Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 141 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

 
TONNERRE SUR MALTE
Vo. Malta story




Année : 1953
Pays : Grande-Bretagne
Genre : guerre
Durée : 1 h 43 min.
Noir et blanc

Réalisateur : Brian Desmond HURST
Scénario: William FAIRCHILD, Nigel BALCHIN ,

Acteurs principaux :
Alec GUINNESS (Flight Lieutenant Peter Ross), Jack HAWKINS (Air Commodore Frank), Anthony STEEL (Wing Commander Bartlett), Muriel PAVLOW (Maria Gonzar), Flora ROBSON (la mère de Maria), Renée ASHERSON (Joan Rivers), Nigel STOCK (Giuseppe Gonzar/Ricardi), Reginald TATE (Vice Admiral Payne).

Musique : William ALWYN
Photographie : Robert KRASKER
Producteur : Peter De SARIGNY
Compagnie productrice : Theta Films

Avions :
-Supermarine Spitfire LF.XVI (TE241, RW352, TB245, TE178)
-Supermarine Spitfire Mk.I/II (images d'archives)
-Supermarine Spitfire Mk.V (idem)
-Vickers Wellington T.10
-Bristol Beaufighter Mk.I (images d'archives)
-Bristol Beaufort Mk.I (idem)
-Bristol Blenheim Mk.V (idem)
-Fairey Albacore Mk.I (idem)
-Junkers Ju.87 Stuka (idem)
-Junkers Ju.88 (idem)
-Savoia-Marchetti SM79 II Sparviero (idem)

 

Notre avis :

Hollywood avait déjà son île glorieuse ("Wake island", 1943), l'Angleterre se devait de saluer, même avec onze ans de retard, l'île de Malte qui, pendant la dernière guerre, fit preuve d'un esprit de résistance hors du commun. Cette île avait une importance stratégique vitale, aussi bien pour les lignes de ravitaillement alliées que pour celles de l'Axe. Son comportement héroïque lui valut d'être décorée à titre collectif, de la George Cross par le roi George VI. Cette croix figure désormais sur le drapeau national.

Ce film tourné en partie sur place, utilise de nombreux documents filmés lors de l'attaque par les Italiens et les Allemands des multiples convois de ravitaillement dirigés vers l'île. On y voit le porte-avions HMS "Indomitable " touché par plusieurs bombes, de même que le porte-avions HMS "Eagle" qui sera coulé par un sous-marin allemand lors de l'opération Pedestal (août 1942).

Le héros du film, Peter Ross, joué par Alec Guinness, rappelle quelque peu Adrian Warburton, un célèbre pilote de reconnaissance qui opéra à partir de Malte en 1941 et 1942. Ce film suit de près les événements et on peut ainsi dater l'histoire qui doit se situer entre les mois d'avril et d'octobre 1942. Brian Desmond Hurst avait participé en 1939 au tournage du documentaire sur l'aviation anglaise "The lion has wings" et réalisé deux ans plus tard le film patriotique "Dangerous moonlight", sur l'histoire d'un pilote polonais.

En 1942, Malte est régulièrement bombardée par les Italiens et les Allemands et une invasion est à craindre. La RAF fait face, en utilisant les quelques moyens dont elle dispose sur place. Le Flight Lieutenant Peter Ross, un archéologue dans le civil, y fait escale, en route pour l'Egypte où il est affecté dans une unité de reconnaissance. Mais son avion est détruit par un bombardement. On lui demande alors de rejoindre une escadrille locale. Il rencontre Maria, une beauté maltaise qui travaille dans la salle des opérations de la RAF. Les deux tombent amoureux et passent quelques heures agréables dans les ruines des temples de Mnajdra et Khagra Qim. Entre temps la situation se dégrade sur l'île. En plus des destructions, la famine guette la population, les convois de ravitaillement étant systématiquement attaqués par l'ennemi...L'île reçoit la George Cross pour sa résistance héroïque, sur ordre du roi d'Angleterre. Malgré tout, des bateaux parviennent à Malte, comme le pétrolier SS "Ohio" qui entre très endommagé dans le port. Peter veut se marier avec Maria, mais sa mère trouve que ce n'est guère le moment. Le frère de Maria est arrêté alors qu'il espionnait pour les Italiens. Sa mère est autorisée à le voir juste avant son exécution. La RAF tient bon et peut même attaquer les convois ravitaillant Rommel en Libye. Peter a pour mission de repérer un important convoi allemand dont on a perdu la trace. Il le retrouve et signale sa position, mais il est descendu juste après, par les chasseurs allemands. Maria a assisté en direct à sa mort, dans la salle des opérations…

L'histoire du frère de Maria est basée sur un fait authentique, l'exécution en novembre 1942 de l'espion maltais Carmelo Borg Pisani. Il avait opté pour la nationalité italienne et avait combattu dans les rangs italiens en Grèce. Bien qu'il existât à Malte, depuis les années trente, des sympathisants italiens opposés au protectorat britannique, l'Italie ne put jouer cette carte, les habitants de l'île préférant leurs lointains "protecteurs" anglais à leurs voisins fascistes...

L'épisode du pétrolier anglais SS "Ohio" qui entra à Malte aidé par des destroyers, est un des hauts faits de l'opération Pedestal, et ce bateau avec ses dix mille tonnes de pétrole, passe pour un des sauveurs de l'île. On voit également avant, le cargo SS "Brisbane Star" du même convoi, qui eut son étrave arrachée par une torpille. Rappelons aussi que Malte était surnommé en 1942, le "paradis des pilotes de chasse" vu l'importance du gibier... Le canadien George Beurling y obtint la plupart de ses trente et une victoires.

La scène finale où Maria "assiste" dans l'Ops room à la mort de son fiancée, rappelle celle du film anglais "Angels one five", sorti l'année précédente. "Tonnerre sur Malte" est caractéristique des films sur la seconde guerre mondiale, tournés "à froid" pendant les années 50 en Angleterre. Ce sont généralement des produits bien réalisés, joués par des acteurs de qualité, mais ce film-ci manque de souffle, et l'histoire se perd dans les problèmes sentimentaux et familiaux du héros qui ne sont guère originaux. Combien de couples furent séparés (souvent définitivement) par la guerre ? Restent les avions et notamment une brochette de Spitfire toujours agréables à regarder, et à entendre.


Les avions du film :

Le tournage des scènes aériennes eut lieu sur le terrain de Safi, à la mi novembre 1952. On y aperçoit, en arrière plan, la chapelle de Ta' Loretu, proche du terrain.

Dans la (vraie) salle des opérations de Lascaris, est mis en évidence le badge du n°8 Squadron "Malta". Problème : si le n° 8 Squadron a bien existé, son badge est différent et y figurent un poignard arabe, avec une autre devise, cette unité ayant été affectée à Aden et jamais à Malte...Il s'agit donc d'un badge fictif.

Le film compte moins de neuf minutes de scènes aériennes, pendant lesquelles on observe de nombreux avions. Le tournage utilisa quatre Supermarine Spitfire LF.XVI. Le premier, l'avion de Peter Ross, est dépourvu de ses armes, et peint pour ressembler à un Spit reco. Les autres, sont aussi des Mk.XVI mais avec une canopée à vision totale et tout aussi dépourvu de code tactique. Les cocardes de ces avions, de type B, sont aussi anachroniques que leurs modèles et datent de 1947.

Dans le livre "Spitfire survivors" de Gordon Riley (1986), sont cités les Spitfire ayant participé au tournage. Ces avions arrivèrent en novembre 1952, à Malte, en provenance de Grande Bretagne,  accompagné d'un Vickers Wellington, alors qu'ils étaient en route pour le moyen Orient.

L'avion de reconnaissance de Peter Ross (à dos haut) est le Spitfire Mk.XVIe "TB245" livré à la RAF le 4 juillet 1945 et stocké chez la 45 Maintenance Unit, jusqu'à ce qu'il soit affecté en mai 1951 à la 103 Fighter Refresher School. En octobre 1952, il fut versé à la 1'Overseas Ferry Unit et transféré au moyen Orient, le 5 novembre 1952. Le 28 novembre 1952, il retourna en Angleterre. Il retourna alors au 45 MU, en mars 1953, puis au n°3 CAACU (Civilian Anti-Aircraft Co-operation Unit), en novembre de la même année. Il sera vendu en mai1956, au ferrailleur Lawson Metals.

Les trois autres Spitfire (à dos bas) ont eu une carrière très proche. Le Spitfire Mk.XVIe "TE241" fut pris en charge par la RAF en mai 1945. Il fut d'abord affecté à la Central Gunnery School, puis fut transféré en juin 1948 chez Vickers Armstrong pour des essais de collimateur. Il fut ensuite envoyé au n°1 Overseas Ferry Unit d'Abingdon en octobre 1952 et affecté à la Middle East Air Force le 5 novembre 1952 et rapatrié le 28 du même mois. L'avion rejoignit alors le 45 MU en mars 1953 et fut ferraillé en novembre du même mois.

Le Spitfire Mk. XVIe "RW352" fut pris en charge par la RAF en juillet 1945 et affecté au n° 6 MU. En mai 1948, il rejoindra le n°605 Squadron, puis le n°63 Group Communication Flight, le 10 mai 1949. En octobre 1952, pris en charge par le n°1 Overseas Ferry Unit, il partira au moyen Orient, en novembre. Il sera transféré au n°187 Squadron en aout 1953, puis au n°3 CAACU, la même année. L'avion sera ferraillé en avril 1957 chez Enfield Rolling Mills.

Le Spitfire Mk.XVIe "TE178" fut livré à la RAF en mai 1945 et stocké avec le n°6 MU. Il sera affecté au n°2 Armament Practice Station en février 1946. Après son affectation au moyen Orient et le tournage, il rejoignit le HQ Communication Squadron en septembre 1953. Il sera ferraillé en mai 1956, avec le TB245, par Lawson Metals.

Les Spitfire furent repeints à Luqa pour le tournage et leurs serials effacés. Ceux avec une canopée en bulle reçurent un camouflage bicolore (deux tons de marron ?), le TB245 à dos haut, fut, lui, recouvert d'une peinture uniforme comme les Spitfire PR.

On voit, au sol, un Vickers Wellington T.10, sans tourelle de nez, une version utilisée comme transport ou pour l'entraînement des navigateurs. Cet avion pourrait être le HF626 ou le NB113 du n°3 Overseas Ferry Unit, basée à Abingdon. Ils servaient de guide aux Spitfire LF.XVI en route pour le moyen Orient.

Après une attaque sur le terrain de Luqa (mais plus vraisemblablement sur la base aéronavale d'Hal Far), on remarque plusieurs épaves d'avions ou plus exactement des morceaux (ailes, fuselage…) provenant de Fairey Firefly AS.5, mais aussi d'un Supermarine Seafire F.XVII portant le code "133", sur le fuselage.

Les effets spéciaux eurent recours à de nombreuses maquettes : Spitfire, Ju.88, Wellington, Bf.109 et le Lockheed Hudson qui amène Peter à Malte.

D'autres appareils sont vus sur des documentaires. On voit ainsi un ou deux Fairey Albacore Mk.I, de la Fleet Air Arm, sous le(s)quel(s) on monte une torpille. On constate que le premier arbore une cocarde de type A.1 (1940-1942) et le second, une cocarde de type C.1 (1942-1944). Cet avion apparait également sous forme de maquette. Des Spitfire Mk.Vb décollent du pont du porte-avions HMS "Eagle" lors de l'opération Pedestal (août 1942). On en voit d'autres, vers la fin du film, décoller de Ta'Qali, armés de bombes de 125 kg sous les ailes. Deux portent les lettres "C" et "Z" et des cocardes type C.1 et appartiennent au 1425 squadron. Trois torpilleurs Bristol Beaufort Mk.I dont le premier porte la lettre "Z" sur le nez et le second, le code "D-T" sur le fuselage, appartenant vraisemblablement à une unité d'entraînement. Plus tard, on voit trois Beaufort attaquer un convoi à la torpille, dont le "TU-Z" qui appartenait à la n°1 Torpedo Training Unit de Turnbery, en Ecosse. Lors de l'attaque de navires ennemis, deux Bristol Beaufighter apparaissent, dont l'un porte le code (2-O). Il est armé de roquettes, ce qui laisse supposer que cette vue date de 1943. Ils sont suivis par un Bristol Blenheim Mk.V qui lance deux bombes à très basse altitude sur un cargo. Tous ces avions opérèrent effectivement à partir de Malte.

Côté ennemi, le tableau est moins riche avec une épave de Macchi MC.202, une autre de Messerschmitt Bf.109F/G et un beau aerosilurante Savoia Marchetti SM.79 III survolant un navire, à basse altitude, plus quelques vues lointaines de Junkers Ju.87 Stuka, filmés dans leurs oeuvres. Au milieu des maquettes de Junkers Ju.88 attaquant les convois anglais, ont été introduites les images d'un vrai Junkers Ju.88, capturé par les Anglais (code M2+MK), déjà apparu dans le film de propagande "In which we serve" (1942).

 

Christian Santoir

*Film en vente sur amazon.fr

MALTASTORY.jpg


 

Mots-clés associés

Date de création : 26/06/2009 : 18:58
Dernière modification : 21/10/2010 : 17:49
Catégorie : Fiches de film - Films
Page lue 4226 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !