Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 143 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

 
BOMBER' S MOON



Année : 1943
Pays : Etats-Unis
Durée : 1 h 10 min.
Genre :drame
Noir et blanc


Réalisateurs :Edward LUDWIG, Harold D. SCHUSTER
Scénario : Kenneth GAMET, Leonard LEE

Acteurs principaux :
George MONTGOMERY (Capitaine Jeffrey Dakin), ANNABELLA (Lieutenant. Alexandra Zoreisch), Kent TAYLOR (Capitaine Paul von Block), Walter KINGSFORD (Professeur Frederich Mueller), Martin KOSLECK (Major von Streicher), Dennis HOEY (Colonel von Grunow), Robert BARRAT (Ernst), George N. NEISE (Lieutenant de la Gestapo), Leon TYLER Karl, Richard GRAHAM (Danny Dakin)

Musique : David BUTTOLPH
Photographie : Lucien BALLARD
Producteur : Sol M. WURTZEL
Compagnie productrice : 20th Century Fox

Avions :
-Lockheed Hudson I (images d'archives)(maquette éch. 1/1)
-Supermarine Spitfire (maquette éch. 1/1)
-Messerschmitt Bf.109D (maquette éch. 1/1)


   Notre avis :

Pendant le Blitz, lors de la dernière guerre, les Anglais appelaient "bomber's moon" (lune de bombardier) une nuit de pleine lune, sans nuage, où on peut y voir comme en plein jour. Un régal pour la Luftwaffe ! Cette expression sert de titre à un film qui raconte l'histoire d'un pilote américain de bombardier, engagé dans la RAF, qui se fait abattre au dessus de la Hollande. Tourné entre janvier et avril 1943, le film coïncide avec le début des bombardements américains sur l'Allemagne. Après la mort de son jeune frère, tué par les Allemands, l'actrice française Annabella tourna presque coup sur coup trois films patriotiques, "Tonight we raid Calais " (1943), "Bombers moon" et peu après la guerre, "13 rue Madeleine" (1947). Ce film fut aussi le dernier tourné par l'autre vedette du film, George Montgomery, avant de rejoindre l'USAAF et la First Motion Pictures Unit commandée par Paul Mantz.

Ce film à petit budget est entièrement tourné en studio où sont reconstruits les paysages allemands et hollandais. Les scènes aériennes sont réduites au minmum, le héros du film étant abattu dès le début du film, et la plupart sont réalisées avec des maquettes.

Le capitaine Jeff Dakin, un pilote américain stationné en Angleterre, part pour une mission de bombardement au dessus de l'Allemagne. Son jeune frère, Danny, fait partie de l'équipage comme bombardier. Lors du retour, leur avion est attaqué au dessus de la Hollande. Il est gravement endommagé et Jeff ordonne à l'équipage de sauter. Un chasseur piloté par l'as allemand, le major von Streicher, tue Danny suspendu à son parachute ! Jeff survit au crash de son appareil. Il se réveille dans un hôpital allemand. Puis il est incarcéré dans une forteresse en Allemagne. Il y rencontre un prisonnier tchèque, Husnik et un médecin de l'Armée rouge, Alec. Ce que Jeff ignore est qu'Alec est en réalité le lieutenant Alexandra Zoreisch et Husnik, un espion de la Gestapo. Le colonel SS von Grunow qui traque un groupe de résistants, arrange l'évasion d'Husnik, en compagnie d'Alec et de Jeff. Après avoir semé leurs poursuivants, les trois se rendent à Francfort, chez le professeur Friedrich Mueller, un économiste réputé, membre du parti nazi qui est l'ami du père d'Alec. Mais c'est aussi le chef du réseau de résistants que von Grunow cherche à démanteler. Alors que Mueller organise l'évasion des trois fugitifs, Jeff découvre la vraie identité d'Husnik, quand il le surprend en train de téléphoner à von Grunow. Alors qu'ils se battent, Alec tue Husnik, mais ce dernier a eu le temps de tirer sur Mueller. Avant de mourir, Mueller leur confie des documents importants à remettre à un officier de renseignements, en Angleterre. Puis Alec et Jeff partent pour Rotterdam où un pêcheur accepte d'emmener Alec à un  point de rendez vous, en mer, avec un hydravion anglais. Quant à Jeff, il a un compte à régler avec von Streicher qui est, par hasard, sur une base toute proche. Celui ci s'apprête à décoller avec un avion anglais pour l'Angleterre, où il doit attaquer le train de Winston Churchill ! Jeff est fait prisonnier, mais il se libère en tuant von Grunow, venu consulter von Streicher. Il s'empare d'un chasseur, et poursuit ce dernier pour venger son frère. Après avoir descendu l'as allemand, Jeff met le cap sur l'Angleterre où il du mal à se faire reconnaître. Heureusement, Alec est parvenue en Angleterre, et elle convainc les autorités militaires qu'il s'agit bien de Jeff. Ils pourront être de nouveau réunis.

Ce scénario invraisemblable est tout à fait dans le genre des productions patriotiques hollywoodiennes de l'époque. La trame est presque que la même que "Desperate journey" (1942) de la Warner; des aviateurs américains fugitifs se promènent à travers l'Allemagne avec l'assistance de résistants allemands et retournent en Angleterre en empruntant un avion allemand...C'est de la bande dessinée, ignorant totalement les réalités de la guerre, faite pour dérider le spectateur sur le dos des nazis, qui sont ridiculisés. La réalisation ne s'est guère attachée à l'exactitude des détails; le film fourmille d'invraisemblances et d'erreurs de toutes sortes. Jeff qui est dans la RAF et dont il pilote les avions, porte un uniforme américain (est-il détaché ?). Plus tard, il met beaucoup de temps à s'apercevoir que l'imberbe et frêle médecin, Alec, joué en outre par la très féminine Annabella, est une femme ! Comme toujours, les Allemands ne disposent que d'appareils de repérage par le son (en l'occurrence un modèle fabriqué par la firme Sperry Corp. en 1942) pour détecter l'arrivée des bombardiers alliés, comme en 14 ! Aucun film américain tourné pendant la guerre ne montre de radars allemands (ni anglais d'ailleurs), même approximatifs. On pourrait allonger la liste des inexactitudes. …Côté avions, ce n'est guère mieux.

 

Les avions du film :

Au début du film, un document filmé montre le décollage de cinq Lockheed Hudson I, munis d'une tourelle Boulton Paul, et de marques anglaises. Sans doute sortent-ils de l'usine Lockheed de Burbank, proche des studios. Ce type d'avion apparaît souvent dans les films américains de l'époque, comme un bombardier anglais faisant des missions au dessus de l'Allemagne. En fait, dés le début du conflit, ce bimoteur qui ne lança aucune bombe sur le territoire du Reich, fut affecté aux patrouilles maritimes pour lesquelles il se montra fort doué. A la fin du film, on voit décoller des Hawker Hurricane I du Squadron 56 (code US).

Les seules autres avions du film sont des maquettes, dont deux de grandeur réelle, vues sur la base allemande. Il s'agit d'un Spitfire avec juste ses marques de nationalité, et d'un Messerschmitt Bf.109D (appelé "Me.109"), décoré des ses croix, mais sans svastika. Ces maquettes sont un peu approximatives. La verrière du Spitfire, plus proche de celle du prototype que d'un Mark.1, est ratée. Le Bf.109 à un empennage et un capot moteur d'un dessin douteux. Ces maquettes se retrouvent dans plusieurs films ("A Yank in the RAF", "Eagle squadron", "Desperate journey"..), Hollywood n'ayant pas accès aux vrais avions militaires avant la fin de 1943.


Christian Santoir


*Film en vente sur ebay.com


BOMBERSMOON.jpg

 

Mots-clés associés

Date de création : 04/09/2009 : 09:11
Dernière modification : 14/02/2011 : 16:32
Catégorie : Fiches de film - Films
Page lue 4620 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !