Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 147 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

ZVEZDY NA KRYLYA
(Des étoiles sur les ailes)
 


Année : 1955
Pays : URSS
Genre : aventures
Durée : 1 h 20 min.
Couleur

Réalisateur: Isaac SHMARUK
Scénario : Evgenij POMESCHIKOV, V. BEZYAEV

Acteurs principaux:
Leo FRICHINSKY (Volodia), Viatcheslav TIKHONOV (Oleska Lavrinets), Larisa SOBOLEVSKAYA (Galya), Valentine KUTSENKO (Nadya), Yuri BOGOLYUBOV (Nicolas Korejuk), Alexandre ANTONOV (Maxime Korejuk),


Photographie : Vladimir VOITENKO, Valentin ORLYANKIN
Musique : Herman JOUKOVSKI
Production: Kiev Film Studio

Avions :
-MiG-15bis
-Yak-11 (en arrière plan)
-Consolidated PBN-1 Nomad (au sol)
-Mil Mi-4
-Lisunov Li-2, c/n 184 27802, CCCP-L43*2

 

Notre avis :


Il n'y a que fort peu d'informations sur ce film, pour ne pas dire aucune. Il est simplement mentionné ici ou là, avec souvent une fausse date de sortie et un faux synopsis d'une ou deux lignes...C'est un film sur l'entraînement des jeunes cadets de l'aviation navale soviétique, basée à terre, la Marine russe n'ayant aucun porte-avions en 1955...

Le film ouvre sur une grande base où s'entraînent des pilotes de chasse de la Flotte. Parmi les cadets, on compte une trio d'amis, Volodia, Nicolas et Oleska. Lors de leurs permissions, Volodia et Oleska fréquentent les sœurs de Nicolas, Nadya et Galya, qui habitent un village de pêcheurs proche de la base. Un jour qu'elles ont accompagné leur père, Maxime Korejuk, sur son bateau, Volodia le survole d'un peu trop près, au point que Galya est envoyée par dessus bord avec son accordéon, dont elle jouait. ! A son retour, le commandant, averti de l'incident, réagit rapidement et Volodia est mis aux arrêts de rigueur. Un sous-officier vient remettre un nouvel accordéon à Galya. Le père des jeunes filles intervient auprès du commandant de la base pour demander que la peine du pilote imprudent soit allégée. Mais Volodia devra passer devant un conseil de discipline, où il sera jugé par ses pairs. Entretemps, le bateau de Maxime est pris dans une tempête et coule. La base se mobilise pour sauver les rescapés, accrochés à l'épave. Un peu plus tard, lors d'un exercice de tir, Nicolas est averti qu'un avion inconnu est entré dans une zone interdite. Quand il veut l'arraisonner, l'avion lui tire dessus et le blesse. A court de munition, il se précipite sur lui et le descend en sectionnant son empennage. Le lendemain, à l'hôpital, sa famille vient lui rendre visite. Quand les cadets reçoivent leur diplôme, en même temps que leurs affectations, Volodia dit au revoir à Nadya, mais Galya accompagne son frère et son petit ami. Le film se termine sur une patrouille acrobatique de MiG sur fond de chanson.

Effectivement, "Zvzezdy na Krylya" est un film musical, les principaux personnages y poussant la chansonnette, accompagnés le plus souvent de l'accordéon (le célèbre garmochka). Les amateurs de musique russe apprécieront. On en apprend plus sur les amourettes des deux héros que sur la formation des pilotes de la Marine soviétique. A part les classiques cours théoriques sur la voltige ou la mécanique, on notera l'entraînement à l'éjection sur une rampe verticale. Le siège KK-1 du MiG-15 était plutôt rustique; activé par une charge de poudre, il pouvait endommager les vertèbres; de même, la commande d'éjection était située à droite, comme montré (pas facile si le pilote était blessé au bras droit..). On remarque aussi que l'équipement des pilotes soviétiques n'avait guère changé depuis la guerre, combinaison de vol en toile (l'été) et serre tête en cuir.

Quand Nicolas manque de se tuer en précipitant son chasseur sur un avion inconnu, il pratique ainsi le taran, une tactique plutôt risquée visant à détruire un avion ennemi en l'abordant, utilisée surtout au début de la Grande Guerre patriotique, quand les avions russes étaient alors très inférieurs aux avions allemands...Notons que le Sonderkommando Elbe allemand emploiera cette même technique à la fin de la guerre, contre les B-17. Cette scène patriotique rappelle l'incident du 16 juin 1952, quand un hydravion Catalina suédois fut descendu par deux MiG-15 au dessus de la Baltique, dans les eaux internationales, alors qu'il recherchait un DC-3 précédemment descendu par la même chasse soviétique. Ce DC-3 effectuait une mission d'espionnage électronique pour l'OTAN...L'URSS prétexta que le Catalina (non armé) avait ouvert le feu sur les chasseurs. Son équipage (deux blessés) eut la vie sauve grâce à son amerrissage d'urgence près d'un cargo allemand.

Le film semble avoir été tourné sur la base de la Flotte de Ieïsk, au bord de la mer d'Azov (on reconnait la petite île d'Ostrov Eyskaya Kosa, située en face de la ville).

Bien que ce film soit sorti deux ans après la mort du "petit père des peuples", on remarque encore çà et là, son portrait. De toutes façons, le père Korejuk, avec son nez fort et sa moustache, est un véritable sosie de Staline !

L'intérêt principal de ce film est qu'il constitue une sorte de "walk around" du MiG-15 ,code OTAN "Fagot", vu de très près. Les maquettistes apprécieront, à leur tour.


Les avions du film :

L'avion du film est effectivement le MiG-15bis, dont on voit au sol des dizaines d'exemplaires sur un parking (dont les numéros de série : 325, 331, 360, 418, 546, 602, 617,669, 673, 689...). Vers la fin du film, on assiste à un exercice de tir qui permet d'apprécier le bruit de son canon Nudelman NL37D de 37 mm (cadence de 400 coups/minute, seulement), ainsi que l'énorme flamme de bouche. Le MiG-15 apparait également dans sa version d'entraînement, le MiG-15UTI, code OTAN "Midget" (dont les numéros 1516, 1702, 1920..). On voit un MiG-15 effectuer un tonneau barriqué qui, sur les premiers avions de série, avait pour effet d'éteindre le réacteur ! Il fallut installer un nouveau système d'alimentation en carburant moins sensible aux Gs, pour remédier à cet inconvénient.

L'entraînement de base des pilotes de la Marine se fait sur Yak-11, dont on voit furtivement sur un parking, deux exemplaires peints entièrement en gris bleu.

Nicolas emboutit un Consolidated PBN-1 Nomad peu visible, remplacé par une maquette (qui serait plutôt un PBY-6A, au vu de sa tourelle avant).

Maxime et ses deux filles sont secourus par un hélicoptère Mil Mi-4 (code OTAN "Hound") dépourvu de treuil, les rescapés devant monter à bord avec une échelle de corde...

Les cadets partent, à la fin du film, dans un Lisunov Li-2 de l'Aeroflot (CCCP-L43*2) revêtu d'une peinture kaki toute militaire. Cet appareil (n° de série : 184 27802) avait été construit à l'usine n°184 de Khimki (Moscou).

Christian Santoir

*Film en vente sur les sites russes

 

 
ZVZEDY.jpg

 
Mots-clés associés

Date de création : 13/01/2010 : 18:26
Dernière modification : 12/07/2012 : 17:15
Catégorie : - Films
Page lue 3607 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !