En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.

Recherche

Recherche

Fiches de film

Articles cinéphiles

Webmaster - Infos

Préférences


Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>


  Nombre de membres 31 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!

Copyright

Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2021

Chatte sur un toit brûlant (La)

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

LA CHATTE SUR UN TOIT BRÛLANT
Vo. Cat on a hot tin roof

 


Année : 1958
Pays : Etats-Unis
Genre : drame
Durée :1 h 48 min.
Couleur

Réalisateur : Richard Brooks
Scénario : Richard Brooks, James Poe

Acteurs principaux :
Elizabeth TAYLOR (Maggie Pollitt), Paul NEWMAN (Brick Pollitt), Burl IVES (Big Daddy Pollitt), Jack CARSON (Gooper Pollitt), Judith ANDERSON (Big Momma Pollitt), Madeleine SHERWOOD (Mae Pollitt).

Musique : Charles WOLCOTT     
Photographie : William H. DANIELS     
Producteur : Lawrence WEINGARTEN     
Compagnie productrice : Avon Production


Avions :
-Aero Commander L3805, N1946,  c/n 1, en arrière plan
-Beechcraft D-18S, N80356, c/n A-294
-Champion 7FC-162 Tri-Traveler, N9078B, c/n 7FC-127, en arrière plan


Notre avis :

Ce film est une adaptation à l'écran d'une pièce de théâtre du même nom, écrite par Tennessee Williams en 1955.

Les Pollitt sont un couple qui a des problèmes. Brick, le mari, un journaliste sportif, n'accomplit plus son devoir conjugal sous prétexte qu'il a une jambe dans le plâtre, et il passe son temps à boire. Maggie, sa voluptueuse épouse, est frustrée, car elle voudrait avoir un enfant. Le frère aîné de Brick, Gooper, a eu cinq enfants aves son épouse Mae qui est enceinte. C'est dans cette ambiance qu'ils sont arrivés à la maison, avec leur marmaille bruyante, pour célébrer l'anniversaire de leur père, surnommé "Big Daddy". Le père de Brick et Gooper, un homme très riche, arrive en avion avec son épouse, accueillis par Maggie et la famille de Gooper. Big Daddy vient de subir un examen médical tout à fait rassurant. Gooper et Mae font tout leur possible pour attirer son attention, car ils espèrent hériter, mais lui est plutôt attiré par Maggie… Seuls Brick et Gooper ont été avertis par le médecin que leur père est atteint d'un cancer incurable et qu'il n'a pas plus d'un an à vivre. Brick en parle à Maggie qui est très touchée et elle lui demande de se rapprocher de lui, ce qu'il refuse. La nuit, la fête finie, Big Daddy va voir Brick, le fils qu'il aime le plus, et exige de savoir pourquoi il est dans cet état. Maggie arrive et explique à Big Daddy que Brick est bouleversé depuis que son cher ami Skipper, un coéquipier de football s'est suicidé il y a plusieurs années. Brick et Skipper passaient beaucoup de temps ensemble, au point que Maggie avait fini par devenir jalouse de Skipper ! Brick s'en veut de n'avoir pas aidé Skipper. Brick, dans un moment de colère annonce à son père qu'il est sur le point de mourir et que ce fut son dernier anniversaire. Choqué, Big Daddy se refugie dans le sous-sol de la maison où se trouve tout un stock d'antiquités et de biens familiaux. Brick le rejoint, conscient de son erreur, et ils finissent par se réconcilier. Pendant ce temps, Gooper, qui est avocat, et Mae discutent avec Big Momma de la plantation de coton familiale et du testament de Big Daddy…C'est alors que Maggie confie qu'elle aimerait annoncer sa grossesse à Big Daddy, en guise de cadeau d'anniversaire. Mae la traite de menteuse, mais Brick et Big Daddy la défendent, même s'ils doutent de sa déclaration. Brick a subitement changé et se réconcilie avec Maggie qu'il embrasse. Ils vont sans doute faire l'amour et le mensonge de Maggie pourrait devenir la vérité…

Ce mélodrame aborde des sujets tabous à Hollywood, jusqu'ici. Même si l'homosexualité latente de Brick a été "gommée" (rappelons que Tennessee Williams était homosexuel), l'impuissance sexuelle et la frustration qu'elle provoque chez la partenaire féminine, est clairement exposée. Les âmes sont aussi mises à nue, et des pans cachés des individualités sont révélés. La fin du film était prévisible; avec une épouse aussi sensuelle qu'Elizabeth Taylor, le cas de Brick ne pouvait être désespéré…

Et les avions dans tout cela ? Dans les années 50, tous les films américains ou européens devaient comporter au moins une scène d'aéroport, et, ce film, dont le scenario psychodramatique n'a rien à voir avec l'aviation, n'y fait pas exception. Une scène plutôt courte (1 min.31 sec.) a été filmée sur l'aéroport de Santa Monica. On remarque en effet, un grand hangar devant lequel se gare l'avion de Big Daddy. Les avions de ligne parqués devant et aperçus en arrière plan, sont tous des Douglas et le hangar ressemble fortement à l'un de ceux de l'usine Douglas, un constructeur présent à Santa Monica, depuis 1928. Les plus grands hangars de l'usine furent détruits en 1977, à l'exception du Barker hangar transformé en salle d'exposition. Quand l'avion de Big Daddy arrive au parking, il passe devant une bâtisse portant la pancarte de "Clover Field Aviation", or, Clover Field était l'ancien nom de l'aéroport de Santa Monica, avant 1942.


Les avions du film :

Big Daddy arrive dans le Beechcraft D-18S (N80356. c/n A-294) de sa société "Politt Enterprises Inc.". Construit en 1946, il fut livré en octobre à Pacific Aircraft Sales  et vendu rapidement à la Metro-Goldwyn Meyer Inc. d'Hollywood. L'avion fut attribué à Robert Taylor comme son avion personnel. L'avion était basé sur le terrain de Santa Monica. Il apparut en 1957, dans "Contrebande au Caire", avec Robert Taylor. Ce dernier, un ancien instructeur sur bimoteur de l'US Navy pendant la guerre, pilota très souvent le Beech en emmenant parfois son épouse, Barbara Stanwyck bien qu'elle ait horreur de l'avion... Taylor l'acheta avec Harold Bowen, en  août 1961. Mais dès mai 1962, l'avion fut revendu à la compagnie charter Snyder Air Transport de Van Nuys (CA). Réimmatriculé "N356S" en mai 1966, il sera cédé en avril 1974, à un particulier, Ismael S. Vargas de Van Nuys, et revendu dès 1975, à Ted Wheeler de Los Angeles, puis, à Ralph J. Grill de Bell Gardens (CA) en février 1976. En 1977, il est signalé comme étant en vente. En décembre 1999, il était toujours enregistré comme en vente à Bell Gardens. Il a été rayé des listes en mars 2013.

En dehors de cet avion, on en aperçoit d'autres en arrière plan.

Quand le Beechcraft atterrit sur la piste 21 de Santa Monica, il y a, garés à côté de la piste, un Douglas DC-3/C-47, vu de face, un Aero Commander 500, puis un Douglas DC-4 de Western Airlines, plusieurs Douglas DC-6, dont un de Slick Airways (dérive rayée), un d'Ethiopian Airlines (qui en acheta trois en 1958), un d'Eastern Airlines, et même un Douglas DC-7 de cette dernière compagnie. On note que ce sont pratiquement tous des Douglas, vraisemblablement des avions en train d'être réparés ou des appareils neufs, en cours de livraison (le dernier DC-6 fut construit en 1958).

Le Beechcraft se gare de l'autre côté de la piste devant des hangars abritant des avions privés.

On remarque un Aero Commander 500, bleu et blanc (avec ce qui ressemble à un drapeau costaricain sur le gouvernail),  devant le hangar du concessionnaire d'Aero Commander. Parqué à côté, est un Champion 7FC-162 Tri-Traveler (N9078B, c/n 7FC-127) construit en 1958, donc tout neuf, toujours en état de vol en 2020. A sa droite, on aperçoit juste le nez caractéristique d'un bimoteur rare, le seul Aero Commander L3805 (N1946,  c/n 1), le prototype du modèle 520. Construit en 1948, il eut six propriétaires à partir d'avril 1955, et fut racheté par Aero Commander en janvier 1963. En juin 1965, sa licence expira et il fut exposé devant l'usine Commander de Bethany (OK), puis en 1973, sur l'aéroport Wiley Post d'Oklahoma City et enfin, sur un terrain de jeux, juché sur un piédestal où il restera plus de vingt ans. En 2006, il fut descendu de son piédestal et restauré. Il est en attente d'être exposé dans un nouveau musée, sur le Wiley Post airport d'Oklahoma City (OK). Cet avion apparut aussi en arrière plan, en 1959, sur l'aéroport de San Fernando, dans un épisode de la série "Whirlybirds".

Avant de stopper sur le tarmac, le Beech 18  passe devant deux Cessna 172, non identifiables, garés à côté du bâtiment de "Clover Field Aviation".

Christian Santoir

* Film disponible sur amazon.fr

La_Chatte_sur_un_toit_brulant.jpg

Date de création : 12/02/2021 : 08:19
Catégorie : - Films
Page lue 135 fois

Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !