En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.

Recherche

Recherche

Fiches de film

Articles cinéphiles

Webmaster - Infos

Préférences


Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>


  Nombre de membres 31 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!

Copyright

Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2019

Capitaine Singrind

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

CAPITAINE SINGRIND

 

Année : 1968
Pays : France
Genre : aventure
Durée : 1 h 30 min.
Couleur

Réalisateur : Jean LEDUC
Scénario : Jean ARDY, Jean LEDUC

Acteurs principaux :
Elga ANDERSEN (Singrid), Robert WOODS (Saint-Robert), Giorgia MOLL (Carol), Jean-Claude BERCQ (Tarquier), Marc MICHEL (Vignal).

Musique : Dino CASTRO     
Photographie : Gilbert SARTHRE     
Producteur Alberto BARSANTI     
Compagnies productrices : Société Cinématographique Lyre, P.C.A. Produzione Film (co-production)

Les avions :
- De Havilland Canada DHC-3 Otter, CR-LDA, c/n 262.
- Fokker F.27-200 Friendship
- Piper PA-23-160 Apache G/H, CR-LGI
- Cessna 337 Super Skymaster
- Morane-Saulnier  Rallye MS 880, en arrière plan

Notre avis :

Le "capitaine" Singrid est une femme riche qui dirige la "S.E.R.P", la Société Européenne de Relations Publiques, qui, en réalité, sert de couverture à des activités secrètes : renseignements, espionnage, etc... Sous le prétexte d'une campagne de promotion touristique en Angola, cette société cherche à retrouver un stock de diamants dérobé par une bande de mercenaires, commandés par le commandant de Saint-Robert et le capitaine Tarquier, des vétérans du Katanga. Ce Tarquier, assoiffé de puissance, a l'intention de s'emparer du petit état voisin du Myassaland. Les autorités officielles s'inquiètent et c'est pourquoi elles ont fait appel aux services de la S.E.R.P. chargée de récupérer les diamants et d'éliminer le groupe de mercenaires. Pour ce faire, le capitaine Singrid intervient avec l'aide de son second, le capitaine Vignal, qui se fait passer pour un homme d'affaires. Elle a également embauché un ancien nazi, Eric, qui connaît parfaitement le pays. Il doit aussi recruter un commando de choc, pendant que Carol, l'adjointe de Singrid, doit prendre contact avec les mercenaires. Elle comprend que ceux-ci se servent des diamants pour acheter des armes et des équipements. Elle leur propose d'acheter tout leur stock de diamants. Bien que Tarquier sente qu'il s'agit d'un piège, Saint–Robert accepte de rencontrer Singrid sur son yacht. Mais Tarquier enfreint les ordres de Saint-Robert et s'apprête à attaquer le Myassaland. Carol, prisonnière, parvient néanmoins à saboter l'avion des mercenaires qui, lors d'un transfert, est forcé d'atterrir en pleine brousse où il est attaqué par les hommes d'Eric qui délivrent Carol. Puis, il leur faut embarquer à bord d'un train qui transporte les diamants et les armes des mercenaires. Les dissensions entre Tarquier et Saint-Robert se sont exacerbées, au point que Tarquier tente de tuer Saint-Robert, qui finit par l'abattre. Singrid peut récupérer les diamants, mais elle regrette la disparition de Saint-Robert qui s'est évanoui dans la forêt. Elle charge ses hommes de le retrouver; son tête à tête avec lui, sur son yacht, l'a profondément marquée...

L'histoire de ce petit film, écrite en partie par Bertrand Tavernier, se passe en Afrique mais uniquement entre Blancs. On est encore à l'époque coloniale, bien qu'en 1968, l'Angola  fît face à une guerre d'indépendance, fomentée par plusieurs groupes armés, dont certains d'obédience marxiste. L'indépendance ne sera proclamée qu'en 1975, et ne règlera rien. La guerre civile, exacerbée par la richesse du pays en or et en pétrole, aggravée par l'intervention de l'Union Soviétique, via les Cubains, des USA et de l'Angleterre, via l'Afrique du Sud, se prolongera jusqu'en 1992, avec les dégâts que l'on imagine...

Le tournage eut lieu en juin-août 1967, en partie à Luanda, mais aussi à Lubango et près des chutes de Kalandula, dans la province de Malanje.


Les avions du film :

Au début du film un De Havilland Canada DHC-3 Otter atterrit sur une piste de brousse, non identifiable. Son matricule angolais apparait plus tard, sous l'aile gauche : CR-LDA (c/n 262). Construit en 1958, il fut d'abord enregistré, en juin 1958, au nom de Petrofina SA. de Luanda, puis de Petroleos de Angola qui le conserva jusqu'en février 1971, date de sa vente à la société canadienne Bannock Aerospace Ltd de Toronto (CF-ZYL). Après avoir été entièrement révisé, il fut loué, en juin de la même année, à Airexec Services Ltd., de  St John, (BC). Il fut également employé par Newfoundland & Labrador Air Transport Ltd. (NLAT) de Corner Brook (NL) qui l'acquit (C-FZYL) en juin 1972. NLAT employa l'avion équipé de flotteurs, à partir de South Brook (NL), pendant l'été, et de Deer Lake, l'hiver. En janvier 1977, NLAT devint une filiale de Labrador Airways (Air Labrador), de Goose Bay. En mai 1988, le C-FZYL fut transféré à Labrador Aviation Services Ltd  et fit partie de sa flotte jusqu'à ce qu'il soit vendu, en janvier 1989 à Ken Wilson Aircraft Sales Ltd de Toronto. Il fut acquis par le propriétaire de Ward Air de Juneau (AK) et immatriculé "N62335", en juillet 1990. L'hydravion vola avec Ward Air jusqu'en mars 1993, date de sa vente à Alaska Juneau Aeronautics Inc, volant pour Wings of Alaska, également basée à Juneau. Il fut réenregistré "N338AK", en avril 1997, après avoir été repeint, à Victoria, sur l'île de Vancouver. En avril 2002, l'hydravion fut revendu à Alaska Coastal Airlines Inc. et continua à voler en tant qu'appareil de la flotte de Wings of Alaska. En 2004, l'hydravion fut envoyé à Vernon (BC) chez Kal Air pour y recevoir un turbopropulseur Garrett TPE-331. Sa remotorisation fut achevée en 2005. Cet avion, vieux de plus de soixante ans, vole toujours sous les couleurs d'Alaska Coastal.

Singrid atterrit à "Malonga" (en fait, à Lubango, où elle descend au Grande Hotel de Huila) dans un des deux Fokker F.27-200 Friendship de la DTA (Direcção Transportes Aéreos), de l'époque, le CR-LEO ou CR-LEP. On n'a aucune vue du terminal.

Un des agents de Singrid vole à bord d'un Piper PA-23-160 Apache G/H ("CR-LGI") appartenant vraisemblablement à une petite compagnie charter, comme ETASA (Emprèsa Taxis Aéreos Sul Angola), TACSUL (Taxis Aéreos do Cuanza Sul) ou encore, CTA (Companhia de Taxis Aereos) qui employait le Piper Apache "CR-LGN" (un matricule facile à camoufler en "CR-LGI", soit-dit en passant...).

Tout aussi inconnu est le Cessna 337 Super Skymaster, aperçu avant, et qui est filmé de très loin, en vol, ou de trop prêt au sol...Son matricule inscrit sur les dérives, est invisible. On distingue à l'avant, sous le pare-brise le logo de la société fictive "SERP".

Enfin, dans le fond d'un hangar, sur un aéroport inconnu (Luanda ?), on entraperçoit ce qui ressemble à un Morane-Saulnier  Rallye MS 880.


Christian Santoir

*Film disponible sur Dailymotion.

CAPITAINESINGRID.jpg


 

Mots-clés associés

Date de création : 20/04/2019 : 07:45
Catégorie : Fiches de film - Films
Page lue 757 fois

Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !