aucune marque, à part le numéro "95", et des étoiles d'avant juin 1943, est filmé au décollage. On voit également deux Vought F4U (n° 12 et 27), qui portent sur la dérive le GS du porte-avions USS "Bennington" (CV-20). Des Grumman F5F Hellcat (n° 35 et 68) décollent du "Yorktown".

Côté japonais, il y a peu d'appareils, si ce n'est des avions torpilleurs Nakajima Type 97 Kate, avec des avions kamikazes, Nakajima B6N Tenzan, Yokosuka P1Y Ginga, déjà vus sur des documentaires de l'US Navy. Un cockpit de Wildcat, vu de face, tient lieu de celui d'un Zéro, ave deux mitrailleuses de capot factices.


Christian Santoir

*Film rare

ENFERDUPACIFIQUE.jpg
 

Associated keywords

Creation date : 01/03/2015 : 09:35
Last update : 01/03/2015 : 09:35
Category : - Films
Page read 3681 times


Reactions to this article

Nobody gave a comment yet.
Be the first to do so!