By continuing your navigation on this site, you accept the use of cookies to offer you contents and adapted services. Legal Notice.

Search

Search

Movies files

Movies articles

Webmaster - Infos

Preferences


Connect again :
Your user name :
Your password
<O>


  Count of members 31 members
Connected :
(nobody)
Snif !!!

Copyright

Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2019

Where the bullets fly

rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://www.aeromovies.fr/data/en-articles.xml

WHERE THE BULLETS FLY

 

Année : 1966
Pays : Grande-Bretagne
Durée : 1 h 28 min.
Genre : espionnage
Couleur

Réalisateur : John GILLING
Scénario : Michael PITTOCK

Acteurs principaux :
Tom ADAMS (Charles Vine), Dawn ADDAMS (Felicity 'Fiz' Moonlight), Tim BARRETT (Seraph), Michael RIPPER (Angel)

Photographie : David HOLMES
Musique : Kenny GRAHAM
Producteur : James WARD
Compagnies productrices : Alastair Fukls, Puck Films

Avions :
- Douglas C-47A, G-AJHZ
- Avro 683 Lancaster B Mk.VII
- English Electric Lightning F.1A, images d'archives
- Westland-Sikorsky 55 Whirlwind Srs., G-ANFH
- Super Aero 45, en arrière plan

 

Notre avis

Ce film fait partie des nombreux titres qui s'inspirèrent directement de la série des James Bond qui, en 1966, en était déjà à son quatrième titre. Ici, l'agent secret distingué, aux goûts raffinés, grand amateur de belles femmes et de voiture de sport, s'appelle Charles Vine. "Where the bullets fly" est le second de la série, après "Licence to kill" paru en 1965. Ce dernier titre sera d'ailleurs repris par un James Bond, mais en 1989. Aux USA, "Licence to kill" portera un autre titre révélateur, "Second Best Secret Agent in the Whole Wide World ", le premier meilleur agent secret au monde étant James, bien sûr...Vine apparaitra dans un troisième et dernier film, "Somebody's Stolen Our Russian Spy", en 1968.

Le film commence par une scène dans laquelle un groupe de terroristes a parqué une camionnette contenant un missile guidé, visant directement le palais de Westminster. Ils sont alors attaqués à la mitraillette et à la grenade, par un groupe de femmes faisant du tourisme et qui sont en fait, des commandos déguisés ! Ils sont dirigés par l'agent Charles Vine qui sauve ainsi le parlement anglais. Après cette introduction, l'histoire commence avec les essais d'un métal ultra léger, le Spurium, menés par la RAF, ce métal permettant de faire voler un avion équipé d'un moteur nucléaire ! Une organisation criminelle menée par un homme qui se fait appeler Angel, détourne l'avion effectuant les essais, grâce à un gaz qui hypnotise les pilotes. Mais, avant qu'il ne parvienne en France, l'avion est abattu par des chasseurs de la RAF. De peur que cet incident ne se renouvelle, Vine est nommé agent de sécurité du projet. Mais l'organisation d'Angel le kidnappe et le remplace par un de ses propres hommes, appelé Seraph. Ayant obtenu des renseignements avant de prendre le large, Seraph peut voler un échantillon de Spurium afin de le vendre à l'URSS. Mais les Soviétiques croient que c'est un agent double et le tuent ! Vine s'échappe et récupère le Spurium; il rejoint la base de la RAF où il rencontre son homologue, le lieutenant Felicity "Fiz" Moonlight, une de ses anciennes petites amies. Les hommes d'Angel attaquent alors, de nuit, la base, pour s'emparer du second avion qu'ils espèrent vendre aux Chinois. Vine parvient à monter à bord juste avant qu'il ne décolle. En l'air il neutralise les bandits, en les jetant par la porte ouverte, mais Felicity doit venir à son secours, car il ne sait pas piloter...

Ce petit film d'espionnage, totalement oublié, bénéficia néanmoins de la collaboration de la RAF qui autorisa la production à tourner plusieurs scènes sur la base aérienne de Biggin-Hill.

On notera que le scenario tourne autour d'un hypothétique avion à propulsion nucléaire, un projet américain de l'après guerre qui fut interrompu en 1961, n'ayant pu aboutir à rien de concret.

 

Les avions du film :

Le principal avion du film est un Douglas C-47A (G-AJHZ) portant la livrée de British Westpoint Airlines. Il s'agissait d'un C-47 construit par Douglas à Oklahoma City, livré à l'USAAF en 1942 (c/n 12421, s/n 42-92602). Il fut transféré à la RAF, comme Dakota Mk.III (serial KG391) et affecté au squadron 48, à Down Apney. Lors d'une mission de parachutage au dessus d'Arnhem, au Pays-Bas, en septembre 1944, touché par la DCA, il dut faire un atterrissage d'urgence à Evere, en Belgique. Rendu à l'USAAF en mars 1947, BEA (British European Airways) l'acheta en juillet 1947 et le baptisa "Bentfield Hucks". Il fut ensuite acquis en mars 1961, par Alares Development Company, une société de Jersey qui le loua un temps à Jersey Airlines. En janvier 1962, Tyne Tees Air Charter l'affréta et le loua, fin mai 1962, à la compagnie charter espagnole TASSA (Transportes Aereos del Sahara SA), avec le matricule "EC-ASQ". En mars 1964, il fut rendu à Tynes Tees qui l'acheta en janvier 1965, pour le revendre rapidement à Trans World Leasing Ltd., en février de la même année, après avoir fait faillite. Trans World Leasing le loua à de petites compagnies comme South Coast Air Services, puis à Bristish Wespoint (en mars-juin 1965, et avril-mai 1966). Peu après le tournage, il fut parqué à Luton, alors qu'il portait encore les cocardes anglaises qu'on lui avait appliquées pour le film. Il fut exporté en septembre 1966, vraisemblablement au Portugal. Il est signalé comme abandonné sur l'aéroport de Lisbonne, en 1968, puis sur celui de Gando, aux Canaries, en 1969. Ce vétéran aurait disparu en 1972...

Notons qu'un projet d'avion à propulsion nucléaire naquit aux USA, en 1947, mais il ne concernait pas un bimoteur à hélices, comme le C-47, mais plutôt un bombardier lourd, le "X-6" qui devait être construit par Convair. Ce fut finalement un Convair B-36 qui servit aux premiers essais. Le 17 septembre 1956, un B-36 décolla avec un réacteur nucléaire en marche, placé dans la soute à bombe, mais connecté à aucun équipement de bord. Dans le projet, il devait alimenter quatre réacteurs General Electric, placés sous le fuselage. Il y avait effectivement un problème de poids, comme évoqué dans le film, la protection du réacteur et surtout celle du cockpit, par des parois en plomb, pesaient des dizaines de tonnes. Ce projet se révéla être un gouffre financier ayant atteint 470 millions de dollars. Le président Kennedy arrêta les frais, en 1961. Les Soviétiques eurent également un projet visant à transformer un Tupolev Tu. 95M avec des turbopropulseurs alimentés par un réacteur interne. Il fut clôturé en août 1966, même si les études se poursuivirent sur ce type de propulsion.

Le premier avion "nucléaire" est abattu par des English Electric Lightning F.1A, dont un porte le code "XW213", vus sur des images extraites d'un documentaire de la RAF. Des appareils portent sur la dérive l'insigne du squadron 74 (une tête de tigre), qui fut, en juin 1960, la première escadrille de chasse de la RAF à être équipée de chasseurs pouvant voler à Mach 2. Il y a aussi des Lightning du squadron 111 (avec un éclair noir de part et d'autre de la cocarde, sous le cockpit).

Au début du film, le ministre passe devant un Avro 683 Lancaster B Mk.VII, tout blanc (avec un kangourou et le logo de Shell peints sur le nez), construit en 1942 par Austin Motors Ltd (NX611). Il s'agit d'un ancien avion de l'Aéronavale (WU-15), réceptionné en mai 1952 et transformé en avion de patrouille maritime. Pendant dix ans il servit dans plusieurs escadrilles, comme la 25F et la 55S, à partir de bases situés en Bretagne ou au Maroc. En novembre 1962, il fut affecté à l'Escadrille de Servitude 9S, basée à Nouméa-La Tontouta (Nouvelle-Calédonie). Réformé en 1964, c'est l'association anglaise Historic Aircraft Preservation Society qui le récupéra et le fit enregistrer "G-ASXX". Après révision, il fut acheminé, en vol, de Sydney à Biggin Hill, où il arriva le 13 mai 1965, après un voyage de treize jours. Restauré dans son état d'origine avec son ancien serial "NX611" et une tourelle dorsale, il est exposé au Lincolnshire Aviation Heritage Centre (il peut rouler sous la puissance de ses moteurs, mais ne vole pas), à East Kirby.

Felicity est transférée dans le DC-3 de Charles, à partir d'un hélicoptère Westland-Sikorsky 55 Whirlwind Srs.1 (G-ANFH, c/n WA/15), construit en 1954 à Yeovil. Il fut livré à BEA et baptisé "Sir Ector"; il fut utilisé pour des liaisons entre l'aéroport d'Heathrow et Southampton. En 1959, il pratiqua des essais d'épandage agricole. En 1960, il participa au tournage de "Murderer row", puis, en 1963, à celui du film de Joseph Losey, "The Dawned" et en 1964, il apparut dans les scènes finales du film des Beattles "A Hard Day's Night". Dans ces films, comme dans celui-ci, il porte les couleurs rouge, noir et blanc de BEA. Après environ 4000 heures de vol, BEA le vendit en février 1969, à Autair Helicopters Services qui le revendit dès le mois d'avril à Bristow Helicopters qui l'utilisa pour la formation des pilotes et l'épandage agricole. Basé à Blackpool, il mènera aussi des missions de ravitaillement pour des plateformes pétrolières de Gulf Oil, en mer d'Irlande. En 1971, il fut stocké sur la base de Bristow à North Denes, avant d'être transféré à Redhill, en 1977. Il fut alors acquis par l'Helicopter Museum de Weston-super-Mare, en 1978, où il est, depuis, stocké à l'extérieur, sans qu'aucune restauration n'ait été entreprise.

Enfin, en arrière plan, sur la base de Biggin-Hill, on aperçoit plusieurs monomoteurs à aile basse, parmi lesquels on peut distinguer deux de Havilland Canada Chipmunk T.10, un avion d'entrainement primaire, et un Erco 415D Ercoupe civil.

Plus tard, on entraperçoit de loin, derrière une Land-Rover, un Super Aero 45. La présence, en 1966, de cet avion de construction tchèque, est intéressante. Entre 1961 et 1965, il y avait deux Super Aero 45 et six Aero 145 (une version améliorée du 45, la plupart étant importés par Peter Clifford Aviation Ltd. implanté sur l'aéroport d'Oxford), immatriculés en Angleterre. La Grande-Bretagne fut le seul pays européen non communiste où cet avion remporta un succès certain. La décoration de l'avion vu dans le film, correspond en tout point à un Super Aero 45, photographié à Biggin Hill en juin 1965 (Cf. forum.keypublishing.com). Il s'agit du Super Aero 45 "G-APRR" (c/n 04-014) appartenant depuis octobre 1964 à la société International Aircraft Ltd. de Guernesey. Il fut le premier Super Aero 45 à être inscrit le 5 janvier 1959, sur le registre britannique, au nom d'Edward L. Mole du Royal Gliding Club. Le 25 mai suivant, il fut vendu à John R. Maitland de Maitland Air Charters. Cet avion, qui eut treize propriétaires (et des décorations différentes), fut gravement accidenté au décollage de l'aéroport de Blackbushe, en 2009, et rayé des registres en 2012.

 

Christian Santoir

*Film à visionner sur YouTube

WHEREBULLESTFLY.jpg
 

Associated keywords

Creation date : 2018.12.14 : 18:34
Category : Movies files - Films
Page read 948 times

Reactions to this article


Nobody gave a comment yet.
Be the first to do so!