En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.

Recherche

Recherche

Fiches de film

Articles cinéphiles

Webmaster - Infos

Préférences


Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>


  Nombre de membres 31 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!

Copyright

Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2020

Taxi pour Tobrouk (Un)

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

UN TAXI POUR TOBROUK





Année : 1961
Pays : France, Grande Bretagne
Genre : guerre
Durée : 2h15

Réalisateur : Denys De LA PATELLIÈRE
Scénario : Michel AUDIARD, Denys De LA PATELLIÈRE

Acteurs principaux :
Lino VENTURA (Théo DUMAS), Charles AZNAVOUR (Samuel GOLDMAN), Maurice BIRAUD (François JONSAC), German COBOS (Paolo RAMIREZ), Hardy KRUGER (Hpt Ludwig von STIEGEL)


Musique  : Georges GARVARENTZ
Photgrahie :Marcel GRIGNON
Directeur de production : Philippe MODAVE
Assistants réalisateur : Roberto BODEGAS, Pierre GRANIER-DEFERRE
Production : Gaumont

Avions :
-Hispano HA-1112-M


Notre avis :

 

A la Noël 1941, Théo, un brigadier des F.F.L, est l'invité d'une famille anglaise, tandis que François Gensac, un célibataire déjà âgé, quitte son un foyer où il s'ennuie entre un père, plutôt pétainiste et une mère possessive. Samuel Goldmann, interne des hôpitaux, s'enfuit de France parce qu'il est juif  et Juan Ramirez s'apprête à quitter, clandestinement, la prison où il purge une condamnation de droit commun. De l'autre côté du Rhin, le capitaine Ludwig von Stegel termine une permission. Quelques mois plus tard, les quatre premiers se retrouvent dans la même jeep d'un commando de deux voitures, envoyés faire sauter un dépôts d'essence allemand. L'opération réussit, mais l'un des véhicules saute sur une mine et l'officier de l'autre est tué. Les quatre hommes sont sains et saufs, mais face au désert. Ils essaient de regagner leurs lignes, mais sans connaître exactement leur direction. Survolés par un avions allemand, Théo voudrait passer inaperçu mais Ramirez lui tire dessus; l'appareil revient et incendie la jeep. A pied, et non sans discussions, les rescapés décident de marcher. Soudain, ils découvrent des traces de pneus ; au bout des traces, une voiture allemande et quatre hommes en train de manger : en un instant, ce ne sont plus que quatre cadavres. Les Français, en s'emparant de la voiture, découvrent, caché derrière, un capitaine : Von Stegel. Ils le font prisonnier et poursuivent leur route. Bientôt égarés, c'est le prisonnier qui prend la direction de la voiture. L'essence baissant, tous décident de se ravitailler à un centre allemand; ils assomment le prisonnier et se joignent à une colonne ennemie en mouvement. Le plein fait, ils subissent le bombardement aérien que les Anglais infligent au convoi. Théo et von Stegel, ensevelis par une bombe, sont sauvés par les trois autres. François saute ensuite sur une mine et il faut aller vite car, blessé, il s'affaiblit. L'approche du but pose aux F.F.L. le problème du prisonnier pour lequel ils ont développé une certaine sympathie. Mais ils n'auront pas à le résoudre; un char anglais les aperçoit de loin et anéantit la voiture ! Seul Théo en réchappe et, lors du défilé de la victoire, il ne vivra que dans le souvenir de ses camarades morts stupidement.

Le désert occidental est en fait filmé en Espagne dans la région qui allait servir quelques années plus tard de décor aux grands westerns de Sergio LÉONE.

Il s'agit là d'un grand film devenu un classique, mais qui ne comporte qu'une seule scène aérienne, avec un avion traversant rapidement l'écran.

 

Les avions du film :

L’intrigue se noue lorsque un "Messerschmitt Bf.109" (en fait, un Hispano HA-1112-M), survole à deux reprises le véhicule des Français qu'il mitraille. L'évolution de cet avion indique qu'il ne s'agit pas là d'une maquette, ou d'un effet spécial. Cet HA-1112-Mh est un vrai. Sa couleur sombre et ses marques approximatives sont peu conformes à celles des Messerschmitt en LIbye. L'avion a été fourni très vraisemblablement par l'armée de l'air espagnole, comme elle l'avait fait quatre ans auparavant pour le film "Der Stern von Afrika" (1957), où elle était citée dans le générique, contrairement à celui-là. En 1961, le HA-1112-M était encore en service et le restera jusqu'en 1965.

Christian Santoir

* Film en vente sur amazon.fr
 





 

Mots-clés associés

Date de création : 30/08/2006 : 16:59
Dernière modification : 22/10/2010 : 11:14
Catégorie : Fiches de film - Films
Page lue 10058 fois


Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !