Search
Search
Movies files

Movies articles

Links

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Preferences

Connect again :
Your user name :
Your password
Captcha reload
copy the code :


  Count of members 141 members
Connected :
(nobody)
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://aeromovies.fr/data/en-articles.xml

L'ENNEMI SILENCIEUX
Vo. The silent enemy

 

Année : 1958
Pays : Grande-Bretagne
Durée : 1 h 52 min.
Genre : guerre
Noir et blanc

Réalisateur : William FAIRCHILD
Scénario : Marshall PUGH, William FAIRCHILD

Acteurs principaux :
Laurence HARVEY (Lieutenant Crabb), Dawn ADDAMS (Officier Jill Masters), Michael CRAIG (Knowles), John CLEMENTS (L'amiral), Sidney JAMES (Sous-officier Thorpe), Alec McCOWEN (le marin Morgan).

Musique : William ALWYN     
Photographie : Otto HELLER
Producteur : Bertram OSTRER
Compagnies productrices : Romulus Films, Remus/Bertram Ostrer Production.

Avions :
-Handley Page Halifax A.Mk.9, RT901 (extrait de film)
-Avro Shackelton MR.2 (au sol)

 

Notre avis :

Ce film décrit de façon très fictionnelle les événements qui se passèrent à Gibraltar durant la seconde guerre mondiale, avec notamment des attaques menées par des plongeurs italiens. Le personnage central est le vrai Lionel "Buster" Crabb, un ancien officier de la Navy qui disparut mystérieusement en avril 1956, alors que les services secrets britanniques lui avaient demandé d'aller examiner la coque d'un nouveau croiseur soviétique qui avait amené en Angleterre, le premier ministre Nikita Khrouchtchev...

L'histoire commence avec un raid d'"hommes-torpilles" italiens dans le port d'Alexandrie, en 1941, qui endommagèrent deux bateaux de guerre anglais. Ce genre d'attaque inquiète les Britanniques dont la suprématie en Méditerranée est menacée. Basé en Espagne, un spécialiste italien des opérations sous-marines observe secrètement la base de Gibraltar, afin d'y organiser de nouvelles attaques. L'expert anglais Lionel Crabb est envoyé à Gibraltar pour organiser une réplique. Il crée une petite équipe de plongeurs pour intercepter les Italiens et désamorcer les mines. Les Italiens ont projeté d'attaquer un convoi britannique, mais Crabb avec un coéquipier s'infiltre dans le port espagnol où est amarré le bateau qui sert de base aux Italiens. Crabb décide, sans ordres, de mener une attaque préventive contre ce bateau qui transporte des torpilles humaines. Le bateau italien est détruit et Crabb sera décoré.

Cette attaque contre un navire italien est totalement fictive. Le bateau qui servait de base secrète aux plongeurs italiens existait bel et bien, c'était l'"Olterra", mais il ne fut pas coulé, étant ferraillé en 1961. De même, il n'y eut aucune bagarre sous-marine entre les plongeurs anglais et italiens.

Le film a été tourné en grande partie sur la base de la RAF de Gibraltar qui apparait comme elle était en 1957, ce qui explique la présence de ce film sur aeromovies. Quelques mois après "L'ennemi silencieux", sortit un autre film de guerre anglais, "Contre-espionnage à Gibraltar", tourné lui aussi sur la base de la RAF.


Les avions du film :

Les avions sont peu nombreux dans ce film consacré aux plongeurs de la Navy et où on passe plus de temps sous l'eau que dans les airs.

Le premier avion aperçu (brièvement) est un magnifique Handley Page Halifax A.Mk.9 (serial RT901/G), extrait du film "Against the wind" (1948). Cet avion (c/n 1564) fut enregistré sur le registre civil anglais en septembre 1949 (G-ALVK), au nom d'Aviation Traders Ltd. Southend et livré par la voie des airs à l'Egyptian Air Force en mars 1950, avec le nouveau serial "1160".

Les autres avions sont des Avro Shackelton MR.2  vus sur la base de Gibraltar, au sol. Ces avions appartenaient au squadron n° 224 du Coastal Command. Reconstitué en 1948, il fut équipé d'Handley Page Halifax, puis en 1951, d'Avro Shackelton, qu'il utilisa à partir de Gibraltar, jusqu'au 31 octobre 1966, date de sa dissolution.

Le premier Shackelton vu de près est le Shackelton MR.2 portant le serial "WL792" et la lettre  "K". On voit sur le nez de l'appareil l'insigne du squadron 224, une tour enserrée par un serpent. Ayant volé pour la première fois en juillet 1953, il fut livré peu après, à la n° 38 MU (Maintenance Unit), puis transféré, en janvier 1954, au n° 204 squadron. De mars à avril 1955, il rejoignit la n°49 MU pour être équipé du système Autolycus, destiné à détecter les sous-marins. De retour au n°38 MU, en septembre 1955, il sera attribué au n° 224 squadron en mars 1957. Le 14 septembre 1957, lors d'un meeting à Gibraltar, il devra se poser sur le ventre. Le 11 novembre suivant, il sera retiré du service.

Crabb a la curieuse idée de désamorcer une torpille auprès d'un autre Shackleton, ayant le serial "WL741". Cet avion, sorti en décembre 1952, fut affecté au n° 224 squadron en mai 1953, avec la lettre "O". Après plusieurs modifications, il rejoignit le n° 42 squadron en décembre 1959 lettre D), basé en Cornouailles. Il retrouva le n° 224 squadron en novembre 1960. Puis à partir de décembre 1961, il subira plusieurs chantiers de modifications, en alternant les affectations : n° 205 squadron (sept.1962), n° 5 MU (février 1971), n° 8 squadron (avril 1973), n° 60 MU (déc. 1974), n° 8 squadron (janv. 1975). Il sera réformé en janvier 1998 et envoyé au Central Training Establishment, de Manston, en 1981, où il sera calciné par la Fire School et réduit à l'état de ferraille...

On aperçoit en arrière plan, d'autres Shackleton qui n'ont pas de codes apparents. On peut, en tout, compter sept Shackelton du n° 224 squadron, sur le tarmac.

Les plongeurs plongent sur l'épave d'un quadrimoteur Consolidated Liberator qui s'écrase en mer (du moins sa maquette), pour récupérer une sacoche de documents. Cette scène fait allusion au crash du Liberator II anglais (serial AL53), peu après son décollage de Gibraltar, le 4 juillet 1943. A bord de cet avion, avait pris place le général polonais Wladyslaw Sikorski, commandant en chef de l'armée polonaise et premier ministre du gouvernement polonais en exil, qui périt dans cet accident ou cet attentat (selon certains). Mais les plongeurs visitent l'épave d'un bimoteur Lockheed P2V-5 Neptune (et non celle d'un Avro Shackelton, selon certaines sources). L'hélice quadripale posée sur le fond, les trappes de fuselage carrées, la tourelle de mitrailleuse dorsale, le nez en plexiglas (qui a été modifié, la tourelle de mitrailleuse ayant été remplacée par un nez en plexiglas, comme sur plusieurs Neptune anglais), le cockpit (pratiquement complet), le train d'atterrissage, permettent d'identifier à coup sûr l'appareil. Cependant le moteur en étoile Bristol Hercules, que les plongeurs découvrent en premier, n'équipa pas le Neptune, mais plutôt un avion de fabrication britannique.

La RAF reçut 52 Lockheed Neptune P2V-5, redésigné MR.1., au début des années 50, dans le cadre du MDAP (Military Development assistance Program),

L'épave du film est celle du Lockheed Neptune MR.1, serial MX547 (s/n 51-15958, c/n 5163) livré à la RAF en mai 1953. Il fit d'abord partie du Vanguard Flight (1453 Flight) du Fighter Command, basé à Kinloss (Ecosse), pour développer des tactiques destinées aux avions d'alerte avancée. En 1954, il était basé avec la même unité, à Topcliffe (Yorkshire). Le 13 janvier 1956, l'avion fut accidenté sur la base RAF de Luqa (Malte) quand son train s'effaça à l'atterrissage. Il appartenait alors au n° 36 squadron, une unité de reconnaissance maritime basée à Topcliffe. Plutôt que d'être réparé, il fut vendu à la compagnie productrice Remus Films, le 30 mai 1957. Remis apparemment sur ses roues, amputé de son empennage, car monodérive, et ayant reçu une cocarde anglaise (type C1) datant de l'époque du film, l'avion fut immergé au large des falaises d'Hal Far. L'épave a été retrouvée en 2015, par un club de plongeurs de l'île de Malte, à une trentaine de mètres de fond. On peut la voir sur Youtube. On constate que l'épave a perdu le cockpit et toute la partie arrière, du fait de la corrosion, mais aussi des filets de pêche qui raclent les fonds marins. Seule, reste la partie centrale du fuselage, au niveau du longeron d'aile, avec les deux fuseaux moteurs, bien ancrés dans le sable par le train d'atterrissage. De nombreux petits détails correspondent en tout point à l'épave du film.

Christian Santoir

*Film disponible sur amazon.com

ennemi_silencieux.jpg

 
Associated keywords

Creation date : 18/03/2017 : 07:39
Last update : 18/03/2017 : 07:39
Category : - Films
Page read 183 times
Previous  
  Next


Reactions to this article

Nobody gave a comment yet.
Be the first to do so!