Search
Search
Movies files

Movies articles

Links

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Preferences

Connect again :
Your user name :
Your password
Captcha reload
copy the code :


  Count of members 147 members
Connected :
(nobody)
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://aeromovies.fr/data/en-articles.xml

 

PAVILLON DE COMBAT
Vo. The eternal sea



Année : 1955
Pays : Etats-Unis
Durée : 1 h 43 min.
Genre: guerre
Noir et blanc

Réalisateur : John H. AUER
Scénario : William Wister HAINES, Allen RIVKIN
     

Acteurs principaux :
Sterling HAYDEN (Rear-Admiral John Madison Hoskins), Alexis SMITH (Sue Hoskins), Ben COOPER (P. J. 'Zuggy' Zugbaum), Dean JAGGER (Vice-Admiral Thomas L. Semple), Virginia GREY (Dorothy Buracker), Hayden RORKE (Captain William Buracker), Douglas KENNEDY (Captain Walter Riley), Louis Jean HEYDT (Captain Walter F. Rodee), Richard CRANE. (Lieutnant Johnson), Morris ANKRUM (Vice-Admiral Arthur Dewey Struble).

Musique : Elmer BERNSTEIN
Photographie : John L. RUSSELL
Conseillers techniques : Lt. Joseph D. ADKINS, Lt. Col. Edward R. KENDEL
Producteur : John H. AUER
Compagnie productrice : Republic pictures

Avions :
-North American SNJ (images d'archives)
-Douglas R4D-6
-Douglas AD-4 Skyraiders
-Grumman F9F Panther
-Piasecki HUP-2 Retriever


Notre avis :

Ce film de Republic retrace la carrière de l'amiral John Madison Hoskins qui fut un des premiers pilotes de l'aéronavale américaine, en 1925. Il surmonta un handicap physique pour réaliser son rêve de commander un porte-avions. A une époque où on ne donnait pas aux handicapés les mêmes chances que les autres, Hoskins prouva, à force de volonté, qu'il pouvait exercer un commandement, même après avoir perdu une partie de sa jambe droite. C'était aussi un visionnaire, un officier de Marine qui croyait non seulement que les jets pouvaient opérer à partir des porte-avions, mais aussi, qu'il était nécessaire qu'ils le fissent. En cinq ans environ, Hoskins contribua à faire passer l'US Navy de l'ère de l'hélice à celle du jet.

Pendant la seconde guerre mondiale, le nouveau capitaine John Hoskins revient nuitamment à la maison pour passer une permission de sept heures avec sa femme Sue, et ses trois enfants. Il doit prendre ensuite le commandement du porte-avions USS "Hornet", mais celui-ci est coulé, et il est affecté à Quonset Point, Rhode Island, comme instructeur, ce qui n'est pas pour déplaire à sa femme. Bien que cette tâche ne l'enchante guère, John y met toute son ardeur. Deux ans plus tard, il reçoit le commandement de l'USS "Princeton". Mais arrivé sur place, le haut commandement décide de conserver l'ancien commandant alors que l'on prépare l'invasion des Philippines. Il sera donc commandant adjoint de son ami, le commandant Buracker. Le navire subit plusieurs attaques et sombre. Hoskins a été grièvement blessé et doit être amputé d'une partie de la jambe droite, en dessous du genou. Normalement, il peut faire valoir ses droits à la retraite, mais il refuse, tout en se consacrant à sa rééducation. Son objectif est de commander le nouveau USS "Princeton" qui est en chantier, tout en développant ses théories sur l'utilisation des nouveaux avions à réaction sur les porte-avions. Sa femme se rend compte que son mari refuse totalement l'idée de partir à la retraite. Un amiral de leurs amis lui donne connaissance d'un article oublié du code de la Marine, selon lequel, un commandant qui a été blessé lors d'une bataille, peut refuser sa mise à la retraite d'office. Après mûre réflexion, elle décide d'en faire part à John qui utilise ce règlement devant la commission qui doit décider de son sort. Lors du lancement du USS "Princeton", Hoskins a l'agréable surprise d'en recevoir le commandement. Après la guerre, John poursuit son idée de mettre en oeuvre des jets à partir des porte-avions. Des essais ont d'abord lieu à terre. Puis, il est muté à San Diego, pour faire une démonstration en mer, devant des officiels de la Navy. La démonstration est concluante. Il reçoit peu après, le commandement de la 7° Flotte, et hisse sa marque sur l'USS "Valley Forge". C'est alors qu'éclatent des troubles en Corée. Son porte-avions étant alors le seul dans l'ouest du Pacifique, ses jets sont les premiers à intervenir contre les forces communistes. Quand le "Valley Forge" est rappelé au pays, il décide qu'il est temps de partir à la retraite. Il est convoqué à Pearl Harbour où on lui offre deux postes importants. Mais quand il voit des blessés que l'on rapatrie de Corée, il refuse ces postes honorifiques, et demande à travailler pour aider ces hommes qui rentrent au pays. Il est alors nommé commandant du MATS (Military Air Transport Service) pour le Pacifique. Sa femme comprend très bien son revirement, et le film se termine sur Hoskins et Sue, bras dessus, bras dessous, qui s'éloignent alors qu'un choeur entonne le "Battle Hymn of the Republic". "Glory, glory, glory, alléluia !"..

En 1954, Hoskins sera nommé commandant des forces aériennes de la Marine, à Quonset Point. Il partira, enfin, à la retraite en 1957, avec le rang de vice-amiral, et mourra en 1964.

"Pavillon de combat" diffère des autres films sur la guerre de Corée, car les personnages et l'action sont tout à fait authentiques. Il rejoint ainsi les autres biographies qui ont pour cadre le même théâtre d'opérations : "
Battle hymn" (1957), "McConnell story" (1955). L'histoire d'Hoskins se suffit à elle même, et aucun fait mélodramatique n'y a été ajouté. Cependant, le film donne l'impression qu'Hoskins fut le premier pilote de la Navy à décoller et à faire apponter un jet sur un porte-avions. En réalité, le premier appontage par un jet (pur), un McDonnell XFD-1 Phantom, eut lieu dès 21 juillet 1946. Néanmoins, il est vrai que c'est grâce à Hoskins que la Navy put disposer, dès le début de la guerre de Corée, de jets embarqués qui purent intervenir très vite. Si ces avions avaient été basés au Japon, la guerre aurait sans doute pris un tour différent.

A la sortie du film, en mai 1955, les critiques furent partagés; ils saluèrent la performance de Sterling Hayden, et apprécièrent une histoire racontée simplement, sans fioritures excessives, mais ils trouvèrent qu'il y avait quelques longueurs. Aujourd'hui, ce film oublié, reste un témoignage sur la mise en oeuvre des premiers avions à réaction de l'US Navy.


Les avions du film :

Bien que n'ayant que cinq minutes environ de scènes aériennes, ce film est plein d'avions, vus sur des extraits de documentaires. Au début, sur la base supposée de Quonset Point, on voit des North American SNJ à l'entraînement. Hoskins rejoint son porte-avions sur un Douglas R4D-6. Lors de la bataille de Leyte, plusieurs Grumman Hellcat F6F décollent de ce qui est censé être le USS "Princeton" (CVL-23). L'avion japonais qui lance une bombe sur le porte-avions est un Hellcat muni de deux mitrailleuses de capot.

Sur le nouveau USS "Princeton" (CV-37), que l'on aperçoit en vrai, un bref instant, on assiste à l'atterrissage de Douglas AD-4 Skyraiders, de Grumman Hellcat et d'un Curtiss Helldiver qui fait un atterrissage plutôt dur. Plus tard, quand Hoskins quitte le "Princeton", plusieurs Skyraider de la VA-115 (code V) sont alignés sur le pont de ce qui est, en fait, celui de l'USS "Kearsarge" (CVA-33) qui avait participé au tournage des "
Ponts de Toko-Ri" l'année précédente.

On a de nombreuses vues en vol, de catapultages (au sol) et d'atterrissages de Grumman F9F Panther du NATC (Naval Air Test Center) de Patuxent River (Maryland), dont le n° 156. Par contre l'avion, qui se crashe en entrée de piste, est un Vought F7U Cutlass, un avion qui n'était pas sans problème.…

Plus tard, à bord de l'USS "Kearsarge", on voit un hélicoptère Piasecki HUP-2 (n°20) de la HU-1 Det. (code UP) déposer l'amiral Dewey. La plupart des scènes suivantes impliquant des F9F Panther et des AD-4 Skyraider, on été filmées à bord du même porte-avions au large de la Californie, alors que le "Kearsarge" s'apprêtait à partir une troisième fois, pour l'Extrême Orient. On observe ainsi les Grumman F9F-5 de la VF-114 ("Executioners", tail code V) n° 301, 303, 305, 310, 311, 404 et 406 (BuN. 125897), ainsi que des Douglas AD-4 Skyraider de la VA-115 (tail code V) du CAG (Carrier Air Group) 11, dont on aperçoit le F9F-5 de couleur claire (numéro 00, marqué CAG II) du vrai commandant, F. H. Michaelis. C'est cet avion qu'emprunte Hoskins. On voit en outre quelques Panther des VF-51 et 52 (tail code S) décollant de l'USS "Valley Forge" (CV-45), et des VF-111 et 112 (tail code V) de l'USS "Philippine Sea" (CV-47). C'est à ce dernier porte avions que le lieutnant commander Amen appartenait quand, au début de la guerre de Corée, il descendit avec son Panther, un Mig-15, qui fut la première victoire d'un jet de la Marine. Peu avant, en juillet 1950, huit Panther de la VF-51 de l'USS "Valley Forge" avaient porté la première attaque américaine sur l'aéroport de Pyong Yang.

En arrière plan, à Pearl Harbour, des blessés de la Corée débarquent des avions du MATS, un Douglas C-54 et un Boeing C-97 Stratofreighter.


Christian Santoir


*Film en vente sur Ebay.com

PAVILLON DE COMBAT.jpg
 

 
Associated keywords

Creation date : 04/07/2008 : 22:50
Last update : 22/10/2010 : 08:36
Category : - Films
Page read 5777 times
Previous  
  Next


Reactions to this article

Nobody gave a comment yet.
Be the first to do so!