Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 147 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

 
DESTINS CROISES


 

Pays : France
Année : 2010
Durée :104 min.
Genre : documentaire
Couleur, Noir et blanc

Réalisateurs : Thierry MATHIS, Christian SEVEILLAC

Interviewés :
Capitaine de corvette Henry GUEYDON de DIVES, commandant Julien GLASSON, vice-amiral d'escadre Yves GOUPIL, capitaine de frégate Ramon JOSA, contre-amiral Jean MAUBAN, contre-amiral Claude MEIGNEN, vice-amiral Michel MOSNERON-DUPIN, commandant Emmanuel ROUX de LUZE.

Musique : Dimitri CHOSTAKOVITCH



Notre avis :
 
"Destins croisés" n'est pas une autre œuvre cinématographique portant ce titre souvent utilisé. Il s'agit d'un documentaire sur les "marins du ciel", autrement dit les pilotes de l'Aéronavale. Un de ses réalisateurs, Christian Seveillac, est un passionné d'hydraviation et l'auteur de l'un des très rares livres français sur le cinéma et l'aviation ("L'aviation au cinéma"- 2007. Ed. Intemporel), un vaste thème, qu'il aborde par le biais de l'affiche de film.

Rappelons que les films, documentaires ou de fiction, sur l'Aéronavale sont assez rares. En 1957, Jean Dréville tournait "Les supects" sur l'Arromanches, en 1965, Yves Ciampi filmait le Clemenceau, dans "Le ciel sur la tête" et en 2001-2002, les deux épisodes du téléfilm "Une fille dans l'azur" avaient pour cadre le "Charles de Gaulle", le "Foch", et les BAN de Hyères-Le Palyvestre et de Saint Mandrier.

"Destins croisés" nous présente les interviews de huit marins, le plus vieux étant né en 1910, et le plus jeune, en 1972. Plus que de vraies interviews, il s'agit, en fait, de huit tranches de vie. Le film est découpé en six chapitres, de durée très inégales, traitant de thèmes particuliers : les débuts, la guerre, les porte-avions, les anecdotes de vol, le plaisir de voler, les avions utilisés. Ces officiers, en retraite ou en activité, viennent de tous les milieux; un est le descendant d'une longue lignée de militaires, un autre est un simple engagé. Leur parcours sont très variés. Si on s'engage dans l'Armée de l'Air pour finir, naturellement, dans un cockpit, on s'engage dans la Marine, d'abord pour être sur un bateau. Ce n'est que plus tard, parfois, au hasard des circonstances, qu'on devient un "pingouin". Plusieurs des aviateurs qui se racontent, furent également des pilotes d'essais et participèrent à la mise au point de plusieurs prototypes.

Certains ont vécu la seconde guerre mondiale, mais n'eurent pas l'occasion de beaucoup combattre. Il est vrai que l'Aéronavale ne toucha ses premiers chasseurs modernes qu'en juin 1940, à un moment où les jeux étaient déjà faits. Les pilotes de l'Aéronavale se retrouvèrent désœuvrés en zone libre ou en Afrique du Nord. Jean Mauban raconte comment il a vécu le débarquement américain au Maroc, en novembre 1942, et le pilonnage de sa base par l'US Navy. Mais ce sont les Américains qui permirent à l'Aéronavale de survivre et de ressusciter, en formant, aux USA, ses pilotes, en fournissant du matériel (Airacobra, Hellcat, Corsair, Bearcat, Helldiver, Avenger…), et même des porte-avions (le "La Fayette", le "Bois Belleau"). Les avions américains seront utilisés lors des conflits d'Indochine et d'Algérie, brièvement évoqués. L'appui anglais ne fut pas négligeable, non plus, avec un porte-avions (l'"Arromanches", ex HMS "Colossus"), des avions (Seafire) et les premiers jets embarqués (Aquilon). Malgré l'arrivée de matériel français, à la fin des années 50 (Etendard, Alizé), le chasseur américain, Vought Crusader, sera, pendant 35 ans, le seul chasseur embarqué français. Ses pilotes ne tarissent pas d'éloges à son égard, et il ne sera remplacé par le Rafale, qu'en décembre 1999.

En plus d'anecdotes intéressantes, le film donne l'avis des pilotes sur leurs machines. Le Dewoitine D.520, le meilleur chasseur français en 1939-1940, était sous motorisé et virait mal; il était considéré par certains, plus comme un avion de course que comme un avion de combat ! Or, on sait depuis, que jamais un avion de course peut devenir un bon avion de combat (Cf. l'expérience malheureuse du Caudron C.714...), mais l'inverse est vrai (Cf. Grumman Bearcat, North American P-51, Hawker Sea Fury…). Le Spitfire, lui, recueille tous les suffrages, et on sent l'émotion de ceux qui ont piloté cet appareil légendaire. Le Bell "Airacobra" est décrit comme un avion d'attaque au sol, avec un moteur peu fiable, un canon à la mauvaise balistique (mais, sur un autre théâtre d'opérations, les Soviétiques le trouvèrent à leur goût et obtinrent avec lui de beaux tableaux de chasse…). Le Corsair était apprécié pour sa puissance, sa solidité, bien qu'il soit un avion difficile à poser sur un porte-avions (l'US Navy le céda rapidement aux Marines, basés à terre…). Le film finit en évoquant les rôles de l'avion de patrouille maritime "Atlantic", toujours vaillant (sous ses différentes versions, dont la dernière, l'"Atlantique 2", livrée à partir de 1989), après 47 ans de service. C'est un contemporain de l'avion de "guet embarqué", le Hawkeye, entré en service dans l'US Navy, en 1964, et utilisé par l'Aéronavale, depuis 1998.

Ces avions donnent l'occasion aux officiers d'active d'expliquer l'évolution progressive des missions qui leur sont confiées. L'Aéronavale, en plus de ses rôles traditionnels de lutte anti-sous-marine, de surveillance maritime, est appelée à intervenir, de plus en plus souvent, au-dessus des terres. L'"Atlantique" peut rester douze heures en l'air, et il est équipé, depuis 2008, de bombes à guidage laser (mais la cible doit être illuminée par un avion accompagnateur ou par un fantassin). Cet avion, très autonome, peut ainsi, à la demande, faire de la surveillance terrestre, mais aussi appuyer des troupes au sol. Comme on peut le voir sur certaines images (on remarque au début du film, un copilote ayant sur les genoux la carte du Sénégal, avec la route Dakar-St Louis, puis à la fin du film, un officier tactique consultant une carte de la Côte d'Ivoire, région de San Pedro), l'Atlantique intervient souvent, et, depuis longtemps, en Afrique de l'ouest (Sénégal, Mauritanie, Côte d'Ivoire, Tchad..). Verra-t-on bientôt l'Atlantique traquer les barbares d'AQMI et de MUJAO, au milieu d'une mer… de sable, au Mali ?

Néanmoins, les jours de ce vieux serviteur, sont comptés. En 2012, si on ne sait pas trop avec quel matériel le remplacer, il y a de fortes chances que le nouveau patrouilleur soit acheté, "sur étagère", à l'étranger. L'exemple du transport A400M montre, hélas, que l'"Europe" est devenue incapable de gérer un programme militaire commun; en a-t-elle-même le désir ?…

En dehors de ces tristes considérations, ce riche documentaire, bien que réalisé avec de faibles moyens, est recommandé pour toute personne s'intéressant à notre Aéronavale et à ses hommes, auxquels on demande beaucoup et on donne très peu….


 

Les avions du film :

"Destins croisés" est littéralement rempli d'avions de tous âges, de tous types, de sources diverses, issus en grande majorité des archives filmées de l'ECPAD (Etablissement de Communication et de Production Audiovisuelle de la Défense) et de l'ARDHAN (Association pour la Recherche de Documentation sur l'Histoire de l'Aéronautique Navale). Il est bien difficile de les citer tous, certains étant vus très rapidement. Quelques avions ont été filmés au sol, derrière des personnes interviewées, à Lann Bihoué, à la Ferté-Alais, au musée de l'Air du Bourget ou dans ses réserves, à Dugny. Néanmoins, nous avons essayé de les identifier dans leur ordre d'apparition à l'écran (79 types différents d'avions). Il n'y a aucun hélicoptère, à part deux Alouettes III, les officiers interviewés étant pour la plupart des "pingouins chasseurs". Pour connaître les films de fiction où ils apparaissent, on se reportera au menu déroulant : "Liste des aéronefs".

 
-Chap. 1 : Au commencement.


-Latécoère 298
-SNCAC NC.856H n° 01 (F-WGAG)
-Breguet Br.1020 "Alizé" n° 10 (devant lequel parle M. Mosnerot-Dupin)
-Dassault (Breguet) Br.1150 "Atlantique 2" (devant lequel parle J. Glasson)
-North American T-6
-Grumman F9F-5P Panther (VMCJ-3 squadron au musée "Planes of Fame" de Chino-CA)
-Grumman F9F-2 (BuN.123072 de la VF-112 du USS "Philippine Sea" CV-47)
-Republic P-47D "Thunderbolt", du Lt. Belleville, du GC I/4 "Navarre" (Abattu par la Flak, le 02/04/1945).
-Supermarine Spitfire Mk.IX
-Supermarine Spitfire FR.14E
-Morane Saulnier MS.406
-Grumman F6F-5 "Hellcat" Flotille 12F, n°6
-Décollage de l'Arromanches, filmé depuis la place arrière d'un Curtiss "Helldiver"
-SNCASE "Aquilon" 202/203, n° 36, 46, 54, de la Marine Nationale.
-Grumman F6F-5 "Hellcat" (Flotilles 54S et 12F)
-Grumman F8F-1B "Bearcat" (EC 2/9 "Auvergne")
-Grumman "Avenger" TBM-3E et 3W
-Chance Vought F4U-7 "Corsair"
-Northrop Grumman E-2C "Hawkeye"
-AAC.1 Toucan (Ju-52)
-Minié Arsenal SA.101 "Emouchet Escopette" (F-WGGH) équipé de deux pulsoréacteurs.
-CAMS 37E, avec le code "SR.62" de la CEPA de Fréjus-St Raphaël (vu fin 1941)
-Latécoère 298
-SNCASE SE.530, "Mistral", code "5A-G" (EC 1/2 "Cigognes").
-SNCAN "Gerfaut" I
-Breguet Br. 1001 "Taon" n° 2
-SNCASE SE.5000 "Baroudeur"
-SNCASE SE.212 "Durandal"
-Dassault Étendard II
-Atar volant C400P2, au salon du Bourget de 1957.
-Dassault MD-450 "Barougan"
-SNCASO SO-M2
-SNCASE SE.5000 "Baroudeur", à l'atterrissage (dans tous les sens du terme…)
-Messerschmitt Me-262A
-SEPECAT Jaguar
-Latécoère  631, F-BDRB (n°5, crashé dans l'Atlantique, en mars 1948).
-Dassault Etendard IV
-Fairey "Gannett"
-Breguet Br.1150 "Atlantic" n°67
-Transall C.160
-English Electric Canberra B2, (c/n R3/EA3/6652, vu à Berlin-Gatow)
-Dassault MD.452 Mystère I,  n° 01
-Dassault Super Mystère B2 code "10-SA" de l'EC 1/10 "Valois" (exposé à Berlin-Gatow)
-Dassault Mirages III (dont le "5-OA" de l'EC 1/5 "Vendée")
-Dassault Mirage 2000C
-Dassault Mirage F.1
-Latécoère 631, portant les couleurs nationales.
-Heinkel He.274, avec sur son dos le SO-M1 (F-WFDJ)
-Dassault Mystère II n°13 (exposé à Savigny les Beaune)
-SCAN Nord 1401 "Noroît" à Brétigny
-Dassault Mirage IV N 01 (présenté par le président du CAEA)
-Junkers Ju-88 A4 (Luftwaffe)
-Junkers Ju-88 A4 (Armée de l'Air).
-SNCASO SO.9000 "Trident" au MAE
-Dassault MD.450 "Ouragan" n° 03
-SNCASO SO.6020 "Espadon" (F-WFOV)
-Marcel Dassault devant un MD.311 "Flamant" (ses moteurs Renault 12 S-00, décapotés).
-Dassault Mirage F.1
-Dassault Mirage 2000C
-Dassault Super Etendard n° 20
-Dassault Mirage 2000 prototype
-Dassault Mirage 2000D (code "3-IQ" de l'EC 3/3 "Ardennes")
-Une rangée de SNCASE SE.530 "Mistral"
-Tandem He.274/SO M1, derrière Jacques Guignard qui s'équipe.
-Dassault Mystère II, derrière Constantin Rozanoff

 
-Chap.2 : Mars, la gestion du chaos


-Junkers Ju-87B Stukas
-Morane Saulnier MS.412 (HB-RCF)
-Dewoitine D.520, n°603 (au CAEA de Bordeaux)
-Supermarine Spitfire PR.19
-Messerschmitt Bf.109D (avec cocardes anglaises ! Images issues du film "Stukas"-1941)
-Messerschmitt Bf.109G-6 (D-FHBB) faisant un "atterrissage de colonel"…
-Messerschmitt Bf.109E-3 (exposé à Munich)
-Formation de Grumman F8F "Bearcat"
-Grumman TBM "Avenger" et F6F "Hellcat" (de l'USS "Essex" CV-9)
-Bell P-39Q "Airacobra"
-Supermarine Spitfire Mk.V
-Grumman TBM Avenger décollant de l'"Arromanches"
-Grumman TBM-3 français
-Douglas A-26B "Invader" français
-Grumman F8F "Bearcat"
-Chance Vought F4U-7 "Corsair" sur l'"Arromanches"
-Dassault (Breguet)  Br. 1150 "Atlantique" 2, à Dakar

 
Chap. 3 : Sur le pont


-Aerospatiale SA.316 Alouettes III, devant le porte avions "Clemenceau"
-Vought F-8E "Crusader"
-Dassault "Super Etendard"
-Curtiss SB2C "Helldiver"
-Grumman F6F "Hellcat"
-Dassault "Super Etendard" catapulté
-SEPECAT "Jaguar" M 05
-McDonnell Douglas "Phantom" F-4B (de la VF-74 sur le USS "Forrestal"- CVA-59)
-McDonnell RF-4EJ-56-MC japonais (s/n 904, 501° Hikotaï)
-Dassault "Etendard" et "Super Etendard", catapultés sur le Clemenceau.
-SNCASE  "Aquilon" 202  n° 31 de la Flotille 16F, appontant.
-Breguet Br.1020 "Alizé" n°11, appontant
-Dassault "Etendard" et "Super Etendard", appontant
-Vought F-8E "Crusader" n° 7
-Grumman F6F-5 "Hellcat" de la  Flotille 12F, à l'appontage
-Vought "Corsair" F4U de l'US Navy, à l'appontage
-Vought "Corsair" F4U de l'US, décollant
-Northrop Grumman E-2C "Hawkeye"
-Grumman F6F "Hellcat" US, plongeant dans la mer
-Dassault "Super Etendard" (n° 62), catapulté
-Dassault "Rafale"M, catapulté
-Dassault "Rafale"M, faisant un passage bas sur le Charles de Gaulle.


 
Chap. 4 : Hope and glory


-IAI "Kfir" C2
-Dassault Mirage IIIE
-Dassault Mirage IIIR
-Breguet Br. 1050 "Alizé" (décollage de nuit)

 
Chap. 5 : Un rêve passe


Un ange aussi…... Rien !
 
Chap. 6 : Avion vole


-Dassault Mirage III
-Bell P-39Q Airacobra (s/n 44-3871, n°2, du GC 2/6 "Travail")
-Bell P-39Q Airacobra ("Brooklyn Bum-2nd", s/n 219993, G-CEJU, vu à Duxford)
-Supermarine Spitfire LF.XVIE (s/n TD248, vu à Duxford)
-Supermarine Spitfire LF.IXB (s/n MH434, G-ASJV, vu à Duxford)
-Supermarine Spitfire PR.XIX (s/n PS915)
-Supermarine Spitfire Mk.IX "I.F.3 et 2" de la Flotille 1F (essais de décollage assisté par fusées, installées sur l'aile, sur l'Arromanches).
-Supermarine Spitfire LF.XVIE (code "GW-B", au MAE)
-Supermarine Spitfire PR.XIX
-Vought F4U-7 "Corsair", Flotille 14F.6 (F-AZYS)
-Vought F4U-5NL "Corsair",  n° 22, "P" (F-AZEG de Jean Salis)
-Mitsubishi A6M2 Zero (réplique, N8280K)
-Vought F4U-4 "Corsair"  (F-AZVJ)
-Vought F4U-5NL "Corsair"  n° 22 "P", avec un Mirage 2000C
-Dassault "Super Etendard" n°35
-SNCASE "Aquilon" 202, n°48
-Vought "Crusader" F-8E n° 32, 5
-Vought "Crusader" F-8P n°10 (c/n 1227, de la Flotille 12.F) au musée du Bourget
-Grumman E-2C-2000 "Hawkeye" de la Flotille 4.F
-Breguet Be.1050 "Alizé"
-Dassault (Breguet) "Atlantique" 2
-Breguet "Atlantic" 1 allemand (61-17, c/n 34, à Berlin-Gatow, avec, en arrière plan, une rangée de Canadair CL-13B Sabre 6, de la Luftwaffe)
-Dassault (Breguet) "Atlantique" 2 (de la Flotille 21F)

Sur le tarmac du musée du Bourget :

-Breguet Br.1150 "Atlantic 1", (n°61)
-Dassault "Etendard" IVM, (n°56)
-Lockheed  SP2-H "Neptune " (c/n 726-7264)

A Dugny :

-Breguet Br.1001 "Taon" (n° 2, avec lettre "E")
-English Electric Canberra B6 (s/n F763)
-SAAB JA37 "Viggen"
-Nord N-262A-12  n°16
-Dassault "Etendard IV" n° 40
-Junkers Ju-52/3mge (c/n 5667) au musée de Bruxelles
-Breguet Br.1050 "Alizé", n° 10
-Douglas Skyraider AD4-N (n°7779, s/n 12676, en cours de restauration)
-Grumman F8F "Bearcat" n° 201 B (c/n D.1088, G-RUMM).  On le gare juste à côté d'un visiteur, le Curtiss "Hawk" H-75A-1 (G-CCVH, n° 82) de The Fighter Collection de Duxford.

A Bordeaux (CAEA) :

-SNCASO 4050B "Vautour" IIB (n° 634, restauré)
-Dewoitine D.520 (n° 603)



Christian Santoir

* Film disponible à l'ARDHAN (5 rue de Laborde  CC 19  75398 Paris Cedex 08).
 
DESTINS.jpg

 

Date de création : 14/11/2012 : 07:54
Dernière modification : 14/11/2012 : 07:54
Catégorie : - Films documentaires
Page lue 5239 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !