Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 143 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

 
LE CHANT DU DESERT
Vo. Das Lied der Wüste



Année : 1939
Pays : Allemagne
Durée : 1 h 27 min.
Genre : drame
Noir et blanc

Réalisateur : Paul MARTIN
Scénario : Hans TESTRUP, Werner ILLING

Acteurs principaux :
Zarah LEANDER (Grace Collins), Friedrich DOMIN (Sir Collins), Gustav KNUTH (Nic Brenten), Herbert WILK (capitaine Frank Stanney), Ernst KARCHOW (Colonel Balentine), Rolf HEYDEL (Lieutenant Scott), Karl GÜNTHER (le commissaire), Franz SCHAFHEITLIN (un financier).

Photographie : Franz WEIHMAYR
Musique : Nico DOSTAL
Producteur Hans CONRADI
Compagnie productrice : UFA

Avions :
-Messerschmitt Bf.108
-Praga E-241-1

Notre avis :

Le führer aurait assisté à la première du film, sans doute attiré par le nom de l'actrice principale, la chanteuse suédoise Zarah Leander, qu'il appréciait tout particulièrement. Son accent étranger la vouait aux rôles exotiques. Elle domine largement ce film qui n'a d'intérêt que pour ses fans, avec ses chansons langoureuses, dont "Sagt dir eine schöne Frau vielleicht", "Ein paar Tränen werd ich weinen um dich", que les Français ne peuvent appeler les chansons du bon vieux temps…

Dans une petite ville d'Afrique du Nord, au bord du désert, l'ingénieur suédois Nic Brenten doit construire une usine d'extraction du cuivre à Rocky Camp. La perspective d'affaires juteuses attirent dans la région une cohorte d'investisseurs internationaux qui veulent à tout prix impliquer Nic dans leurs projets. Mais ce dernier cherche surtout à ce que cette mine profite d'abord aux gens du pays. Absolument sans scrupule, l'anglais Sir Collins tente de le corrompre. Bien qu'il soit tombé amoureux de la belle fille de Collins, Grace, une chanteuse venue incognito dans son avion personnel, il ne se laisse pas fléchir. Collins, qui parvient à acheter les mines, décide donc d'employer la manière forte contre le Suédois et son entreprise. Suite à de nombreux sabotages, les mines sont placées sous protection militaire. Le meilleur ami de Nic, le capitaine de cavalerie anglais Stanney, sent que Nic est en danger. Ce dernier va alors voir ses amis Bédouins et leur demande de prendre le contrôle de la mine. Une bataille éclate entre les Bédouins et l'armée. La situation s'aggrave quand Nic est arrêté par une patrouille anglaise. Stanney est même chargé de l'exécuter, puisqu'il est considéré comme le chef de la rébellion. Mais Collins est tué en ville. L'exécution de Nic est annulée au dernier moment, et ordre est donné de négocier avec les populations locales. Grace, qui voulait quitter le pays après ces événements pénibles, restera finalement auprès de Nic…

En 1939, il n'y avait pas beaucoup de pays d'Afrique du nord sous mandat international, comme indiqué dans le prologue, en dehors de Tanger, qui sera placé sous contrôle espagnol pendant la guerre. L'Hôtel Royal existe bien à Tanger et on remarquera les danseurs espagnols qui se produisent avant Grace Collins. …Mais ce pays dont la richesse est exploitée par des Anglais, avec une population arabe insoumise, fait plutôt penser à un pays du Moyen Orient sous mandat britannique (Palestine, Jordanie..). Rappelons que l'Allemagne nazie flattait les populations arabes qu'elle encourageait à se débarrasser des Anglais et à cesser leurs relations avec eux.

Ce film misant sur l'exotisme, toujours très apprécié en Allemagne, est rarement cité dans la littérature sur le cinéma allemand de l'époque nazie. Ce fut un échec et Zarah Leander le trouvait même très mauvais. Coté aviation, il est aussi très médiocre.


 

Les avions du film :

Grace, tout comme Elly Beinhorn, se déplace dans un Messerschmitt Bf.108
B-2 "Taifun",  muni d'une immatriculation tronquée "D-.F.." (pour D-IFRV / IFWA ?). Lors de l'atterrissage dans la ville africaine (reconstituée dans les studios de NeuBabelsberg), il est remplacé par une maquette. Cet avion avait remporté en 1938 le Rallye du Hoggar, et était arrivé second au Rallye des Oasis, en 1937, avec Elly Beinhorn aux commandes. Le "Taifun" s'imposait donc pour un film se passant en Afrique...

Plus intéressant est la courte apparition d'un Praga E-241-1 en vol, un avion tchèque représentant un avion d'observation anglais. Ce très bon avion d'entraînement tchèque fut incorporé dans la Luftwaffe après la création du "protectorat" de Bohème-Moravie en mars 1939. Une version antérieure (E-39) se retrouvera dans le film " Kongo Express" (1939).


Christian Santoir


*Film rare




 


DASLIEDDERWUSTE.jpg

Mots-clés associés

Date de création : 23/07/2009 : 09:23
Dernière modification : 08/08/2013 : 18:47
Catégorie : - Films
Page lue 4560 fois


Réactions à cet article

Réaction n°1 

par button le 01/08/2013 : 22:31

Merci pour ce commentaire, je suis à la recherche de renseignements sur la vie de cette grande Dame "ELLY BEIRHORN" qui était l'épouse où la maitresse de Bernd rosmeyer pilote anti nazi Audi qui à l'époque s'appelait Auto union (DKW horq nsu)Merci pour un complèment d'information(Je fais des recherches sur l'histoire d'audi).

Réponse :

Guten Tag, lieber Besucher.

Le meilleur moyen et le plus rapide, pour se renseigner sur la vie d'Elly Beinhorn est de se rendre sur le site Wikipedia. Elly Beinhorn se maria avec Rosemeyer en juillet 1936. Ni l'un, ni l'autre n'étaient nazi, mais ne purent empêcher de se faire récupérer par le régime. Sur des photos on voit Elly Beinhorn faire un salut nazi bien timide, comparé au bras bien tendu d'une aviatrice comme Anna Reitsch, une nazie convaincue. Elle a écrit plusieurs livres sur ses raids en avion, notamment en Afrique, et un sur son mari : "Mein Mann, der Rennfahrer" (Mon mari, le pilote de course automobile) . Éditions Deutscher Verlag, Berlin 1938. Malheureusement aucun de ses livres n'a été traduit en Français... Donc, au travail !