By continuing your navigation on this site, you accept the use of cookies to offer you contents and adapted services. Legal Notice.

Search

Search

Movies files

Movies articles

Webmaster - Infos

Preferences


Connect again :
Your user name :
Your password
<O>


  Count of members 31 members
Connected :
(nobody)
Snif !!!

Copyright

Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2020

Apsara

rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://www.aeromovies.fr/data/en-articles.xml

APSARA
Vo.
អប្សារា

 

Année : 1966
Pays : Cambodge
Durée : 2 h 10 min.
Genre : drame
Couleur

Réalisateur : Norodom SIHANOUK
Scénario : Norodom SIHANOUK

Acteurs principaux :
Prince Sisowath CHIVANMONRIAK (pilote militaire), Bopha DEVI (Kantha Devi), Norodom NARINDRAPONG (le petit frère du pilote), Saksi SBONG (la veuve Rattana), Général TIOULONG (Général Rithi)

Photographie : Som Sam AL
Musique : Norodom SIHANOUK
Producteur : Norodom SIHANOUK
Compagnie productrice : Khemara Pictures

Avions :
-Douglas AD-4NA Skyraider, en arrière plan
-Douglas C-47, idem
-Fouga CM.170R  Magister, en arrière plan
-Ilyushin Il-14M, idem
-MiG-17F
-Morane-Saulnier MS.733 Alcyon, en arrière plan
-North American T-28 Trojan, idem
-SNCASE SE.3130 Alouette II


Notre avis :

Le film "Apsara" est un mélodrame tourné en 1966, par le roi Norodom Sihanouk, qui en a été le réalisateur, le scénariste et le dialoguiste. Norodom Sihanouk était un homme aux multiples talents : poète, compositeur, romancier, journaliste et cinéaste. Mais dans le générique, Norodom Sihanouk "sollicite toute l'indulgence du spectateur, pour cette réalisation d'un simple amateur"; c'était donc aussi un homme humble, ce qui n'est pas courant chez les rois.

Selon ses propres propos, il voulut réaliser ce film, avec "de belles couleurs, de beaux paysages, de beaux décors intérieurs, du sentiment, de l'amour, pour faire connaître à l'étranger le Cambodge moderne et traditionnel", et notamment, les apsaras, ces danseuses divines, qui sont au centre de la culture khmère. Aujourd'hui les apsaras sont toujours imitées, par d'autres asparas, plus humaines, qui axent leurs chorégraphies sur les mouvements très lents des mains et des pieds, tout en ayant le dos cambré.

Ce film fut en fait réalisé pour redorer l'image du Cambodge qui, dans les années 60, en avait besoin. Malgré un développement rapide et une certaine prospérité, l'administration et l'industrie ne fournissaient pas de débouchés suffisants aux nouvelles couches scolarisées qui ne profitaient pas des retombées de l'importante aide étrangère, au même titre que les classes dominantes souvent corrompues, ce qui entraîna de fortes tensions dans la population. En outre, malgré une neutralité affichée, le Cambodge laissa les communistes et le Viet Cong s'installer dans l'est du pays, qui leur servit de base arrière (ce que semble contredire le film…). "Aspara" permet également de découvrir le Phnom-Penh des années 1960 (Monument de l'Indépendance, White Building, le théâtre Chaktomuk, la pagode d'Argent…), une ville fort peu encombrée, avec de nombreux espaces verts, des squares avec de grands jets d'eau, des rangées d'immeubles neufs...

L'ensemble de la famille royale, des officiels et des biens de l'Etat furent mis à contribution pour la réalisation du film. Le rôle de Kantha est joué par la princesse Buppha Dévi, le fille de Norodom Sihanouk, qui démontre brillamment sa maîtrise de la danse du ballet royal. Le film se passe donc dans la (très) haute société, proche de la famille royale, qui organise de somptueuses fêtes, vit dans des maisons de luxe et ne roule qu'en Cadillac, Mercedes, Jaguar, Lincoln…On voit aussi une actrice (qui joue le rôle de la veuve Tattana) conduire la voiture personnelle de Sihanouk, une magnifique Facel Véga coupé II (châssis HK2B179) 1964, qui apparaît dès le début du film (sans doute sa voiture favorite). Quand à la fille de Sihanouk, elle conduit un coupé Mercédés 230SL 1963.


Le riche et puissant lieutenant général cambodgien Rithi a pour maîtresse une jeune veuve, Rattana, mais pendant une représentation du Ballet Royal, il est subjugué par la beauté d'un étoile, Kantha Devi, dont les traits lui rappelle ceux des danseuses célestes, les apsaras…C'est le coup de foudre ! Malgré son âge, il s'empresse de la demander en mariage. La mère de Kantha est d'origine modeste mais a de grandes ambitions pour sa fille. Sans lui demander son avis, elle accepte. Le problème est que Khanti aime un jeune homme, un ami d'enfance, le lieutenant Phaly, un pilote de l'armée de l'air khmère. Elle n'ose désobéir à sa mère, mais le soir de la nuit de noce, elle fait chambre à part, en avouant le lendemain à Rithi son amour pour Phaly; il lui demande de réfléchir…C'est le petit frère de Phaly qui va maintenir sa communication avec son amoureux. Mais entretemps, les tensions à la frontière du Vietnam se sont accrues et le général doit reprendre du service. Il se rend sur la base de Sré Khong, où il inspecte les unités qui vont partir pour le front. Phaly va intercepter les agresseurs qui ont attaqué un village, mais il est blessé. Il peut néanmoins revenir à la base de Pochentong (Phnom-Penh), où il est hospitalisé. Emu par l’amour que se portent les jeunes gens, Rithi, un homme honnête, finira par libérer Kantha qui se précipite à l'hôpital. Rattana ne va pas tarder à rejoindre son général et il va décider de l'épouser. Tout rentre dans l'"ordre".

On parle français dans le film, mélangé à du khmer, chez les civils comme les militaires. Rappelons que le Cambodge fut sous protectorat français de 1863-1949, et conserva, par la suite, des relations étroites avec ce pays. Norodom Sihanouk était considéré comme un des pères fondateurs de la francophonie, de même le Sénégalais Léopold Sédar Senghor et le Nigérien Hamani Diori.

Le rythme du film, qui dure plus de deux heures, est plutôt lent, avec des scènes qui ne méritent pas de s'y attarder. En plus de deux heures, le film ne nous montre pas seulement les beautés du Cambodge et de ses danseuses (lors d'une danse de plus de15 minutes), mais aussi les "muscles" du pays, à commencer par son aviation militaire (Kangtorp Cheung Akas) et son armée (au bout d'1 h 28 min.). Le film est d'ailleurs dédié aux Forces armées royales khmères, et pas au Ballet Royal. On constate que l'armée de terre est équipée d'un matériel hétéroclite fourni par les Etats-Unis (blindés Ford M8 Greyhound, datant de la seconde guerre mondiale, Dodge WC 57 Command Car, Willys MB Jeep), par la France (tanks AMX-13/75 Modèle 51) et par l'URSS (Gaz 69M, camion ZiL 157).

Les avions du film ont été filmés sur la base de Pochentong, l'ancien nom de la base de Phnom-Penh, et sont presque un résumé de l'histoire de l'armée de l'air khmère.


Les avions du film :

Les premiers avions vus dans le film (au bout de huit minutes) sont quatre Mikoyan-Gurevich  MiG-17F, portant les numéros de série : (8)022, (7)941, (7)141, (7)205. Les trois premiers MiG-17 arrivèrent en 1963, livrés par l'URSS, neuf autres les rejoignirent en 1964. Fin 1964, la Chine populaire fournit six autres MiG-17. Ces avions, comme tous les autres, portent les cocardes appliquées de 1954 à 1970. Ils appartenaient au Groupe d'Intervention.

L'aide russe apparaît également sous la forme d'un Ilyushin Il-14M, vu en arrière plan. Il porte le numéro de série "305" sur la dérive, à gauche du drapeau cambodgien. Il fut d'abord immatriculé en URSS (CCCP-L1565, puis CCCP-91565, c/n 14700 13 05) au nom de l'Aeroflot d'Azerbaïdjan. En 1963, il rejoignit la force aérienne cambodgienne, employé par la 1er Groupe de Transport. Il fut détruit par accident, à l'atterrissage, en 1968. Les Soviétiques fournirent également, apparemment, du matériel radar, dont le radar de contrôle, 1L-117, que l'on aperçoit rapidement.

Le support américain est également bien présent, avec des avions vus seulement en arrière plan, alignés au sol. On aperçoit ainsi des Douglas C-47 qui furent en service de 1954 à 1981, et dont les numéros de série sont invisibles. Certains C-47 furent fournis également par la France et l'Australie. On peut voir de loin des North American T-28D  Trojan, employés entre 1962 et 1987. Il y a également des Douglas AD-4NA Skyraider, tous en service au sein du Groupe d'Intervention, de 1963 à 1968. Mais la plupart de ces Skyraider furent livrés par la France, après qu'ils aient servi pendant la guerre d'Algérie.

La France participa à la création de la première force aérienne khmère, en avril 1954. L'aide française, qui se poursuivit, apparaît sous la forme de trois SNCASE SE.3130 Alouette II, acquis en 1961, sur un total de huit, la situation avec le Vietnam se dégradant. C'étaient les premiers hélicoptères cambodgiens et ils restèrent en service jusqu'en 1981.

En septembre 1961, s'ajoutèrent quatre Fouga CM.170R Magister, affectés à l'Escadron d'Entraînement Avancé. Ils apparaissent tous à l'écran, au sol et en vol (sans numéro apparent) eux aussi. Ils furent employés jusqu'en 1981. Ils servirent également comme avion d'attaque au sol (comme dans le film, mais armés seulement de leurs deux mitrailleuses de capot).

Autre avion français aperçu (fort mal) dans un hangar, un Morane-Saulnier MS.733 Alcyon un type d'appareil réceptionné en 1954-1955 et en fin de parcours, en 1968. Ils formèrent les premiers pilotes khmers. Armés, ces avions d'entraînement furent engagés contre le Vietnam en mai 1956. Ils furent peu à peu remplacés par des Cessna T-37, à partir d'août 1962 et seize Gardan GY-80 Horizon, après 1969.

 

Christian Santoir

* Film disponible sur YouTube

APSARA.png
 
Associated keywords

Creation date : 2020.09.05 : 07:29
Category : - Films
Page read 203 times

Reactions to this article


Nobody gave a comment yet.
Be the first to do so!