Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 146 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

LA NUIT OÙ MON DESTIN S'EST JOUÉ
Vo. The night my number came up
 
 
Année : 1955
Pays : Grande Bretagne
Genre : thriller
Durée : 1 h 34 min.
Noir et blanc

Réalisateur : Leslie NORMAN
Scénario : Victor GODDARD, R. C. SHERRIFF

Acteurs principaux :
Michael REDGRAVE (Air Marshal Hardie), Sheila SIM (Mary Campbell), Alexander KNOX (Owen Robertson), Denholm ELLIOTT (Lieutenant McKenzie), Ursula JEANS (Mme Robertson), Ralph TRUMAN (Lord Wainwright), Michael HORDERN (Wing Commander Lindsay)

Musique : Malcolm ARNOLD
Photographie : Lionel BANES
Producteur : Michael BALCON
Compagnie productrice : Ealing Studios
 
Avions :
-Douglas Dakota IV  "KN632", c/n 16541/33289, s/n 44-76957

Notre avis :

Le scénario est basé sur un fait étrange survenu à l'Air Marshall Sir Victor Goddard des forces aériennes néo-zélandaises, le 14 janvier 1946. Lors d'un dîner, à Shanghai, il avait entendu un officier raconter un rêve dans lequel lui-même devait trouver la mort dans un accident d'avion ! L'avion, en route pour Tokyo, ayant givré, s'écrasait sur une plage, au pied d'une montagne; il y avait deux hommes et une femme, à bord. Ce même soir, Goddard devait partir pour Tokyo et on lui demanda d'emmener une femme et deux hommes...L'avion pris dans le mauvais temps, givra et Goddard dut faire un atterrissage forcé sur l'île montagneuse de Sado (préfecture de Niigata), sur un plage ressemblant à celle décrite dans le rêve prémonitoire. Mais, bien que l'appareil fusse endommagé, tous les passagers survécurent. L'appareil put repartir quarante jours plus tard, après avoir été réparé par une équipe de la RAF basée au Japon. C'est Michael Redgrave, qui, dans le film, joue le rôle de Sir Goddard, appelé ici Hardie.
 

Sur la base de la RAF de Hong Kong, un avion est porté disparu, alors qu'il se rendait au Japon. Le commandant de la base est inquiet quand le Wing Commander Lindsay vient le voir. Mis au courant des recherches vaines, Lindsay conseille de les réorienter sur la côte nord est du Japon. La veille, Lindsay et le Wing Commander Hardie avaient été invités chez Owen Robertson, un diplomate ami d'Hardie. Lors de la soirée, il raconte un rêve qu'il vient de faire. Un avion transportant huit passagers, dont un personnage important et une femme, disparaît lors d'un vol vers Tokyo. Pris par le givre, après s'être perdu dans le mauvais temps, il est forcé de se poser sur une île montagneuse. Robertson qui n'a jamais voyagé en avion doit se rendre le lendemain à Tokyo. Il est bouleversé quand il apprend que Lord Wainwright, un des personnages les plus importants de la colonie, et sa secrétaire, font partie des passagers. Hardie devait partir pour Tokyo sur un autre avion, mais ce dernier est tombé en panne, et il devra ainsi voyager avec Robertson. Les craintes de ce dernier se confirment le lendemain quand deux militaires demandent à ce qu'on les dépose à l'escale d'Okinawa; il y aura donc huit passagers à bord...L'avion décolle et après avoir rencontré du mauvais temps, se pose à Okinawa, comme prévu. Les deux militaires descendent, mais un homme d'affaires américain et son secrétaire obtiennent d'être emmenés à Tokyo ! Le voyage se poursuit le lendemain matin; la météo se dégrade progressivement. La radio cesse brusquement de fonctionner et l'avion ne peut communiquer avec Tokyo. Le pilote prend de l'attitude ne sachant pas où il se trouve. Certains passagers font des malaises à cause de l'altitude. Quand les ailes de l'avion se couvrent de glace, il est obligé de descendre. L'avion se retrouve au dessus de la mer. Bientôt une côte apparaît; le navigateur croit être au SE de Yokohama, mais sans certitude. Hardie, perdant son sang froid, demande au pilote de se poser sur l'eau, ce que celui-ci refuse. Puis ils survolent, de nuit, un relief montagneux. Quand le pilote aperçoit une vallée recouverte de neige, il décide de s'y poser. Quelque temps plus tard, à Hong Kong, le commandant de la base apprend avec satisfaction, que l'on a retrouvé son avion posé sur l'île de Sado, au Japon; les passagers sont sains et saufs. Lindsay entre dans son bureau et il veut le remercier pour ses indications qui se sont avérées exactes. C'est alors que Lindsay lui avoue qu'il avait tout vu en rêve ! Il précise au commandant qu'il vient de faire un nouveau rêve où il est question de lui, mais qu'il ne peut rien lui dire pour l'instant...


Cette histoire étrange qui pose le problème de la prémonition, est bien réalisée et non dénuée de suspense. Certes, il est fort peu probable qu'un avion perde d'un coup à la fois sa radio (émission et réception) et son radiocompas. Il restait la navigation à l'estime (au compas et au chronomètre) que le navigateur ne semble pas bien maîtriser, puisque l'appareil se retrouve à 300 km, à l'ouest de sa route ! Quant au givrage de l'appareil, il faut préciser que le Dakota était équipé de dégivreurs sur les ailes et la dérive.

On remarque au début du film, que l'avion atterrit sur la piste 13 de l'ancien aéroport de Kai Tak, à Hong Kong, qui nécessitait une approche assez délicate, vu le relief. Le nombre total des occupants de l'avion est également de treize (huit passagers plus cinq membres d'équipage), d'où le titre français alternatif.

Ce film fait partie des films catastrophes avec ses passagers bien typés (le lord, l'officier, le businessman, le diplomate..), son début de panique à bord et un avion errant dans les nuages.



Les avions du film :

Le film ne comporte qu'un seul avion, un Douglas Dakota IV portant le matricule "KN632". Ce serait donc le C-47B (c/n 16541/33289, s/n 44-76957) pris en charge par la RAF en mai 1945. Il fut  transféré en 1952 au "Military Assistance Advisory Group" américain opérant dans le sud-est asiatique, puis en 1953, remis aux Forces aériennes néerlandaises. Il sera rayé des effectifs en 1961, suite à sa destruction. A priori, l'avion, filmé sur l'aéroport de Kai Tak, a été fourni par la RAF remerciée dans le générique pour sa collaboration (en Angleterre et à Hong Kong), ce qui pose problème. Au moment du tournage, le "KN632" est censé ne plus appartenir à la RAF...Ce pourrait donc être un autre Dakota (un type d'appareil toujours en service dans la RAF en 1954) avec le "vrai faux" serial KN632.

Ce Dakota apparait dans le film, sans aucune décoration, juste avec ses marques de nationalité (mais sans drapeau de dérive), portant simplement son matricule anglais, comme les appareils de la RAF utilisés pour le transport des VIP.

Le véritable avion qui s'écrasa sur l'île de Sado était un Dakota III (FL510) (c/n10028, s/n 42-24166) qui avait servi d'avion personnel à Lord Mountbaten, avec le nom de "Sister Ann", en 1945/46. Retiré du service en 1956, il bénéficia d'une grande longévité. Immatriculé G-AOYE et restauré par une compagnie privée, il passa de mains en mains, en France, en 1957 (Armée de l'Air, puis F-BTBD), au Québec en 1978 (C-FPOY) ("Transfair Inc.", puis "Transport Aérien Sept-Iles", "Groupe S.G. International Inc."), enfin à Cuba (CU-T1192) en 1998 ("Empresa Nacional de Servicios Aereos"). Détourné, en mars 2003, par un opposant au régime castriste vers Key West (USA), il fut saisi et mis en vente la même année. Il était toujours à Key West en avril 2005.

Au tout début du film, sur le tarmac de la base RAF de Kai Tak, on aperçoit un Consolidated PBY-5 Catalina appartenant sans doute au 205 Squadron, en détachement à Hong-Kong.



Christian Santoir

*Film en vente sur ebay.com


 
NIGHTMYNUMBER.jpg

 

Mots-clés associés

Date de création : 21/01/2012 : 10:07
Dernière modification : 21/01/2012 : 10:07
Catégorie : - Films
Page lue 3403 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !