Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 142 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

747 EN PERIL
Vo. Airport 75




Année : 1974
Pays : USA
Durée : 1 h 47 min
Genre : Suspense
Couleur

Réalisateur : Jack SMIGHT
Scénario : Don INGALS

Acteurs principaux :
Charlton Heston (Alan Murdock), Karen Black (Nancy Pryor), George Kennedy (Joe Patroni), Efrem Zimbalist Jr. (Commandant Stacy), Susan Clark (Mrs. Patroni), Gloria Swanson (Gloria Swanson), Martha Scott (Soeur Béatrice), Helen Reddy (Sister Ruth), Guy Stockwell (Colonel Moss), Jerry Stiller (Sam), Roy Thinnes (copilote), Erik Estrada (Julio), Dana Andrews (Scott Freeman), Sid Caesar (Barney), Linda Blair (Janice Abbott), Nancy Olson (Mrs. Abbott), Myrna Loy (Mrs. Devaney).

Musique : John CACAVAS
Photo : Philip H. Lathrop
Producteur : William Frye , Jennings Lang
Distribution : Universal

Aéronefs :
-Boeing 747-123 s/n 20390, N9675
-Beechcraft A55-95 Baron s/n TC431,N9750Y
-Sikorsky HH-53B Sea Stalion s/n 66-14431
-Gates Learjet 24A c/n 24A-096, N1972L
-Cessna T-37B 'Tweet" c/n 41026, s/n 67-14762



Notre avis :

747 EN PÉRIL est la première suite d’ «Airport» qui fut à l'époque l'un des plus gros succès financiers du cinéma. Mais le scénario, ne présente guère de similitudes avec son modèle, à part le personnage de Joe Patroni (toujours joué par George KENNEDY) qui reçoit ici un avancement substantiel (il est désormais le vice-président de la compagnie aérienne baptisée "Columbia"). Quant à la situation de l'avion en difficulté, elle s'inspire de plusieurs autres films dont l’archétype est sans conteste «Ecrit dans le ciel» (The High and the Mighty, 1954) de William A. WELLMAN. Mais l'idée audacieuse de l’avion sans pilote et de l'hôtesse de l'air contrainte de prendre les commandes tout en suivant les directives qui lui sont données par radio, est copiée sur la dernière séquence de «Without order» (1936) de Lew LANDERS avec Sally EILERS, et aussi du film «Le diabolique Mr. Benton» (Julie, 1956) d'Andrew L STONE, avec Doris DAY. Dans ces deux cas, les hôtesses réussissaient à faire atterrir l’avion. Ce ne sera pas le cas dans 747 en péril, où on retrouve Efrem ZIMBALIST Jr et Dana ANDREWS qui étaient déjà dans le film catastrophe «The crowded sky» quatorze ans auparavant, mais ici, ils ont échangé leurs rôles ; ZIMBALIST est le commandant de bord de l’avion percuté par Dana ANDREWS. En dehors de ces deux acteurs, le film a une exceptionnelle densité de vedettes, ou d’ex-vedettes, en tout genre. Gloria SWANSON joue son propre rôle dans sa dernière apparition à l’écran (et dire que Greta GARBO fut pressentie pour un rôle aussi minable !) ; Myrna LOY est une vieille dame portée sur la bouteille et il est triste de voir une telle actrice courir le cachet avec deux ou trois répliques à dire; la chanteuse Helen REDDY est une nonne chantante, façon soeur Sourire ; Sid CAESAR est un acteur raté doublé d’un bavard; Charlton HESTON est le pilote aux nerfs d’acier (il était commandant de bord d’un 707 détourné dans «Alerte à la bombe» en 1972) qui va ramener tout le monde à bon port. Il faut également ajouter, sans être exhaustif, une bande de congressistes éméchés, deux footballeurs professionnels, la femme du vice-président de la compagnie et son fils, sans oublier une mère et sa fille devant subir une transplantation rénale.

Le vol 409 de la Columbia parti de l’aéroport international Dulles à Washington D.C. à destination de Los Angeles, et comprenant cent-vingt passagers, doit être dérouté vers Salt Lake City à cause d'un brouillard très dense régnant sur la côte californienne. Venant du Nouveau Mexique, Scott Freeman. aux commandes d'un petit avion de tourisme, vole en direction de Boise, Idaho. Soudain, victime d'une crise cardiaque, Freeman perd connaissance. Son avion percute de plein fouet le cockpit du 747, tuant sur le coup le copilote et le navigateur, et blessant grièvement le commandant Stacy. Pour éviter la catastrophe, Nancy, l'hôtesse en chef, doit prendre les commandes de l'appareil. Le chef-pilote Murdock dont elle est la petite amie et Joe Patroni, lui donnent par radio, les consignes nécessaires pour maintenir l'avion à une vitesse et une altitude suffisantes au dessus des montagnes. Pendant ce temps, une audacieuse opération est mise sur pied par l’ USAF : un pilote doit descendre d'un hélicoptère dans le trou béant de la carlingue du Boeing endommagé. Après l'échec d'une première tentative au cours de laquelle le colonel Moss perd la vie, Murdock réussit à pénétrer dans la cabine de pilotage et reprend les commandes. Il fera atterrir l'avion sans dommages, permettant ainsi à Janice, la jeune fille qu'il transportait, d'être opérée à temps d'une transplantation rénale...

Il s’agit là de la version politiquement correcte du film. La première version montrait le pilote du Baron monter à bord avec un taux d’alcoolémie élevé ! On peut encore voir un ami de Freeman le raccompagner à la porte du bar avec une flasque de whisky à la main. Un syndicat de pilotes privés (l’IAOPA) menaça d’un procès la production du film qui préféra modifier le scénario; c’est bien connu, les pilotes ne boivent pas !

Ce film accumule les invraisemblances pour renforcer les effets spectaculaires. Le choc avec un bimoteur léger (plus de deux tonnes quand même) a des effets peu importants à comparer à ceux infligés par un Stampe à une Caravelle d’Air Algérie en 1960. Quatre ans après le film, un Boeing 727 entra en collision avec un Cessna 172, au dessus de San Diego, et il y eut 135 morts. Le choc aurait au moins dû projeter des débris dans un ou plusieurs réacteurs avec des conséquences graves. La décompression de la cabine n’a également pratiquement pas d’effets, à part celui de faire hurler les passagers dont les masques à oxygène ne sont pas tombés. Quelque minutes après, ils sont tous calmement assis à leur place alors que l’hôtesse pilote l’avion !! Le courant d’air de près de 300 km/h s’engouffrant dans le cockpit suffit à peine à faire flotter quelques mèches de la blonde Nancy ! En outre, comment peut-on imaginer qu’un médecin fasse traverser les États-Unis à un petite fille accompagnée seulement de sa maman pour aller se faire transplanter ? Dans ces cas là, c’est l’organe qui prend l’avion, pas le malade! Pour finir, car on pourrait continuer comme cela pendant des pages, on peut se demander si, déjà en 1974, le climat était si dégradé au point que tout le sud de la Californie soit recouvert de brouillard, et que le 747 n’ait d’autre aéroport de déroutement que Salt Lake City, situé à 800 km de l’arrivée…

Bien que ridiculisé par la critique lors de sa sortie (18/10/1974), 747 EN PERIL fut finalement un gros succès et généra d’énormes bénéfices (43 millions de dollars). Ce film est surtout à voir pour les vues du 747 naviguant entre les sommets de la chaîne des Wasatch, puis suivant le Sikorsky d’où descend le cascadeur Joe Canutt accroché à un filin.


Les avions du film :

Le Boeing 747 est un avion des American Airlines Freighter (service cargo). Cet avion, un Boeing 747-123, immatriculé N9675 (s/n 20390), leur fut livré en 1971. Sa décoration d’origine fut légèrement modifiée aux couleurs de la compagnie fictive Columbia Airlines. Il fut loué à raison de 52.000 dollars par jour. En 1976, il fut utilisé par la compagnie libanaise TMA (OD-AGM), puis en 1985 par UPS (N675UP) pour le transport des colis postaux. En 2005, il fut retiré du service et stationné à Roswell, Nouveau Mexique. Lors de la scène du sauvetage, on voit bien que le 747 vole cabré, en deuxième régime, avec volets et becs de bord d’attaque sortis pour suivre l’hélicoptère dont la vitesse maximale (315 km/h) est proche de la vitesse minimale du Boeing (autour de 270 km/h). On aperçoit néanmoins battre les ailerons haute vitesse, situés au milieu du bord de fuite de l’aile, qui corrigent l’assiette de l’avion.

Charlton HESTON, qui était radio mitrailleur sur B-25 lors de la Seconde Guerre mondiale, fit pendant le tournage beaucoup de séances de simulateur pour apprendre à tenir un 747 en vol. Les vues du Boeing 747 furent réutilisées dans plusieurs films (comme «Elisabethtown» -2005) avec le logo «Columbia Airlines» sur le fuselage.

Le bimoteur qui heurte le 747 est un Beechcraft A55-95 Baron immatriculé N9750Y (s/n TC431). Mais la tour de Salt Lake l’appelle «232 Zulu» soit le matricule N232Z ! Ce même avion, par une tragique coïncidence, fut impliqué dans une collision aérienne avec un Cessna 180, près de Stockton (Ca.), le 24 août 1989 ; les deux pilotes furent tués.
 

Airport 75


L'hélicoptère de sauvetage est un HH-53B Sea Stalion qui aurait été prêté à l'USAF par les Marines comme appareil d'entraïnement, sous un numéro de serie temporaire (66-14431). Rendu à son corps d'origine, cet hélicoptère (vrai serial : 152397) a disparu des registres; il aurait été accidenté lors d'un vol de routine en 1998.

Murdock et Patroni rejoignent l’avion désemparé dans le Gates Learjet 24A de Clay Lacy (N1972L). L’avion de l’USAF qui vient inspecter les dégâts, et appelé «chasseur», est un Cessna T-37B 'Tweet" (c/n 41026, s/n 67-14762), un avion d’entraînement.


Christian Santoir
747ENPERIL.jpg


Mots-clés associés

Date de création : 23/02/2007 : 18:49
Dernière modification : 19/10/2011 : 16:58
Catégorie : - Films
Page lue 6787 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !