Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 147 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

OKHOTA NA EDINIROGA
(La chasse à la licorne)

 



Année : 1989
Pays : URSS
Durée: 1 h 39 min.
Genre: Drame.
Couleur

Réalisateur : Vladimir LAPTEV .
Scénario: Anatoly GALIEV, Vladimir TUBOLEV.

Acteurs principaux :
Sergueï BYSTRITSKIY (Sergueï Teslenko), Vitali ZIKORA (Stanislav Grabar), Viktor SOLOVIEV (Chtayer), Vladimir ZAVYALOV, Yuri LAZAREV, Vitali YAKOVLEV, Gediminas GIRDVAINIS.

Photographie : Rudolf MESHCHERYAGIN
Musique : Vladimir LEBEDEV .
Compagnie productrice : Sverdlovskaya Kinostudiya

 

Avions :
-Yak-50


Notre avis :

Le scénario du film est tiré du roman de Wladimir Tubolev "Chuzhoye nebo" (Ciel étranger). Contemporain de la chute du mur de Berlin et de la libéralisation du régime soviétique engagée par Gorbatchev, le film se veut une sévère critique du stalinisme à travers le cas des pilotes soviétiques faits prisonniers par les Allemands lors de la dernière guerre. Ceux-ci furent, à leur retour en URSS, accusés de traîtrise et envoyés pour la plupart en Sibérie, dans des camps qui n'avaient rien à envier aux camps nazis. Mais les spectateurs soviétiques n'avaient pas attendu 1989 pour s'apercevoir que le fascisme allemand valait bien le fascisme stalinien. En 1961, un film comme "Cistoe nebo", montrait un pilote de chasse, ancien prisonnier de guerre, persécuté quand il revenait dans son pays.
 
Le film ouvre sur un camp de prisonnier quelque part en Sibérie, en 1952. Le jeune Sergueï Teslenko est affecté à une corvée de ravitaillement, dans un village proche. Quand il entend une marche militaire, elle lui rappelle aussitôt ce qu'il a vécu pendant la guerre. A l'été 1944, sur un terrain d'aviation soviétique proche du front, tout jeune pilote, il fait son premier vol en opération avec le major Grabar. Lors d'un combat aérien, ils sont tous les deux descendus. Emmené dans un camp de prisonniers, il est bientôt recruté par un colonel de la Luftwaffe qui veut lui faire piloter un avion soviétique capturé, afin de servir de cibles aux jeunes pilotes allemands ! Il est enfermé dans un camp proche d'une base allemande où il retrouve Grabar. Sergueï essaie l'avion qu'on lui assigné; il a juste ce qui faut d'essence et pas de munitions. Puis les séances d'entraînement commencent, pendant lesquelles, il parvient à échapper au tir de ses adversaires. Le colonel, pour mettre ses élèves dans l'ambiance du front russe, fait diffuser par les hauts parleurs de la base, des marches militaire de l'Armée Rouge. Parfois, aux commandes d'un avion orné d'une licorne blanche, il participe aux exercices. Mais les prisonniers échafaudent un plan pour s'évader. Un d'entre eux réussit, une nuit, à approvisionner les mitrailleuses de l'avion de Sergueï avec des munitions volées, mais peu après, il est surpris par les projecteurs des miradors et tué. Le lendemain, les exercices reprennent. Quand il doit affronter le colonel, Sergueï utilisent ses mitrailleuses et descend l'Allemand, qui ne s'y attendait pas, puis il mitraille la base. Grabar en profite pour s'emparer d'une mitraillette et tuer de nombreux officiers nazis, puis, par radio, il donne l'ordre à Sergueï de rejoindre les lignes soviétiques. Plus tard, Sergueï se retrouve dans une prison où il est interrogé par la sécurité militaire soviétique. Puis, il est emmené dans un camp en Sibérie. On revient alors au début du film. Quand il doit pousser le camion qui le ramène au camp, il refuse de remonter à bord et se fait tuer sur la route, par les gardes...

 
Ce film triste à mourir rappelle des faits connus; par contre, on n'a aucune preuve que le Luftwaffe se soit servie de pilotes soviétiques comme cibles pilotées. Les sévices exercées par les troupes allemandes sur les populations soviétiques, sont suffisamment atroces, pour qu'il soit nécessaire d'en rajouter. Le film donne dans la caricature, on voit même un officier SS avec une mèche de cheveu sur le front et une moustache, qui en font le vrai portrait d'Adolf ! On ne sait trop si les Soviétiques sont considérés comme des prisonniers de guerre ou des déportés, dont ils portent la tenue rayée... Coté aviation, ce n'est guère mieux.
 
 
Les avions du film :

Ce film à faible budget comporte peu d'avions. Trois Yak-50 jouent le rôle d'un avion allemand (Fw.190), portant un camouflage moucheté fantaisiste (sans swastika), et de deux avions soviétiques, genre Lavochkin La-11, un appareil qui ne fit que son premier vol qu'en 1947. …Ces avions peuvent rouler, mais ne décolle pas. En l'air, ils sont remplacés par des maquettes télécommandées.

Ce subterfuge avait déjà été utilisé dans la coproduction soviéto-tchécoslovaque "Piloti", en 1988, et on peut penser qu'il s'agit des mêmes avions.


Christian Santoir


 
*Film en vente sur les sites russes
 

 
OKHOTA.jpg

 
Mots-clés associés

Date de création : 01/02/2012 : 11:17
Dernière modification : 01/02/2012 : 11:17
Catégorie : Fiches de film - Films
Page lue 4796 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !