Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 146 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

TOBROUK, COMMANDO POUR L'ENFER
Vo. Tobruk
     
Année : 1967
Pays : Etats-Unis
Genre: guerre
Durée : 1 h 47 min.
Couleur

Réalisateur : Arthur HILLER
Scénario : Leo GORDON

Acteurs principaux : 
Rock HUDSON (Major Donald Craig), George PEPPARD (Capitaine Kurt Bergman), Nigel GREEN (Colonel John Harker), Guy STOCKWELL (Lieutenant Max Mohnfeld), Jack WATSON (Sergent Major Jack Tyne), Norman ROSSINGTON (Alfie), Percy HERBERT (Dolan), Liam REDMOND (Henry Portman), Heidy HUNT (Cheryl Portman)

Musique : Bronislau KAPER
Photographie : Russell HARLAN
Producteur : Gene CORMAN
Compagnie productrice : Universal Pictures
 
Avions :
-Grumman G-21A Goose
-Curtiss Kittyhawk Mk.1a, c/n 18796, N1207V


Notre avis :

Ce film s'inspire d'un fait de guerre réel, l'opération "Agreement", lancée le 13 septembre 1942 contre Tobrouk (Libye) tenu par les Allemands et les Italiens. L'attaque fut menée par les troupes anglaises, néo zélandaises et rhodésiennes, avec l'appui d'un SIG (Spécial Interrogation Group) parlant parfaitement l'Allemand et opérant sur les arrières de l'ennemi. L'assaut combiné des forces terrestres et amphibies fut un échec et les Anglais eurent à déplorer la perte de trois bateaux de guerre, de douzaines de péniches de débarquement et de plusieurs centaines de soldats…Dans le film, l'opération a moins d'ampleur et ne concerne qu'une poignée de commandos du Long Range Desert Group.


Tout commence en 1942, à Alger, où le major Donald Craig de l'armée anglaise a été fait prisonnier par les Français de Vichy. Quand il est sur le point d'être emmené en captivité en France, il est libéré par un commando de Juifs allemands travaillant pour les Anglais, sous les ordres du capitaine Bergman. Il est mis en présence, quelque temps plus tard, à Koufra, du colonel John Harker. Ce dernier lui explique qu'il a été libéré parce qu'on a besoin de sa grande expérience de la zone désertique, pour effectuer un raid sur Tobrouk, afin de détruire les stocks de carburant de l'Afrika Korps. Selon le plan, pour mieux s'introduire dans les lignes ennemies, les soldats juifs allemands feront semblant d'escorter des prisonniers britanniques. A Tobrouk, le commando devra faire sa jonction avec des troupes amenées par mer. Durant leur longue traversée du désert, les 83 hommes doivent éviter une colonne italienne, puis allemande, abattre un chasseur britannique, plutôt que de révéler leur identité, et récupérer un couple d'espions allemands capturés par des bédouins. Quand ces espions s'échappent, il s'avère qu'il y un traître parmi eux et les soupçons du colonel, qui n'aime guère les Juifs, se portent tout naturellement sur Bergman. Arrivés à Tobrouk, c'est Craig et Harker qui mènent l'attaque contre le dépôt de carburant et les batteries côtières. Pendant la bataille, on découvre que c'est le second de Bergman, le lieutenant Mohnfield, qui est le traître. Leur plan ayant été éventé, Craig réussit à avertir le flotte anglaise, qui fait demi tour. Les combats se poursuivent jusqu'à l'aube. Harker est tué et il n'y a plus que quatre survivants, dont Craig, qui parviennent à se faire récupérer par un bateau britannique.


Le capitaine Bergman semble bien connaitre l'avenir et envisage déjà la création du futur état d'Israël, ce qui n'était nullement acquis en 1942, les Anglais s'y opposant après la guerre. Ils furent les premières victimes de la création de l'état d'Israël (Cf. destruction de l'hôtel King David). Il allait y en avoir d'autres….

"Tobrouk" est un bon film de guerre, avec des scènes d'action bien réalisées, plein d 'explosions, de flammes, de combats féroces, de blindés, qui ravira les amateurs du genre. Côté avion, c'est beaucoup moins satisfaisant, avec un "service" minimum.


Les avions du film :

C'est dans un Grumman G-21A Goose, entièrement repeint en couleur argent, avec marques de nationalité allemandes sous dimensionnées et fantaisistes (croix gammée inscrite dans un rond blanc..), qu'embarque le major Craig, au début du film. la Luftwaffe n'employa jamais ce type d'avion, n'ayant pas eu l'occasion d'en capturer. Le Goose ne décolle pas d'Alger, mais du lac de Salton Sea, dans Imperial Valley. On remarque qu'il a des bouts d'ailes carrés et que son parebrise est différent de la plupart des Goose. On ne sait d'où vient cet avion; peut être a-t'il été loué à une des petites compagnies charter existant alors en Californie, comme Catalina Seaplanes, qui exploitait de nombreux Goose et dont un des membres fondateurs était en relation avec les studios Universal. Cet avion ressemble beaucoup au Goose "N11CS" (c/n 1166), utilisé au moment du tournage, par Catalina Seaplanes.

Notons, au passage, que le Goose avait les jambes un peu courtes (autonomie de 1030 km) pour couvrir les 2450 km séparant Alger de Koufra (en ligne droite), situé dans le SE libyen. Craig et Bergman auraient dû se tasser dans le fuselage avec plusieurs fûts d'AvGas, pour refaire le plein, en route.…

L'autre avion du film faisait partie de la collection de Tallmantz Aviation, le principal fournisseur d'avions aux studios de cinéma, dans les années 60 et 70. Cet appareil escorte l'amphibie au début du film, puis, plus tard, mitraille la colonne des commandos dans le désert. C'est un Curtiss P-40E (c/n 18796, s/n1082, N1207V) décoré en Kittyhawk anglais, avec un camouflage (vert et gris) peu approprié au front libyen. Sous la cocardes anglaise, on aperçoit son matricule américain. C'était un vrai Kittyhawk Mk.1a, livré à la RCAF en 1941. En 1947, il fut immatriculé "N1207V" aux USA, où il eut plusieurs propriétaires, avant d'être acheté par Frank Tallman, en 1958. Ce dernier le revendra en 1968, à la Rosen Novak Co. L'avion tournera dans "Tora, Tora, Tora" et passa de mains en mains, avant d'être reimmatriculé "N95JB", suite à une restauration approfondie. Il fut ensuite acquis par le "War Eagles Air Museum" de Santa Teresa (NM) et décoré comme un avion de l'USAAF. Bien qu'en état de vol, ce vétéran reste au sol.

Notons que les scènes aériennes de ce film, avec le Grumman Goose et le P-40, se retrouveront dans "Le cinquième commando" (1971) de Henry Hathaway, qui a un scénario très proche de celui-ci.


Christian Santoir





TOBRUK.jpg

Mots-clés associés

Date de création : 14/10/2011 : 10:04
Dernière modification : 30/05/2014 : 07:46
Catégorie : Fiches de film - Films
Page lue 5463 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !