Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 147 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://aeromovies.fr/data/fr-articles.xml


ANDERSSONSKANS KALLE

 


Année : 1950
Pays : Suède
Genre : comédie
Durée : 1 h 23 min.
Noir et blanc

Réalisateur : Rolf HUSBERG
Scenario : Emil NORLANDER, Erik ZETTERSTRÖM

Acteurs principaux :
Peter BLITZ (Kalle), Kai GULLMAR (Mrs. Andersson), Harriet ANDERSSON (Majken), Mona GEIJER-FALKNER (Mrs. Boberg), Rut HOLM (Mrs. Pihlgren), Bellan ROOS (Mrs. Loevdal).

Producteur : Carlo FRIDLUND
Musique : Kai GULLMAR, Sune WALDIMIR     
Photographie : Curt JONSSON     
Compagnie productrice : Wivefilm

Avions :
-Vickers VC1 Viking  (en arrière plan)
-Douglas C-47A  c/n 13637, s/n 42-93756, SE-BBO (en arrière plan)
-Douglas DC-6 Cloudmaster  c/n 43122, SE-BDD
-Douglas DC-6 c/n 43129, SE-BDL
-Douglas DC-6 c/n 43123, SE-BDE
-Douglas DC-6 c/n 43124, SE-BDF


Notre avis :

Dans les années 50, comme dans les années 30, le cinéma s’est beaucoup intéressé à l’aviation. Dans les années 30, l’avion « décollait » littéralement, en devenant une machine de plus en plus fiable. Après la guerre, le transport aérien, disposant de nouveaux modèles plus perfectionnés (issus directement ou indirectement, des avions militaires), connut un formidable essor. Ce phénomène eut une influence sur les films, l’avion étant devenu très à la mode. C’est ainsi, que dans les années 50, on trouve souvent des avions dans des films, drames ou comédies, dont le thème principal n’a rien à voir avec l’aviation. «Anderssonskans Kalle» en est un exemple, parmi tant d’autres. Notons cependant que le réalisateur, Rolf Husberg, avait  tourné, en 1941, un vrai film d’aviation «Första divisionen».

Ce film est un remake des « Anderssonsskans Kalle » de 1934 et de 1922, ces films étant une adaptation à l’écran de ce personnage populaire, créée en 1901, par Emil Norlander.


Le personnage principal du film est Kalle, un jeune garçon, dont la mère, une veuve, tient une blanchisserie avec trois autres femmes, dans le quartier pauvre de Stockholm-Söder. Elle est très occupée, et son fils, livré à lui-même,  peut ainsi employer son temps libre à faire des multiples farces aux gens du voisinage, dont le policier local, qui le considèrent comme un vrai fléau. Cela va du jet de boules de neige, au sabotage d’un manège, dont les occupants finissent dans une rivière glacée où Kalle disparait. Les rescapés se réchauffent sans s’inquiéter du sort de Kalle, mais celui-ci réapparait, déguisé en fantôme pour les effrayer ! Plus tard, il met des pétards dans la chaudière de la blanchisserie, ou attache Mme Boberg à un chaise aidé par ses amis, déguisés en Indiens... Kalle a une sœur ainée, Majken, qui est courtisée par Helling, un homme distingué, collectionneur de tableaux, mais aussi par Gustav, pigiste dans un journal local. Kalle n’aime pas Helling, qui lui semble louche. Alors qu’il est dans un camp de vacances, sur une île, où il continue ses blagues à l’encontre de pêcheurs ou des blanchisseuses, Kalle décide de rentrer à Stockholm avec son ami Vicke, déguisés en fille, afin d’espionner Helling. Il découvre ainsi que celui-ci est, avec un complice, l’auteur d’une série de vols dont Gustav avait parlé dans son journal. Il apprend également que les deux comparses s’apprêtent à fuir avec leur magot, vers New-York, par le premier vol. Grâce à Vicke, dont le père est chef de l’entrepôt de l’aéroport, Kalle se cache dans un sac devant être expédié à New-York par le même vol qu’Helling. En l’air, il fouille les bagages d’Helling et trouve les bijoux, dissimulés dans le talon d’une chaussure. Il se fait connaître et explique au radio du bord ce qui se passe. La police de l’escale de Göteborg est avertie. Quand l’avion revient s’y poser, Helling et son complice sont arrêtés. Kalle revient à Stockholm en héros. Il reçoit un don du journal et se verra offrir une bourse pour devenir ingénieur. Gustav aura la primeur de son témoignage et pourra réaliser un scoop ; il se voit également proposer un poste de rédacteur permanent. Majken réalise son erreur et trouve, finalement, que  Gustav est digne de son amour.


Ce que nous retiendrons dans cette petite comédie c’est, naturellement, la visite sur l’aéroport de Stockholm-Bromma, en 1950, et les avions que la compagnie SAS (Scandinavian Airlines System), créée en aout 1946 par la fusion des compagnies, suédoise (ABA), danoise (DDL) et norvégienne (DNL), mettait alors en ligne.

 

Les avions du film :

A Bromma on aperçoit un Vickers VC1 Viking au décollage. Il est vu de loin, mais sa décoration, très sobre et certains détails (filet de couleur à mi hauteur des hublots, insigne sur la dérive) ne correspondent pas à celle de la DDL (Det Danske Luftfartselskab), une compagnie danoise qui utilisait ce type d’appareil, mais plutôt à celle de BEA (British European Airways) qui avait mis le Viking sur la ligne Londres-Copenhague-Stockholm.

Sur le tarmac, est parqué un Douglas DC-3-214 de SAS, alors qu’un autre vient se ranger à côté. Ce dernier porte le nom «Orvar Viking» sous le cockpit, avec «ABA SWEDEN» juste dessous. Ce DC-3 (c/n 13637, SE-BBO) appartenait effectivement à la compagnie suédoise AB Aerotransport (ABA) où il portait, avant sa fusion avec SAS, en 1948, le nom de «ABA Duvan». Ce DC-3 fut acquis par ABA, en août 1946. Il s’agissait en fait d’un C-47A construit en 1942 (s/n 42-93756). En 1957, il sera vendu à Linjeflyg qui le louera, un temps, à la compagnie suédoise Transair Sweden. En 1965, il passa au Danemark, chez Faroe Airways. Il sera ferraillé en 1968.

Kalle monte à bord du Douglas DC-6-477B Cloudmaster (c/n 43122, SE-BDD) "Algaut Viking" de SAS, où il avait le numéro de flotte « 120 ». Livré en juin 1948, à AB Aerotransport (nom que l’on retrouve inscrit sur la porte, à l’intérieur), il sera stocké jusqu’en juin 1949, pour servir de stock de pièces détachées ! En juin 1952, il sera accidenté à l’atterrissage, près de l’aéroport de Farouk-Le Caire, en Egypte. En 1957, on peut le voir dans le film «Istamboul». Il sera vendu en janvier 1960, à Aeronaves de Mexico (XA-NAL), baptisé Tariacuri, et, en septembre 1970, il apparait, sur une photo, comme un avion du Secretaria de Communicaciones y Transportes de Mexico (XC-DOU) ; selon plusieurs sources, il aurait été aussi loué à la société pétrolière nationale PEMEX. Il finira avec l’armée de l’air mexicaine, en 1980, avec le code « ETP-10112 ».

Caché dans un sac, Kalle, est embarqué à bord d’un autre DC-6 et mis dans la soute avant, en face du poste du radionavigant. Ce DC-6 est le "Asmund Viking", autrement dit, le SE-BDL (c/n 43129) le n°106, de la flotte de la SAS. Comme le précédent, il fut livré en juin 1948 à AB Aerotransport et resta au service de SAS jusqu’en février 1959. Lui aussi, sera vendu au Mexique, à Guest Aerovias (XA-MUB), puis à Mexicana de Aviacion, en juillet 1964, pour être transféré à l’armée de l’air mexicaine, en février 1966. Il eut alors plusieurs codes : TP-0203 en 1966, TP-03 en 1977, de nouveau TP-203 en 1978, puis ETP-10002, en 1979. Il sera retiré du service en 1993 et stocké.

Mais c’est le DC-6 SE-BDE qui décolle…C’est l’"Alrek Viking" de la SAS (c/n 43123, n° 122), livré à AB Aerotransport, en août 1948. Il fut légèrement accidenté à l’atterrissage de Goose Bay (Canada), en février 1951. Il sera vendu, en décembre 1959, à Aeronaves de México (XA-NAI) et baptisé « Izcoatl ». En 1970, il sera cédé à la Fuerza Aérea Mexicana, avec le code ETP-10005.

Quand le SE-BDE vole, il devient l’"Alvar Viking" de la SAS ! Ce dernier était le DC-6-447B SE-BDF (c/n 43124, n° 4126), un avion que le SE-BDF heurtera, en février 1956, au sol, à Bromma, alors qu’il était tracté vers un hangar…Cet appareil, réceptionné en juin 1948,  restera chez SAS, jusqu’en janvier 1960 ; il sera loué pendant six mois à la compagnie grecque Olympic Airways (SX-DAH), en 1959. En janvier 1960 il sera vendu à Transair et recevra le nom « Knut Folke ». Il sera loué aux Nations Unis, entre octobre 1961 et juin 1963. Après son retour chez Transair, avec le nouveau nom «Helsingborg», il sera revendu à la compagnie américaine Boreas Corp., en  août 1965 (N301BC). En 1966, il reviendra en Europe, et exploité par la compagnie hollandaise Transavia (PH-TRA) jusqu’en avril 1968. En novembre 1967, il fut loué à la compagnie yéménite Brothers Air Services. En août 1968, il fut de nouveau loué, à Nordchurch Aid, pour effectuer des vols humanitaires vers le Biafra, puis en mai 1969, il sera acheté par Flughjap, une organisation caritative ; bien qu’immatriculé en Islande (TF-AAD), il interviendra exclusivement, au Biafra. Il sera réformé et stocké à Prestwick, en Ecosse, en janvier 1970. Il sera ferraillé en 1984, après une carrière bien remplie.

La scène où Kalle est caché au milieu des bagages a été filmé dans un véritable DC-6 qui disposait effectivement d’une soute à bagages à l’avant de la cabine (heureusement pour Kalle..). Cette soute n’était pas bien grande, mais la cabine semble être aménagée en faible densité (2+2 sièges de front), avec 54 sièges.

C’est le SE-BDE qui décolle de Göteborg-Torslanda  (où on observe un DC-3 de la SAS) après l’escale et qui redevient le SE-BDF en vol…Notons que le vol SAS Stockholm New-York ne faisait pas escale à Göteborg (Suède), mais à Oslo ou Copenhague.

 

Christian Santoir

*Film à visionner sur YouTube

anderssonskans_.jpg

 

Mots-clés associés

Date de création : 03/01/2015 : 11:02
Dernière modification : 03/01/2015 : 11:02
Catégorie : - Films
Page lue 5594 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !