Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 141 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.aeromovies.fr/data/fr-articles.xml


LA BATAILLE DES V.1
Vo. Battle of the V.1
 
Année : 1958
Pays: Grande-Bretagne
Durée : 1 h 44 min.
Genre : guerre
Noir et blanc

Réalisateur : Vernon SEWELL
Scénario : Jack HANLEY , Eryk WLODEK

Acteurs principaux :
Michael RENNIE (Stefan), Patricia MEDINA (Zofia), Milly VITALE (Anna), David KNIGHT (Tadek), Esmond KNIGHT (Stricker), Christopher LEE (Brunner, le commandant du camp), John G. HELLER (Fritz), Carl JAFFE (le Général), Peter MADDEN (Stanislaw)

Musique : Robert SHARPLES
Photographie : Basil EMMOTT
Producteur : George MAYNARD
Compagnie productrice : Criterion Films
 

Avions :
-Douglas C-47B Dakota, OM-P (images d'archives)
-Douglas C-47B Dakota, G-AOGZ

 

Notre avis :

Ce film est à la gloire de la résistance et de l'armée secrète polonaises, lors de la seconde guerre mondiale. Il traite d'un aspect très important de leurs activités, à savoir, le renseignement concernant les nouveaux missiles mis au point par les Allemands. Le scénario est directement inspiré du livre de Bernard Newman "They saved London" (1952). Dès 1942, les Anglais furent mis au courant de la construction du V.1, le premier missile de croisière de l'histoire. Leurs informations provenaient de multiples sources, de la Pologne, mais aussi du Danemark, de la Suède où retombaient parfois des missiles désemparés…En 1965, les Anglais sortiront un autre film, "Opération Crossbow", sur la lutte contre les armes secrètes allemandes, en l'occurrence le V.2. On remarquera l'acteur Christopher Lee dans le rôle du commandant du camp de prisonniers, que l'on retrouvera en 1968, dans le film d'horreur "La maison ensorcelée" qui fera connaître le réalisateur, Vernon Sewell, un honnête artisan de la série B anglaise.

L'histoire commence au début de 1943, avec un instituteur, Stefan Novak et son ami Tadek, qui font partie d'un réseau de résistants polonais dirigé par Stanilsav Muski. Ils sont enrôlés par le service du travail obligatoire et sont enfermés dans un camp proche de la côte Baltique. Ils découvrent que le camp sert de camouflage à un atelier de fabrication du nouveau missile V.1 qu'Hitler entend utiliser contre Londres. Ils parviennent à avertir la résistance polonaise de ce qui se trame. Ayant reçu l'information, les Anglais lance une vaste opération de bombardement du camp et de son usine. Ce bombardement, à l'occasion duquel Stefan et Tadek peuvent s'échapper, a retardé la mise au point du V1 de plusieurs mois. Mais la lutte n'est pas terminée, car les Allemands construisent une autre usine ailleurs. Londres demandent alors à Stefan d'essayer de mettre la main sur un V1 entier ! Stefan accompagné de son épouse et de quelques membres du réseau vont s'établir à proximité de la nouvelle usine. Ils récupèrent des morceaux des missiles qui tombent dans la campagne environnante, et les prennent en photos. Alors qu'ils attaquent un camion qui transporte du matériel, la petite amie d'un des résistants est capturée. Elle est torturée à mort, mais elle ne parle pas. Un jour, un V1 atterrit dans un champ sans exploser. L'engin est aussitôt dissimulé au fond d'une rivière par les résistants. La charge explosive est désamorcée. Puis, Londres envoie un avion qui se pose, la nuit, dans un champ. Le missile est chargé à bord, mais l'avion s'embourbe. Les résistants poussent l'avion et réussissent à le dégager, alors que les Allemands approchent. Le V1 parviendra bien à Londres.

La reconstitution historique est à peu près correcte. La résistance polonaise avait bien réussi à infiltrer deux de ses membres, possédant une bonne formation technique, dans un camp de travailleurs forcés à Peenemünde. Elle avait même un espion dans le centre, un sous officier de la Wehrmacht, d'origine autrichienne. Ce centre d'essais secret comptait un camp de travailleurs russes et un autre de travailleurs polonais. Peenemünde fut bombardé en juillet et août 1943, par les Alliés.

L'armée secrète polonaise tint constamment Londres informé des progrès du V1. Mais le plus dur était de convaincre les "experts" qui ne croyaient pas vraiment que cette arme put exister ! La scène finale du film où on voit un Dakota anglais venir chercher en Pologne un V1, est tout à fait authentique et eut lieu dans la nuit du 25 au 26 juillet 1944. Un Dakota venant de Brindisi (Italie) atterrit sur un terrain improvisé, protégé par l'armée intérieure polonaise, près de Zabno. Ce vol était le troisième de l'opération "Wildhorn" destinée à établir une liaison aérienne entre l'Italie et la Pologne. Comme décrit dans le film, l'avion eut effectivement des problèmes au décollage, après s'être embourbé. Il fut dégagé avec l'aide des partisans, alors qu'on envisageait de le détruire, les Allemands étant présents dans les villages environnants. Mais selon certaines sources, il n'aurait pas embarqué un V.1 intact, mais seulement des documents, des photos, et 50 kg de pièces d'une fusée A4, ou V.2, tombée relativement intacte dans une zone marécageuse, deux mois auparavant. En juillet 1944, les Anglais avaient l'occasion de récupérer de nombreux morceaux de V.1, tombés directement chez eux, à Londres et dans les alentours…


Les avions du film :

Le film ne comporte qu'un seul avion, un Douglas Dakota de la RAF. En approchant du terrain balisé par les résistants, il est extrait d'un document d'archives. Il porte le code "OM-P" du squadron n°3 de RAAF, qui opérait vers la fin de la guerre dans le Sud-est asiatique. Cet avion peut être identifié comme ayant eu le serial de l'USAAF 44-76339 et le A65-73, au sein de la RAAF, où il eut une longue carrière. Basé en Malaisie, puis au Japon, dans l'immédiate après-guerre, il circula de squadron en squadron, en Australie. En 1967, il effectuait des vols de calibrage TACAN, avec le squadron n°10. Accidenté en septembre 1971 à l'atterrissage, à Townsville, il fut déclaré non réparable. Réformé en octobre 1973, il fut acquis par Channel 7 de Perth TV, en Australie. Il est aujourd'hui exposé à l'extérieur, par la Beck Collection, de Mareeba (QLD).

L'avion qui atterrit est un autre Dakota, sans code et avec un faux serial (N6477). Filmé par nuit noire, son identification est peu facile. On constate que l'avion a une porte avec un hublot carré, de même que la porte cargo située à côté, ce qui n'était pas courant. Sous la peinture dont il est recouvert, on remarque sur le nez de l'avion, un insigne composé d'un cercle avec les lettres "DA" à l'intérieur et une petite aile sur le côté. Il s'agissait du logo de la compagnie charter anglaise Derby Aviation (et non pas "Dan Air", selon certaines sources). On remarque aussi, un nom situé à droite du logo, fort peu lisible, à part "Dar... Dale" (après traitement de l'image). C'était le nom d'un des deux C-47 possédés par Derby Aviation, en 1957, portant le nom de "Darley Dale" (G-AOGZ).

Ce Douglas C-47B Dakota IV (c/n 16534/33282, s/n 44-76950) eut une longue carrière. Construit en 1945,il rejoignit la RAF (serial KN628) et fut affecté au Tactical Air Force n°2 Communication Flight, en mai 1945. En mai 1946, il rejoignit le squadron n°24 et fut utilisé par le maréchal Montgomery. En novembre 1950, il fut affecté au squadron n°30, une unité du Transport Command. Après avoir fini à la Maintenance Unit n°22 en août 1955, il fut vendu en février 1956, à Derby Aviation. Cette compagnie s'appela en octobre 1964, British Midland. En 1967, il fut exploité par Strahair, puis par Scottish Aviation, en février 1969. En novembre 1969, il fut immatriculé en France F-OGDZ, au nom d'Air Antilles, puis il sera exploité par Air Guadeloupe, en juillet 1978, et Guadeloupe Air Cargo, en juillet 1978. Mis en vente à Opa-Locka (FL), en mai 1983, c'est Hill Air Co Inc. (N4957W) qui l'acheta, en mai 1984. Il connut alors plusieurs propriétaires : Starflite Corp. de Fort Lauderdale (FL), E-Systems Inc, de Brownville (TX). En août 1990, il fut cédé à la force aérienne du Salvador (FAS116) et transformé en BT67 par la société Basler Turbo Conversions d'Oshkosh (WI). Servant de transport VIP, il porte le nom de "Turbo Fantasma".

L'avion de la véritable opération était un Dakota III du  Squadron n° 267 (code "AI").

Comme il se doit, on construisit une maquette à l'échelle 1 du fameux V.1 (Vergeltungswaffe 1 ou Arme de représailles n°1), d'abord désigné sous les noms de code "Kirschkern" (noyau de cerise), puis FZG 76 (Flakzielgerät ou engin cible pour la DCA), et enfin Fieseler Fi-103. C'est un modèle assez fidèle, sauf que les fusées du détonateur ne débouchaient pas sur le coté, comme montré, mais presque au sommet du fuselage. Notons qu'un contact placé sous l'avant du fuselage devait faire exploser le V.1, s'il se posait sur le ventre...Les résistants du film ont donc eu beaucoup de chance de trouver un missile intact dans un champ. Seuls les premiers modèles d'essai étaient dépourvus de ce dispositif d'autodestruction, leur charge explosive étant remplacée par du béton. Le V.1 fut opérationnel à partir de juin 1944, contre l'Angleterre.

Les autres avions aperçus sont des extraits de documentaires montrent des flottes de B-17 et de B-24, Handley-Page Halifax III, au dessus de l'Allemagne. On a aussi de belles vues rapprochées d'un Avro Lancaster en plein vol, la nuit.

Christian Santoir


*Film en vente sur amazon.com
Battle of the V1.jpg
 

Mots-clés associés

Date de création : 11/06/2011 : 09:07
Dernière modification : 11/06/2011 : 09:07
Catégorie : Fiches de film - Films
Page lue 4552 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !