Search
Search
Movies files

Movies articles

Links

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Preferences

Connect again :
Your user name :
Your password
Captcha reload
copy the code :


  Count of members 143 members
Connected :
(nobody)
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://aeromovies.fr/data/en-articles.xml

AIR HOSTESS



Année : 1933
Pays : Etats Unis
Durée : 1 h 07 min.
Genre : Drame
Noir et blanc


Réalisateur : Albert S. ROGELL
Scénario : Grace PERKINS, Milton RAISON

Acteurs principaux :
Evalyn KNAPP (Kitty King), James MURRAY (Ted Hunter), Arthur PIERSON (Dick Miller), Jane DARWELL (Ma Kearns), J.M. KERRIGAN (Pa Kearns), Thelma TODD (Mme. Sylvia C. Carleton), Mike DONLIN (Mike)

Photo : Joseph WALKER
Prises de vues aériennes : Elmer DYER
Compagnie productrice : Columbia Pictures
 
Avions:
-Ford Tri-motor 5 ATB  c/n 5, NC9607
-Ford Tri-motor 5-ATB  c/n 41, NC9686
-Ford Tri-motor 5-ATC  c/n 51, NC8413
-Fokker Super Universal
-Bach 30T-6 Air Yacht
-Pitcairn PCA-2 (en arrière plan)
-Ford Tri-motor 5-AT-B c/n 7, NC9644
-Ford Tri-motor 4-ATD  c/n 24, NC5578
-Travel Air 4000  c/n 381, NC4421
-Fokker F.10A Super Tri-motor c/n 1017, NC455E (en arrière plan)
-Bird BK  c/n 2053-33, NC849W (idem)
-Bird BW,  c/n 3003, NC724N (idem)
-Northrop  Alpha 4A  c/n 5, NC942Y
-Ford 5-AT-C c/n 64, NC405H (en arrière plan)
-Travel Air D-4000  c/n1379, NC477N
-Stinson SM 2AC Detroiter  c/n 1129, NC403M (en arrière plan)
-Ryan Brougham B-5  c/n 212, NC313K (idem)
-Buhl LA1 Bull Pup  c/n 103, NC11162 (idem)
-Fleet 1  NC8610 (idem)
-Catron Fisk CA-11
 


Notre avis :

Albert ROGELL, un vétéran des westerns de série B du temps du muet, changea radicalement de sujet pour son deuxième film d’aviation après «The flying Marine» (1929). Le scénario est issu d’un feuilleton passant dans le magazine «True story» (édité en 1919 et paraissant encore de nos jours !). « Air hostess », comme son titre l’indique, traite des jeunes femmes en uniformes qui dispensent aux passagers inquiets, ou qui s’ennuient, café, magazines, petits mots aimables (enfin, autrefois..). Cette nouvelle gent féminine avait pris l’air, aux USA, avec la compagnie «Boeing Air Transport», devenue «United Airlines», sur ses biplans Boeing 80A en mai 1930, sur la ligne Oakland-Chicago. La première hôtesse de l’air s’appelait Ellen Church. En France, la Compagnie Aérienne Française recruta, dès 1921, Jeanne Touraine, qui fut non seulement hôtesse, mais aussi, chef d'escale et recruteuse de personnel. On engagea d’abord des infirmières diplômées dont elles conservaient à peu près l’uniforme (coiffe, cape, chaussures). Mais on remarque, dans le film, que dès 1933, l’uniforme devient plus seyant; l’héroïne porte une veste croisée avec ceinture, une jupe et un calot coquettement incliné sur l’oreille, qui préfigurent l’uniforme porté par les hôtesses de la TWA, deux ans plus tard .

Hollywood s’était jusqu’ici, confiné dans des films d’aviation sur la première guerre mondiale, ou sur les exploits des barnstormers et autres postiers aériens. L’arrivée des hôtesses sortait les femmes de leur rôle habituel de petite amie, ou d’épouse, passant son temps au sol à attendre et à se faire du souci, pour les faire monter dans l’avion, et y participer à l’action.


L’histoire est centrée sur une hôtesse de l’air, Kitty King, dont le père a été tué pendant la Grande Guerre, alors qu’il était pilote de chasse en France. Elle a été élevée par un couple de gens âgés et a été adoptée par tout le personnel navigant et les mécaniciens de sa compagnie, au Grand Central Air Terminal de Los Angeles. Cette attention est parfois pesante, et Kitty estime qu’à son âge, elle n’a plus besoin de chaperon. Un jour, Ted Hunter, un pilote, ami de son père, revient au pays après avoir travaillé en Chine. Elle se met en tête de le séduire ; ils tombent amoureux et se marient. Mais le ménage rencontre des difficultés, car Ted n’a pas de travail ; il a inventé un avion disposant d’une aile rétractable, susceptible de lui faire parcourir de grandes distances avec un minimum de carburant, mais le financement est difficile à trouver. Kitty décide alors de reprendre son ancien travail d’hôtesse. Ted trouve enfin un sponsor en la personne de la très riche Sylvia Carleton. Mais celle-ci s’intéresse plus à l’inventeur qu’à l’invention... Elle convoque Ted dans sa résidence d’Albuquerque pour discuter en tête à tête de son projet. Kitty a vent de la chose, et débarque en plein milieu des « discussions », plutôt intimes, entre Sylvia et Ted, passablement éméché. Humiliée, Kitty prend le train pour rentrer à Los Angeles. Ted retrouve ses esprits et part à sa recherche. Au terrain, il apprend que le train de Kitty est en danger, car il doit emprunter un pont menacé par la crue subite d’une rivière. Ted saute dans un avion pour arrêter le train. Le conducteur ne comprenant pas les signes que lui fait Ted, ce dernier se résout à écraser son avion sur la voie ferrée devant le train ! Le train s’arrête, alors que le pont est emporté. Dans l'avion qui l'emmène à l'hôpital, Ted retrouve Kitty ! L’incident est clos.


Ce film fut un des premiers à utiliser comme cadre du scenario, une compagnie aérienne. Ici, il s'agit de la TWA (Transcontinental & Western Air) qui avait inauguré un service transcontinental en 1929, avec escale à Albuquerque (NM), où se passe une partie du film. Lors de cet arrêt, les passagers pouvaient acheter à l ’aéroport des objets fabriqués par les Indiens Pueblo que l’on voit dans le film, mais la scène n'a pas été filmée à Albuquerque, mais au Grand Central Air Terminal de Glendale, où eut lieu le tournage. Notons qu’en 1933, la TWA n’avait pas encore d’hôtesses, qui ne seront employées qu’en décembre 1935, sur les DC-2 de la compagnie.

Ce premier film sur les hôtesses de l’air établit une croyance que l’on retrouvera dans tous les autres films sur les hôtesses, à savoir qu’elles étaient supposées épouser un pilote, comme les infirmières, un médecin. En fait, les premières hôtesses avaient interdiction de se marier, du moins durant les premiers temps de leur engagement.

La production utilisa les services d'Elmer Dyer pour filmer les scènes aériennes. La scène finale avec le train, fut réalisée par Frank Clarke et "Boots" Le Boutillier.

En définitive, ce film au scenario banal, recèle une foule de détails, et d'avions, illustrant le transport aérien, au début des années 30, aux USA et c'est là, tout son intérêt.



Les avions du film :

Au début du film, un Travel Air Speedwing remplace les Nieuport de la première guerre mondiale. Des extraits d’ "Hell’s Angels" où on peut reconnaitre un Fokker D.VII et de nombreux "Wichita Fokker", sont utilisés pour reproduire les combats aériens. Au sol, on aperçoit, près d'un hangar, un Thomas-Morse S-4C sans ses ailes….

On voit le Ford Tri-motor 5 ATB (c/n 5, NC9607), en vol ("quelque part au USA"), puis atterrir à Albuquerque (West Mesa Airport). Construit en 1928, il servit chez TAT, puis chez TWA. Il fut accidenté à Port Columbus (OH) en 1932. Le 27 août 1933, l'avion percuta la montagne près de Quay (NM), la nuit par mauvais temps. Mais ce n'est pas le "NC9607" qui atterrit…. En réalité, il s'agit du Ford 5-ATB NC9686 (c/n 41). Cet ancien avion de Maddux Air Lines, passé chez Transcontinental & Western en 1931, avait été transformé, en 1932, avec un pare-brise incliné. En 1936, il fut vendu à des barnstormers. En août 1938, il sera chez Charles Babb, le vendeur d'avions de Glendale; qui le revendra la même année, à Guinea Airways. Il sera acheminé en Nouvelle Guinée, mais utilisé pour reconstruire le Ford 5 ATC  (VH-UBI, c/n 60) de la même compagnie qui avait été accidenté.

Quand le Ford arrive au parking (qui n'est pas celui d'Albuquerque, mais de Glendale..), il a encore changé de matricule, c'est le "NC8413" (numéro de flotte "601"). On remarque qu'il est équipé de soutes à bagages, dans les ailes, que l'on ouvre au moyen d'une manivelle. Ces soutes étaient chargées par des trappes s'ouvrant au-dessus des ailes. Quand on met en route les moteurs, c'est de nouveau le "NC9686" (numéro de flotte : 600, filmé au Grand Central Air Terminal); quand il se met à rouler, il redevient le "NC8413", mais quand il décolle, il se transforme en Fokker Super Universal (filmé à Albuquerque), dont la décoration ressemble à celle d'un avion de Western Air Express ! Quand il atterrit à Glendale, il est remplacé cette fois-ci, par un Bach 30T-6 Air Yacht, comme ceux qu'utilisait la petite compagnie charter Gilpin Airlines. Finalement, c'est de nouveau le "NC8413" qui s'arrête devant le terminal, guidé par un homme muni de drapeaux et juché en haut de la tour de contrôle. Ce trimoteur Ford 5 ATC (c/n 51, NC8413) de la TWA est équipé d'un grand mat d'antenne qui permettait des communications radio en phonie avec le sol. Le steward disposait d'un strapontin repliable, situé au niveau de la porte, ce qui faisait gagner une place payante. Cet avion avait d'abord été exploité par Maddux Air Lines, puis, il fut cédé, en 1934, à Maximilian "Max" Conrad qui tenait une école de pilotage à Winoma (MN). Il sera détruit par le feu, au sol, à Mankato (MN) en août 1938. Une de ses ailes aurait été récupérée pour servir à réparer le Ford NC9651 de Star Airlines, accidenté à Fairbanks, en 1943.

Quand il atterrit au Grand central Air Terminal de Glendale, on aperçoit sur le tarmac, un autogyre Pitcairn PCA-2. On nous montre sur le même aéroport, un bâti spécial pour tester les moteurs, appartenant à Curtiss-Wright qui avait un grand hangar à Glendale, mais c'est un Pratt & Whitney R-1340 Wasp qui est à l'essai. Ce type de moteur, plus puissant que les Wright, équipait les dernières séries des Ford (5-ATB, C, D, E).

Le Ford 5-AT-B (c/n 7, NC9644) décolle d'Albuquerque avec Mme Carleton à bord. Cet avion de TWA, baptisé "City of Washington", sera vendu à Grand Canyon Air Lines, puis Grand Canyon Boulder Dam Tours. En décembre 1937, il est acquis pat TACA (Transportes Aereos del Continente Americano) et immatriculé au Honduras (XH-T), puis au Guatemala (LG-AAJ) et enfin au Nicaragua, en 1941 (AN-AAT). On remarquera la taille extravagante de la cuisine du Ford, reconstituée en studio, plus digne d’un galley de 747, que de celui d’un Ford Tri-motor !

A la fin du film, Miller emprunte le "NC8413", mais c'est le Ford Tri-motor 4-ATD "NC5578"  (c/n 24) que l'on voit voler de concert avec le Travel Air 4000 de Ted (NC4421, c/n 381), un Travel Air 9000, converti en 4000. Ce biplan apparut dans les films "Love Affair" (1932) et "Skyway" (1933); il vole toujours, en Californie.

Le cockpit du Ford, reproduit en studio, est également fort peu conforme, de par sa taille et son manche, à un seul volant basculant, est plutôt celui d'un Fokker F.10….

Sur le tarmac du Grand Central Air Terminal, sont garés plusieurs types d'avions. On remarque ainsi deux autres appareils de TWA, un Northrop Alpha et un grand Fokker F.10A qui porte l'ancien logo, avec la tête d'Indien, de Western Air Express, qui fusionné avec TAT, en 1930, forma la TWA. WAE avait pris le contrôle de Fokker Aircraft Co., au début de 1929. Ce Fokker F.10A Super Tri-motor (c/n 1017, n° 110, NC455E) fut mis en service en 1931, par TWA qui en possédait une flotte de huit, venus de chez WAE. Son sort est inconnu, mais on peut supposer que sa carrière fut courte, car après le crash d'un des F.10 de la TWA, le 31 mars 1931, les Fokker furent cloués au sol. Contrairement au Ford tri-motor, le Fokker était construit en bois et cela fut identifié comme la cause de l'accident. Une réglementation interdisant l'emploi du bois dans la construction des avions de ligne fut édictée et les F.10 furent donc rapidement réformés, bien que le NC455E du film semble encore en service, au début de 1933.

Il est garé à coté d'un petit biplan Bird BK (NC849W, c/n 2053-33), sur lequel travaille un mécanicien. Devant le hangar, on peut également apercevoir un autre Bird, modèle BW, (NC724N, c/n 3003) qui appartenait à la pilote de course, Melba Beard.

L'autre avion de TWA est un Northrop  Alpha 4A (n° de flotte "4", c/n 5, NC942Y). C'était un Alpha 2 acheté par Transcontinental & Western Air Inc. en avril 1931, et mis en service sur la ligne transcontinentale (Air Mail route n° 34). Cet avion rapide, qui pouvait transporter six passagers fut transformé, dès sa réception; en modèle "3", qui ne transportait que deux passagers avec du fret. Accidenté en juillet 1931, à Winslow (AR), il reçut une nouvelle aile et fut transformé en modèle "4", avec un train caréné. Il fut de nouveau accidenté en janvier 1932, à Glendale, puis en février 1932, à Leupp (AR). En mai 1932, il fut converti en modèle "4A" (version cargo seulement) et c'est comme cela qu'il apparaît à l'écran. En novembre 1933, il eut un quatrième accident à Indianapolis (IN) et dut subir une longue réparation. Les photos ultérieures montrent que l'on a enlevé le grand mat radio et que sa dérive et ses ailes sont munis de boudins de dégivrage Goodrich. La carrière mouvementée de cet appareil montre toutes les difficultés du vol tout temps, dans les années 30, ainsi que la solidité des constructions des usines Northrop, sises à l'United airport de Burbank (CA). La TWA le vendit en juillet 1935 à James W. Fisher, un courtier de Hong-Kong et il fut exporté par le port de Seattle. Il fut utilisé par le gouvernement nationaliste chinois. En janvier 1937, il était classé comme obsolète et mis à la disposition de l'armée de l'air chinoise.

Le Ford Tri-motor, garé dans un hangar, et dont on n'aperçoit que l'intrados, est le Ford 5-AT-C (c/n 64, NC405H) appartenant au magnat du pétrole, Erle P. Halliburton. En 1929, il avait été acheté par le Parks Air College, une école de pilotage, avant de partir chez Southwest Air Fast Express/ Southern Air Fast Express, une compagnie connue sous le nom de SAFE-Way, fondée par Erle Halliburton. Elle fut rachetée par American Airways en 1931. L'avion fut vendu en août 1934, au Honduras (XH-TAW), à la compagnie minière Agua Fria SA. Racheté par la TACA, il sera exploité successivement, par la TACA du Nicaragua (AN-AAN) en 1942, puis la TACA du Mexique (XA-FUO). Il aurait été détruit en 1950.

Ted fait de l'acrobatie à la verticale du Grand Central Air terminal de Glendale, ce qui lui vaudra d'être réprimandé par le responsable de l'aéroport. Son avion est un Travel Air D-4000 (c/n1379, NC477N). On revoit le même appareil quand il tente, à la fin du film, d'attirer l'attention du chauffeur du train qui court à sa perte. Cet avion apparut dans plusieurs films, comme "Central Airport" (1933), "Air Devils" (1938). Construit en 1930, il vole toujours aujourd'hui et appartient à un particulier du Connecticut.

En arrière plan, on distingue une foule d’avions divers : un Stinson SM 2AC Detroiter (c/n 1129, NC403M), un Ryan Brougham B-5 (NC313K, c/n 212), appartenant à la compagnie Gilpin Airlines (Cf. le logo sur le fuselage), un petit Buhl LA1 Bull Pup (c/n 103, NC11162) garé dans le hangar, et qui devait appartenir à une école. Sur le fuselage, on voit, en effet, marqué : "Grand Central. Fly yourself system. Learn to fly. 75.". Ce dernier appareil a survécu et vole toujours en Californie, après avoir subi plusieurs changements de moteur. Dans le hangar où il est garé, on remarque, accrochée au mur; l'aile d'un Fleet 1 (NC8610).

L'avion qui se crashe devant le train était un ancien Catron Fisk CA-11, modifié avec un moteur en étoile, un train de Travel Air et des mats d'ailes modifiés, pour le faire ressembler à l'avion de Clarke.

Enfin, l'appareil inventé par Ted est une sorte de racer monoplan, muni d’ailes télescopiques, très semblables à celles de l’avion à «surfaces portantes variables» de Makhonine, qui vola en France, en 1931. En 1938, aux USA, Con Ellington construira un petit monomoteur, à ailes retractables, le Con Ellington Special.



Christian Santoir


*Film en vente sur  amazon.com
AIRHOSTESS33.jpg



 
Associated keywords

Creation date : 02/10/2008 : 22:55
Last update : 19/12/2013 : 07:10
Category : - Films
Page read 4813 times
Previous  
  Next


Reactions to this article

Nobody gave a comment yet.
Be the first to do so!