Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 147 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

CATETO A BABOR
(Barre à bâbord)

Année : 1970
Pays : Espagne
Genre : comédie
Durée : 1 h 23 min.
Couleur

Réalisateur : Ramón FERNANDEZ
Scénario : Vicente COELLO

Acteurs principaux :
Alfredo LANDA (Miguel Cañete Moste), Ahui CAMACHO (Quique Cañete Moste), José GALVEZ (sergent Canales), Enriqueta CARBALLEIRA (Julia), Florinda CHICO (Rosario, la mère de Julia), José SACRISTAN (un ami de Miguel), Laly SOLDEVILA (Jacinta).

Musique : Antón García ABRIL
Photographie : Raúl Pérez CUBERO
Compagnies productrices : Aspa Producciones Cinematográficas, Filmayer

Aéronefs :
- Agusta-Bell 47G-2 Sioux
- Agusta-Bell 204B
- Sikorsky S-55/HRS
- Sikorsky SH-3D Sea King


Notre avis :

Ce film est un remake du film "Recluta con nino", sorti en 1956, et dont l'histoire est centrée sur un conscrit, un célibataire, en charge de son jeune frère. En 1956, le conscrit faisait son service dans l'armée de l'air espagnole, ici, il sert dans la Marine (Armada Española), plus précisément, l'aéronavale (Arma Aerea de Armada Española), d'où notre intérêt pour cette petite comédie.

Miguel Cañete est un paysan, originaire d'un petit village; il a un sérieux problème : il a été appelé pour le service militaire dans la marine et ne sait pas où laisser son petit frère, Quique, qui est orphelin et dont il doit s'occuper. Il le laisse d'abord chez Jacinta, une fille de la ville, à qui il promet de l'épouser quand il reviendra, mais le garçon ne l'aime pas et s'enfuit en suivant son frère. Avant de venir à la caserne, Miguel laisse Quique chez sa tante Enriqueta, qui l'accepte à contrecœur. Miguel, à cause de sa naïveté est l'objet, à la caserne, de toutes sortes de blagues et de bizutage, et sa maladresse pousse le sergent Canales à le recadrer continuellement. Mais Quique n'est pas bien traité par sa tante et Miguel n'a d'autre solution que de l'emmener avec lui à la caserne. Là, le sergent lui donne un jour pour trouver un endroit où laisser l'enfant. Peu après, Quique emmène son frère chez Julia, une aveugle, une jeune femme sympathique, qu'il avait rencontré, par hasard, sur la plage. Elle accepte de le prendre chez elle, avec ses parents. Elle se révèle être la fille du sergent Canales, qui, après maintes discussions avec sa femme, accepte finalement de garder l'enfant. Le geste du sergent oblige Miguel à faire de son mieux pour être un bon soldat et plaire à son supérieur. Lors de visites à son frère, Miguel et Julia tombent amoureux. Entretemps, celle-ci est opérée et recouvre la vue. Après l'opération, Miguel hésite à la rencontrer parce qu'il craint qu'elle le trouve moche, alors, il se porte volontaire pour quelques manœuvres, sur le porte-hélicoptères "Dédalo". Il se casse le bras, lors d'un exercice, et il est évacué à terre, en hélicoptère. Mais en plein vol, les pilotes sont victimes d'un malaise et ont juste le temps de brancher le pilote automatique. Miguel est obligé de prendre les commandes et après plusieurs tentatives périlleuses, il parvient à poser l'appareil sur le porte-hélicoptères, guidé par un officier. A l'hôpital, Julia rejoint Miguel dont l'apparence lui convient, malgré tous ses bandages, l'ayant déjà vu sur une photo que Quique lui avait montré. Il devient un héros et il est décoré devant les troupes rassemblées à la caserne, sous le regard admiratif de Julia et de Quique.


Le tournage de cette comédie bénéficia, curieusement, de l'aide officielle de l'Armada Española, la marine espagnole, et se déroula en partie sur un de ses principaux bâtiments de l'époque, le "Dédalo". Des scènes furent filmées aussi à San Fernando, au sud de Cadix, au Centro de Formación de Especialistas de la Armada et sur le "Polígono de Tiro Naval "Janer".

 Le "Dédalo" était le vaisseau amiral de la flotte espagnole, jusqu'à ce qu'il soit remplacé en 1988, par le "Principe de Asturias", un autre porte-aéronefs. Le "Dédalo" était un ancien porte-avions d'escorte américain, lancé en 1943, l'USS "Cabot". La marine espagnole le loua, d'abord, en 1967, puis l'acquit, en 1972. Il fut d'abord, employé en tant que porte-hélicoptères, destiné à la lutte anti-sous marine. Réformé en 1989, il fut donné à une association américaine pour être transformé en musée. A cause d'ennuis financiers, le navire fut finalement vendu aux enchères, acquis par Sabe Marine Salvage de Rockport (TX) et ferraillé en 2002. On le voit escorté par toute une flottille, où l'on reconnait les destroyers D23 "Jorge Juan", D25 "Almirante Valdes", des anciens bâtiments américains de la classe Fletcher, et le torpilleur D52 "Alava".

Les "avions du film" sont ici des hélicoptères de l'Arma Aerea de la Armada Española, tous d'origine américaine. Il faut attendre plus d'une heure pour que l'action se déplace sur le "Dédalo".


Les avions du film :

Des Agusta-Bell 47G-2 Sioux sont alignés sur le pont. Construits en Italie, livrés en 1954 à la marine espagnole, ils restèrent en service jusqu'en 1987. Le seul que l'on peut identifier porte le numéro de série "Z.7-15" (c/n 281), code "001-10". Il appartenait à l'Escuadrilla 001, basée sur la base de Rota, située au nord de Cadix; il recevra le nouveau numéro de série HE.7-15 quand il sera reversé à l'Armée de l'Air. Réformé, il sera vendu au Costa Rica, et inscrit sur le registre civil (TI-).

Dès le générique, on aperçoit un Agusta-Bell 204B, construit en Italie, dont quatre furent réceptionnés en 1965 et reçurent le code radio, Bravo. Leur mission était la lutte anti-sous-marine. Ils furent retirés du service en 1978, après avoir été renommés "AB.212" avec le nouveau code radio, Gato. Ils dépendaient de l'Escuadrilla 003, de Rota. On voit, pendant le générique, celui qui porte le numéro de série "Z.8-3" (c/n 3141) et le code "003-3". On ne dispose d'aucune information à son sujet. Il aurait été transféré aux FAMET (Fuerzas Aeromoviles del Ejercito de Tierra) avec le code "HA.8-3". Lors de l'exercice, le Bell 204B portant le code "003-4" décolle. Cet appareil (c/n 3151, serial Z.8-4") fut transféré à une date inconnue aux FAMET.

Neuf Sikorsky S-55/HRS furent en service dans la marine espagnole entre 1955 et 1976, au sein de l'Escuadrilla 002 de Rota. Celui que Miguel parvient à faire atterrir porte le code "002-4" (c/n 551064) et le serial "Z.1-11". Ce Sikorsky HRS-3 fut livré à l'US Navy (BuNo 144666) en mars 1957 et transféré par le MAP (Military Assistance Program) la même année, à la marine espagnole. Il a été réformé en 1976.

Sur un ascenseur, on peut voir un autre Sikorsky S-55/H-19, avec le numéro de série "Z.1-8" et le code "002-1", (c/n 551029). Ce Sikorsky HRS-3 (c/n 551029) fut livré à l'US Navy en janvier 1957 (BuNo 144268) et la même année à la marine espagnole. Il a été réformé à une date inconnue. On peut apercevoir de loin, le H-19 portant le code "002-6" (serial Z.1-13), livré par l'US Navy en 1957 (BuNo.144688, c/n 55-1088).

Remarquons qu'il est fort difficile de piloter un hélicoptère avec un bras cassé. Miguel, qui a pris la place du copilote, devra tenir la commande du pas général et sa poignée tournante, située à gauche, avec son bras cassé, mais elle ne demande pas d'être tenue en permanence, contrairement à celle du pas cyclique, tenue de la main droite.

Un des dix huit Sikorsky SH-3D Sea King de la marine espagnole est filmé au décollage, lors du générique. Il appartenait à l'Escuadrilla 005 de Rota, avec le code "005-1" et le numéro de série "Z.9-1", (c/n 61355). Cet hélicoptère de secours en mer faisait partie d'une première tranche livrée par le MAP (BuNo 153532), en 1966. Cet d'hélicoptère de lutte anti-sous marine est toujours en service, après plusieurs modifications, pour le transformer en SH-3H, avec l'installation de radars, de bouées acoustiques, un détecteur d'anomalie magnétique (MAD) et l'emport de torpilles ou de charges de profondeur. Il a reçu le nouveau serial "HS.9-1"


Christian Santoir

*Film disponible sur amazon.es

CATETO.jpg

 
Mots-clés associés

Date de création : 25/11/2017 : 06:38
Dernière modification : 25/11/2017 : 06:38
Catégorie : - Films
Page lue 112 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !