Search
Search
Movies files

Movies articles

Links

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Preferences

Connect again :
Your user name :
Your password
Captcha reload
copy the code :


  Count of members 144 members
Connected :
(nobody)
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://aeromovies.fr/data/en-articles.xml

BIGGLES À TRAVERS LE TEMPS
Vo. Biggles, adventures in time
 

 
Année : 1986
Pays : Grande Bretagne / Etats-Unis/
Durée : 1 h 32 min.
Genre : fantastique
Couleur

Réalisateur : John HOUGH
Scénario : John GROVES, d'après un personnage de W.E. JOHNS

Acteurs principaux :
Neil DICKSON (James 'Biggles' Bigglesworth), Alex HYDE-WHITE (Jim Ferguson), Fiona HUTCHISON (Debbie), Peter CUSHING (Colonel William Raymond), Marcus GILBERT (Eric Von Stalhein), William HOOTKINS (Chuck), Alan POLONSKY (Bill), Francesca GONSHAW (Marie), Michael SIBERRY (Algy), James SAXON (Bertie), Daniel FLYNN (Ginger).

Musique : Stanislas SYREWICZ
Photographie : Ernest VINCZE
Producteur : Pom OLIVER, Kent WALWIN
Compagnie productrice : Compact Yellowbill, Tambarle
 
Avions :
-Boeing Stearman PT-17 Kaydet c/n 75-4775, G-AROY
-SNCAN SV-4C Stampe c/n 141, G-BXNW
-Bell 206B Jet Ranger s/n 8584, G-BAKF
-LVG C.VI  c/n 4503, G-AANJ (en arrière plan)
-Avro 504K c/n R3/LE/61400, G-ADEV (en arrière plan)


Notre avis :

James Bigglesworth, mieux connu sous le nom de "Biggles", est un personnage de BD créé par W. E. Johns. en 1932. C'est un pilote et un aventurier dont les exploits commencent pendant la première guerre mondiale, mais dont les histoires paraîtront jusqu'en 1968, date de la mort de son auteur. Après une courte série télé en 1960, Biggles réapparaît sur le grand l'écran en 1986, dans la peau d'un pilote du RFC, en 1917. Mais le réalisateur a jugé utile d'avoir recours à la science-fiction, pour essayer de captiver le public, peu de temps après la sortie du film "Retour vers le  futur" (1985). Le voyage dans le temps est un thème récurrent à Hollywood, et très à la mode dans les années quatre vingt (cf."Nimitz, retour vers l'enfer" en 1980). La critique, comme le public, ne fut pas au rendez vous. Ce mélange de guerre de 14-18 et d'époque moderne, sur fond de musique rock, ne plut guère.
A New-York, le directeur de la société de restauration "Celebrity Dinners", Jim Ferguson, doit présenter à ses clients un nouveau plateau repas, et prépare chez lui, son discours pour le lendemain. Soudain, en un éclair, il est transporté dans un champ où il manque de se faire renverser par un biplan qui atterrit. L'avion capote, et il doit sortir le pilote de son inconfortable situation. Ce pilote, James Bigglesworth du Royal Flying Corps, a à peine le temps de se présenter, qu'un tir de barrage se déclenche et que des obus tombent autour d'eux. Jim est en 1917, sur le front français ! Il se retrouve alors de nouveau, tout aussi brusquement, dans son salon, frappé de stupeur. Le lendemain, un vieil homme qui s'était présenté la veille à son appartement, est de nouveau là. C'est le colonel Raymond des services secrets anglais. Il lui demande s'il a secouru Biggles, et lui promet d'autres ennuis... Il lui laisse en partant, sa carte, avec son adresse à Londres. Le même phénomène se reproduit en pleine réception, et Jim disparaît aux yeux de ses invités ! Il se retrouve cette fois, dans un avion biplace avec Biggles aux commandes. Il doit aller photographier une nouvelle arme allemande ultra secrète. Dans les airs, ils sont attaqués par l'as allemand, Eric von Stalhein. Après plusieurs passes, l'allemand tire une fusée. L'avion de Biggles et Jim est alors pris pour cible par la nouvelle arme allemande. Pendant que Ferguson essaie de maîtriser l'avion, Biggles prend des photos. A peine retourné à la base, Jim se retrouve devant ses invités, avec une plaque photographique à la main. Il décide d'aller à Londres pour rencontrer le mystérieux Raymond. Ce dernier, qui habite dans le pont de Londres, lui explique qu'il était l'ancien commandant de Biggles pendant la guerre de 14-18, et que Biggles est son "jumeau temporel" ! Chaque fois qu'il aura des ennuis, Jim sera rappelé dans le passé…En outre, il est de la première importance de détruire l'arme allemande qui pourrait faire basculer le cours de l'histoire, si elle venait à être utilisée sur une grande échelle. La petite amie de Jim, Debbie, pressentant qu'il a de graves problèmes, débarque à Londres. Entre temps, Jim a de nouveau été transporté dans le passé, pour sauver Biggles des mains des Allemands qui allaient l'exécuter. Habillé en Tommy, il essaie d'expliquer ce qui lui arrive, à Debbie incrédule. Mais quand un éclair le frappe, Debbie s'accroche à lui, et ils se retrouvent tous deux dans les tranchées, pendant une offensive allemande. Ils s'enfuient par un souterrain qui débouche dans une usine abandonnée, qui sert de terrain d'exercice pour la nouvelle arme. Capturé par les Allemands, Biggles et ses compagnons sont sur le point de servir de cobayes, quand Debbie aveugle son gardien avec la bombe lacrymogène, trouvée dans son sac ! Ils se réfugient tous dans un abri, d'où ils observent les effets terribles de cette arme qui détruit tout, en utilisant des ondes sonores de forte intensité. Quand les Allemands reviennent à la fin de l'exercice, Biggles, Debbie et Jim se retrouvent à Londres ! Le voyage fonctionne dans les deux sens. Debbie est arrêtée par la police, mais Biggles et Jim parviennent à s'enfuir. Ils retrouvent Raymond qui leur indique qu'ils doivent repartir dans le passé pour finir le travail. Biggles s'empare d'un hélicoptère qu'il parvient à maîtriser plus ou moins bien, et quand il vont percuter la Tamise, un éclair apparaît, et ils se retrouvent au dessus des tranchées. Biggles atterrit à sa base devant ses camarades éberlués. Avec Jim, il repart aussitôt à l'attaque de l'arme secrète. Il utilise le système de public address de l'hélicoptère, pour renvoyer contre elle, les ondes sonores émises par l'arme. Elle finit par exploser. Mais von Stalhein détruit l'helico de Biggles qui s'était posé. Biggles réussit néanmoins à descendre l'Allemand avec une grenade ! Puis Ferguson se retrouve dans la Tamise, où il est repêché par la brigade fluviale. C'est alors qu'apparaît Raymond qui sort Jim et Debbie des mains de la police. Il leur apprend que Biggles a survécu à la guerre, et a travaillé pour les services secrets, mais qu'on a perdu sa trace en Nouvelle Guinée. Pensant que cette histoire est bien finie, Debbie et Jim se marient à l'église, mais quand Jim veut passer l'alliance au doigt de sa fiancée, il se retrouve dans une caverne, avec Biggles menacé par des indigènes à l'aspect effrayant. Il est en Nouvelle Guinée ! Ça recommence…

 
Ces va-et-vient entre 1917 et 1986, sont un peu lassants, et personnellement, nous n'apprécions guère les voyages dans le temps. La réalité dépasse largement la fiction, et c'est céder à la facilité que d'avoir recours à un tel artifice. On retrouve même une allusion à la seconde guerre mondiale, avec une arme secrète allemande qui doit révolutionner la guerre, comme les "WuWa" (Wunderwaffen) de 1945. L'arme sonique, sous la forme du "Luftkanone" a en effet, été expérimentée par les Allemands. Mais, comme beaucoup d'"armes secrètes", elle ne dépassa pas le stade des expérimentations. On en trouve une référence dans la BD de Tintin, "L'affaire Tournesol". Bien que le film ait un rythme soutenu, et bénéficie d'une bonne réalisation, cette bande dessinée filmée n'arrive pas à nous captiver. Seules restent les scènes aériennes qui sont de qualité, avec un petit balai aérien en radada, exécuté par un Stearman et un hélicoptère Bell.

 
Les avions du film :

Biggles manque de percuter Jim au début du film, avec un Sopwith Pup, alors qu'il se prétend pilote de Camel. La société Skysport Engineering fut chargé de construire une réplique susceptible d'être suspendue sous une grue avec un cascadeur à bord. La cellule dut être à la fois renforcée et affaiblie à certains endroits, pour ressembler à celle d'un avion qui s'est écrasé d'une hauteur de 300 mètres, après être tombé de 3 mètres seulement….

L'as allemand Eric von Stalhein, au masque de fer, pilote un Boeing Stearman PT-17 . Il porte les traditionnelles croix de fer et deux mitrailleuses de capot. Cet avion (G-AROY c/n 75-4775, s/n 42-16612, ex N56418, G-ARPY) appartenait au britannique John Jordan, un ancien pilote de la RAF qui pilote son avion, dans le film. Il est toujours en état de vol. Remarquons que des masques faisaient partie de l'équipement des pilotes allemands, par temps froid, mais ils étaient en cuir. Plutôt gênants, les chasseurs ne les utilisaient pas, de même que le casque de cuir, porté surtout par les équipages de bombardiers ou les élèves pilotes.

Von Stalhein poursuit Jim et Biggles qui sont dans un SNCAN SV-4C Stampe à moteur Renault 4PE1, équipé d'une tourelle en place arrière, armée d'une mitrailleuse Lewis. Cet avion (c/n 141, G-BXNW, ex F-BBPB) appartenait à une société privée de Manchester. Réimmatriculé G-GMAX, en 1987, cet avion vole toujours en Angleterre avec la société Glidegold Ltd.

Au sol, en arrière plan, on voit (trop rapidement hélas), deux fleurons de la Shuttleworth Collection, un LVG C.VI (c/n 4503, G-AANJ) et un Avro 504K (c/n
R3/LE/61400, G-ADEV).

Biggles montre ses qualités de pilote né, en maîtrisant en peu de temps, un hélicoptère Bell 206B Jet Ranger (s/n 8584, G-BAKF) de la société The Helicopter Partnership. Cet appareil sera détruit dans un accident (sans victimes), en 1989.


Christian Santoir


*Film en vente sur amazon.fr
 
BIGGLES2.jpg










 
BIGGLES.jpg
Associated keywords

Creation date : 12/11/2008 : 11:03
Last update : 19/10/2010 : 07:56
Category : - Films
Page read 4736 times
Previous  
  Next


Reactions to this article

Nobody gave a comment yet.
Be the first to do so!