By continuing your navigation on this site, you accept the use of cookies to offer you contents and adapted services. Legal Notice.

Search

Search

Movies files

Movies articles

Webmaster - Infos

Preferences


Connect again :
Your user name :
Your password
<O>


  Count of members 31 members
Connected :
(nobody)
Snif !!!

Copyright

Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2020

Devil at four o'clock (The)

rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://www.aeromovies.fr/data/en-articles.xml

LE DIABLE A QUATRE HEURES
Vo. The devil at four o'clock

 

Année : 1961
Pays Etats-Unis
Durée : 2 h 06 min.
Genre : aventure
Couleur

Réalisateur : Mervyn LeROY
Scénario : Liam O'BRIEN, Max CATTO

Acteurs principaux :
Spencer TRACY (père Matthew Doonan), Frank SINATRA (Harry), Kerwin MATHEWS (père Joseph Perreau), Jean-Pierre AUMONT(Jacques), Grégoire ASLAN (Marcel), Alexander SCOURBY (le gouverneur), BarBara LUNA (Camille), Cathy LEWIS (L'infirmière en chef)

Musique : George DUNING     
Photographie : Joseph F. BIROC     
Producteur : Fred KOHLMAR     
Compagnies productrices : Mervyn LeRoy Productions Inc.,  Fred Kohlmar Productions

Avions :

-Consolidated PBY-5A Catalina, N5590V, c/n 1768

Notre avis :


Sur l'ile fictive du Pacifique, de Talua, en Polynésie française, à plus de 800 kilomètres de Tahiti, le père Doonan a été relevé de ses fonctions, par le père Perreau, en partie à cause de son alcoolisme. Mais il a aussi découvert le secret de l'ile, la contamination des enfants par la lèpre. Il a construit un petit  hôpital pour ces malheureux,  mais il a du mal à récolter des fonds auprès des habitants de l'île qui se désintéressent de ce problème. Entretemps, trois repris de justice, Harry, Charlie et Marcel, en route vers Tahiti, font une escale sur l'île. Doonan obtient leur aide pour construire une chapelle près de l'hôpital des enfants. C'est alors que le volcan de l'île entre en éruption. Le gouverneur ordonne l'évacuation, mais les enfants sont encore sur les pentes du volcan, à l'autre bout de l'île et le père Doonan veut absolument les sauver. Doonan convainc le gouverneur de parachuter des hommes pour aider à évacuer les enfants. Le cargo chargé d'évacuer les habitants attendra jusqu'à quatre heures de l'après midi, le lendemain, avant de partir, à cause de la marée. Dans l'espoir de voir leur condamnation commuée, les trois criminels acceptent de se parachuter avec Doonan. La plupart des enfants sont finalement secourus et peuvent embarquer sur le bateau. Mais Marcel est tombé dans un fossé où il fut englouti par la boue, Charlie a été grièvement blessé quand le pont qu'il maintenait debout, s'effondra sur lui. Le père Doonan décide de rester à ses côtés. Harry parvient à la côte avec les enfants. Il s'est lié avec une jeune femme aveugle qui travaillait à l'hôpital, mais quand il réalise que le père Doonan est absent, il lui dit adieu et part à la recherche du prêtre. Il le retrouve alors qu'il donne les derniers sacrements à Charlie. Peu après, le volcan explose et détruit toute l'île…

Ce film à grand spectacle n'a pas pour but de nous montrer des scènes d'action sur fond de catastrophe naturelle, l'essentiel est ailleurs. Le scenario traite, en fait, de thèmes majeurs comme la foi, la rédemption, l'enfer et le paradis, avec une histoire moralisante où des criminels deviennent des héros qui se rachètent avec une dernière prière ou un signe de croix. Des personnages qui se révèlent dans l'action et le danger, alors que les "braves gens" se défilent, est un lieu commun des films hollywoodiens.

Bien que l'avion joue ici un rôle important (repérage des coulées de lave, parachutage des hommes venant au secours de l'hôpital), on ne le voit pratiquement pas en vol.

Les avions du film :

La production utilisa un seul avion, plus exactement un amphibie, un Consolidated PBY-5A Catalina, sur lequel le film ouvre. Plus tard, l'appareil amerrit à Lahaina, sur l'île de Maui, à Hawaii, et non à Tahiti (4300 km, plus au sud…).

Cet amphibie, construit entre 1941 et 1942 (c/n 1768) , fut livré à l'US Navy avec le BuNo. 48406. Après la guerre, il fut acquis par la société Southern California Aircraft Corp, d'Ontario (CA), qui le transforma en Landseair (un yacht aérien), puis, en 1956, par le riche homme d'affaires Thomas W. Kendall. Immatriculé "N5590V", il fut inscrit au nom de Catalina Ltd. de La Verne (CA). En 1960, il fut loué à Catalina Enterprise, avec le nom de "Tiare Tahiti" (les fleurs de Tahiti) qu'il porte dans le film. Mais il n'apparaitra pas dans le film anglais "Tiara Tahiti", en 1961, comme mentionné par certaines sources. En mars 1964, l'avion ne volait plus. En 1971, il  fut enregistré au nom de son propriétaire, Thomas W. Kendall de Laguna Beach (CA). Il fut parqué à l'extérieur, sur l'aéroport de Van Nuys entre 1978 et 1986.

En 1979, l'avion apparait sur l'aéroport de Van Nuys (CA), avec son fuselage couvert d'huile et portant toujours le nom de "Tiare Tahiti" et la même décoration que dans le film; il n'était visiblement plus en état de vol. En 1984, il aurait été prêté / loué à l'International Centre for Environmental Research, de Wilmington (DE), pour lequel Kendall aurait effectué des vols pour obtenir des données atmosphériques et assister des chercheurs. Mais ceci semble douteux; en octobre 1984, il était toujours parqué à Van Nuys (devant le hangar de Western Jet Aviation, en 2020), dans le même piteux état qu'il était cinq ans plus tôt (surfaces mobiles partiellement désentoilées, train d'atterrissage rouillé, peinture écaillée, taches d'huile sur le fuselage toujours présentes au niveau des moteurs... Thomas Kendall en fit don au San Diego Aerospace Museum (CA) en janvier 1986. L'avion fut restauré par la société Convair en PBY-5A, dans son état et ses couleurs d'origine, avec son BuNo."48406". Il retrouva également sa tourelle de nez. D'abord exposé à l'extérieur, sur des pylônes, il est maintenant protégé par une vaste verrière et incorporé au bâtiment du musée.

L'intérieur de la cabine de l'avion, de même que le cockpit, ont été reconstitués en studio. La cabine apparait trop grande, et le cockpit du PBY (comme dans tous les gros avions) n'est pas largement ouvert sur la cabine. Le PBY comportait six compartiments (dont le cockpit) séparés par des cloisons franchissables par de petites portes étanches. En outre, la cabine ne possédait pas de porte, à droite, juste derrière le cockpit, par où les hommes se parachutent. Ils auraient dû sauter par les blisters, à l'arrière, ce qui n'était pas très commode…

Christian Santoir

*Film disponible sur amazon.fr

DIABLEAQUATRE_HEURES.jpg


 

Associated keywords

Creation date : 2020.02.07 : 11:54
Category : Movies files - Films
Page read 857 times

Reactions to this article


Nobody gave a comment yet.
Be the first to do so!