Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 142 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

ORANGE EST VERT

  

Année : 1980
Pays : France
Durée : 1 h 04 min.
Genre : documentaire
Couleur

Réalisateur : François MOREUIL
Scénario : François MOREUIL

Acteurs principaux :
Commandant JANTET (lui-même), Capitaine DUCOS, (lui-même), Capitaine ANDRIEU (lui-même), Lieutenant CONTESSE (lui-même).

Photographie : Lichel BEUNE, René FRONTEAU
Compagnies productrices : TF1, SIRPA

Avions :
-Dassault Mirage F.1C-200
-Dassault Mirage IIIC
-Boeing C-135F Stratotanker c/n 18695, US s/n 63-12735
-Fouga CM-170 Magister
-SEPECAT Jaguar (images d'archives)


Notre avis :

Dans les années soixante dix, l’Armée, la « grande muette », sort de son silence. Les responsables militaires et politiques de la Défense se décident à promouvoir une nouvelle image de l’armée et du militaire, à démontrer la crédibilité du système de défense français. Avec la création du SIRPA (Service d'Informations et de Relations Publiques des Armées), l’Armée se dote d’un service de communication qui couvre les trois armes ; le SIRPA-Air est d’ailleurs coproducteur de ce film documentaire. L’accent est mis sur l’efficacité, le professionnalisme, tout le reste, la vocation, l’esprit de corps, ne sont plus que littérature... Le militaire n’a pas à se défendre, ou à expliquer sa position, face à la société civile, il explique ses activités et se livre à des démonstrations les plus probantes possible. Le commandant de la base d’Orange, le colonel Lanata, explique à un journaliste de FR3 qu’une « défense efficace c’est d’abord du matériel perfectionné et c’est surtout un personnel parfaitement entraîné, connaissant son matériel ». Le documentaire est fait pour en fournir la preuve.

Ce film a été tourné sur la base d’Orange-Caritat (BA115) où était basé l’escadron de chasse 1/5 « Vendée » dont les pilotes jouent leur propre rôle. Le titre un peu énigmatique, « Orange est vert », est une phrase codée signifiant simplement que, sur la base d’Orange, ce jour là, tout est OK, la météo est bonne, la piste ouverte sans restriction particulière; on apprend ainsi que Nîmes et Salon sont « bleu » (ça doit être moins bon..).

Le réalisateur propose de montrer au téléspectateur une journée comme une autre, sur la base d’Orange-Caritat. On voit, tôt le matin, les pilotes quitter leur petite famille et se rendre à la base, comme n’importe quel employé, en écoutant les nouvelles à la radio (on s’aperçoit, au passage, que les nouvelles de l’étranger tournent toujours, hier comme aujourd’hui, sur les mêmes pays « fatigants » : Libye, Iran et déjà, l’Afghanistan…). La journée commence à la base par l’exposé de la situation météo et de la disponibilité des diverses bases de l’Armée de l’Air de la région. Puis, on projette un petit film sur le siège éjectable 0/0 (Martin-Baker Mark 4), en réponse à une question, suivi par un exercice de reconnaissance visuelle des avions étrangers (MiG-19, MiG-21, Drakken..). Les pilotes vont ensuite faire un peu de sport, pendant que les rampants sortent les avions, les arment et font le plein de carburant. La Patrouille de France, ce matin là, s’entraîne au dessus de la base en prévision de la journée Portes Ouvertes du dimanche suivant. Le capitaine Ducos doit passer son brevet de chef de patrouille lors d’un exercice d’interception de deux « hostiles », venant du sud, entre la Corse et Marseille, au niveau 350. La mission se poursuivra en basse altitude pour descendre, avec un vrai missile, un engin cible, lancé à partir du Centre d’Essais de l’île du Levant. Les avions seront guidés par la station radar Rhodia-Mont-Agel, située entre Nice et Menton. La mission nécessitera en outre un  ravitaillement en plein vol. Ducos décolle à la tête d’une patrouille de quatre Mirages (code Charco Alpha). Tout se déroule normalement, quand le commandant Jantet heurte un oiseau qui brise une partie de sa verrière; il est blessé au visage et n’y voit plus grand chose. Un de ses coéquipiers quitte la formation pour l’accompagner jusqu’à Bastia et l’aider à atterrir. Ne pouvant voir ses instruments, il atterrit trop vite, le parachute de freinage est arraché, mais le chasseur sera stoppé par la barrière d'‘arrêt. Il y a eu plus de peur que de mal, et le commandant Jantet, après quelques points de suture au front, est ramené à Orange où ses camarades l’accueillent chaleureusement. Ce soir là, il sera un peu en retard à la maison.

Ce documentaire didactique nous montre toutes les étapes d’une mission (un peu comme dans "Target for tonight" -1941) : préparation des machines, visite pré-vol, étude des plans de vol, procédures d’interception, débriefing... Il fournit aussi un large aperçu des différents personnels de l’Armée de l’Air, en dehors des pilotes : escadron de protection des installations et des aéronefs (patrouilles avec chien, missiles sol-air Crotale R-440), radaristes, contrôleurs aériens, mécaniciens, armuriers... Il a dû donner pas mal d’idées à de nombreux adolescents.

Le journaliste de FR3 pose au commandant de la base des questions qui fâchent : le bruit généré par l’activité aérienne et les chasseurs décollant PC allumée, le coût des opérations, alors que depuis 1973, on est toujours sous le coup du choc pétrolier... Il lui est répondu que les opérations se situent surtout au dessus de la mer et que les pilotes de combat ne font que quinze heures de vol par mois, ce qui est le minimum absolu, en dessous duquel la sécurité et le niveau des pilotes ne sont plus assurés…180 heures par an c’est la norme OTAN ; en 2009, on doit être « autour » de ce chiffre. En 2001, les Allemands faisaient moins (145 h) , les Anglais plus.(195 h).

Dans ce documentaire, les activités, la base et les hommes sont présentés en relation d’osmose avec le monde extérieur. Le pilote de chasse est un homme comme les autres, sauf que ses responsabilités sont plus lourdes, sa machine payée par le contribuable étant un matériel sophistiqué, très coûteux. Le pilote de chasse est aussi une « assurance sécurité » de la nation, dans un monde dangereux, instable, comme le prouve l’actualité internationale. Il est notamment fait mention dans le film des événements de Gafsa (26 janvier 1980), une action armée menée contre le régime tunisien et organisée par ses deux voisins, la Libye et l'Algérie. L’ambassade de France à Tripoli avait été brûlée, et le centre culturel français de Benghazi, saccagé.

 « Orange est vert » est d’une grande qualité esthétique, grâce à des scènes aériennes très bien filmées. Les amateurs du Mirage F.1, encore en service sous ses versions F.1B, F.1CT et F.1CR, apprécieront. L’escadron 1/5 Vendée sera également à l’honneur avec ses Mirage 2000, dans « Les chevaliers du ciel » en 2005.

 :

Les avions du film 

Le 15 mars 1975, le " Mirage IIIC " du Vendée,  laissèrent la place au " Mirage F.1C ". A partir de juillet 1977, l’apparition des premiers Mirage F1C-200, ravitaillables en vol, permet à l’escadron d’effectuer des missions de plus en plus longues, et en janvier 1980, le premier raid de " Mirage F1 " sur Djibouti est réalisé. Le 1/5 sera aussi déployé au Tchad dans le cadre de l’opération « Manta ».

Les Dassault Mirage F.1C-200, en bleu DA, que l’on aperçoit à l’écran, sont les 5-ND (n° 229), NH (n° 211), NJ (n° 239), NK (n°231), NL (n° 219), NO (n° 227). Ils portent l’insigne de l’escadrille SPA 124 « Jeanne d'Arc », peint sur la gauche de la dérive, et celle de la SPA 26 « Cigogne de St Galmier », dite « supersonique !», sur la droite.

Jeanne.jpg    Cigogne.jpg

Fanion de la SPA 124    Fanion de la SPA 26

Les “"hostiles"” sont deux Mirage IIIC que l’on voit fort peu, et par l’arrière. L’exercice est assez classique et même s’il se déroule à haute altitude et à vitesse supersonique, ce dogfight  rappelle un peu ce qui se passait pendant la dernière guerre : repérage des hostiles par un radar au sol (celui du Mont Agel, situé à 1148 m d’altitude, porte jusqu’au nord de la Sardaigne), guidage des intercepteurs vers la cible, accrochage par le radar de bord, tir au canon. Seule la cible volant à basse altitude est détruite avec un missile air-air. Le radar du F.1C, le Thomson-CSF Cyrano IV, avait une portée de trente nautiques et n’était vraiment utilisable qu’en vision vers le haut (vers le bas, la cible se confondait avec les échos du sol...) ; son scope cathodique, monochrome, peu lumineux, était issu de la technologie des années 60.…

L’armement des F.1 du film se compose d’un missile air-air moyenne portée Matra R.530 (on voit le remplissage du réservoir d’azote liquide de l’autodirecteur infrarouge ; une opération pas toujours appréciée par les mécaniciens de piste...) fixé sous le fuselage (mais non emporté lors de la mission décrite), deux missiles air-air à autodirecteur infrarouge Matra R.550 Magic, fixés aux extrémités de la voilure, auxquels il faut ajouter les deux  canons DEFA-553 de 30 mm, dans le fuselage. La visite pré vol, telle qu’elle nous est montrée, pourrait servir à l’entraînement des cadets tant elle est détaillée ; le pilote fait le tour de l’avion dans le sens des aiguilles d’une montre, en vérifiant toutes les parties mobiles de l’appareil, les tubes de Pitot, le train d’atterrissage (amortisseurs et roues), sans oublier de déverrouiller lui-même la sécurité sol des aérofreins et des trappes de train (petites portes sous les paniers à munitions)….

Les F.1 sont ravitaillés en l’air par un Boeing C-135F Stratotanker (c/n 18695, US s/n 63-12735), le premier d’une commande de douze. Il décolle de la base 125 d’Istres-Le Tubé. Le commandant Jantet est ramené à Orange dans un Fouga CM-170 Magister de l’escadron (5-MD, n° 206). Au début du film, on voit également les neuf Fouga de la Patrouille de France.

Sur un bout de film, on voit un SEPECAT Jaguar tirer une salve de roquettes de 68 mm d’un panier Matra 155.

Enfin, la cible abattue lors de l’exercice, est un petit drone Nord Aviation CT.20 IV, peint en rouge orangé afin d’améliorer sa visibilité (il n’avait que trois mètres soixante de long).

 

Christian Santoir

 *Film à visionner sur YouTube (mai 2016)

P.S. Ce documentaire nous a été fourni, à titre gracieux, par le fils du commandant, puis général, Jantet, Pierre Jantet, auquel nous adressons nos plus vifs remerciements.


 
ORANGEESTVERT.jpg





 
insigne_de_la_ba_115.jpg

Insigne de la BA 115 d'Orange

Mots-clés associés

Date de création : 27/09/2006 : 22:30
Dernière modification : 17/10/2010 : 18:47
Catégorie : - TVFilms
Page lue 10387 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Réaction n°5 

par TVNshack le 10/09/2011 : 15:28

Bonjour.
J'étais au GERMaS 15/005 (Radar II) à l'époque. J'ai aussi "connu" ce 14 juillet avec la visite de F. Mitterrand ... et aussi celle de C. Hernu et J. Lang. Bref .. passons.
Je pense que des extraits de "Orange et Vert" apparaissent dans cette vidéo YouTube.  C'est un docu espagnol, mais j'ai de bons souvenirs de "Orange et Vert". Ça ne peut être "que OeV.
  http://www.youtube.com/watch?v=acCQotEgYO8
Si qq'un a le film en VHS, j'ai tout le matos pour le convertir en numérique.
Amitiés aux anciens
Thierry

Réaction n°14 

par christian le 02/10/2009 : 18:57

Oui, malheureusement, comme beaucoup de telefilms, celui là n'a pas été diffusé dans le commerce...Seule chance, c'est de l'enregistrer si, par hasard, il repasse à la télé. Mais les chances sont faibles.y

Christian

Réaction n°13 

par Didier le 02/10/2009 : 13:38

A cette epoque je me trouvais sur la base .Escadron 1.5 Vendee . lors du tournage Je me suis retrouvé dans le champ de la camera, je suis assis dans un Mirage f 1 qui roule sur la piste tiré par un trackma . J'aimerais bien voir ce telefilm merci d'avance . Le pilote qui est bléssé dans le film etait le commandant JANTET. Le commandant de la base etait le colonel LANATTA . Le chef de piste l'adjudant SEGAUD .   Peut ètre une ouverture  ! !     

Réaction n°7 

par philippe le 16/10/2008 : 14:17

Bonjour

Je possède un enregistrement vhs d'origine recopié sur dvd du film "orange est vert " ainsi que l'enregistrement de la présentation de l'Armée de l'Air du 14 juillet 1983 qui avit été tourné par TF1 en présence du président de la république à Orange sur la BA 115 où j'étais mécano au 2/5 à l'époque...k.


Réaction n°2 

par Christian le 02/11/2006 : 09:59

Malheureusement, les documentaires de la Télé ne sont pas édités, et en vente sur le marché, surtout quand ils ont 28 ans. Tout documentaire qui n'est pas repassé à la télé dans les 12 derniers mois peut être considéré comme perdu ! Il n'y a qu'aux USA où on peut trouver aujourd'hui, en vente des émissions télé passées en 1938 ou 1939, par exemple...

Christian